Exposition

20 ans de collection photographique à Montpellier

jeudi 25/03/2010 - mis à jour le 25/03/2010 à 14h14

Au Pavillon populaire, du 3 mars au 30 avril 2010, se tient une exposition photographique présentant plus de 200 œuvres, offertes ou acquises par Montpellier durant ces 20 dernières années. HautCourant vous propose une visite guidée.

Depuis le 3 mars et ce jusqu’au 30 avril, se tient au Pavillon populaire de Montpellier sur l’Esplanade Charles de Gaulle, une exposition photographique, pour le bon plaisir des amateurs de clichés.

A l’occasion des 20 ans de sa collection, la ville de Montpellier, par l’intermédiaire du photographe et commissaire d’expositions Roland Laboye, a sélectionné 221 photographies de 115 photographes issus de 21 pays, dont 15 Montpelliérains et régionaux. Le photographe organise lui-même les visites guidées. Et, tous les jeudis des visites gratuites sont proposées au public. Ainsi, pas besoin d’être photographe confirmé pour apprécier les œuvres, qui évoquent chacune un thème différent, souvent émouvant.

Au menu, des pellicules de la NASA, (Apollo 15- 1 Aout 1971, Apollo 8 Moon décembre 1959). Mais également des œuvres abstraites, tels que “Bateau fantôme” de Manuel Esclusa datant de 1984. Plus exotiques : des portraits de personnages, vêtus d’accoutrements traditionnels, de Santiago Nicolas Nuñez par exemple. On le disait tantôt, les thèmes de cette exposition sont variés, c’est ce dont témoignent les œuvres de James Van Der Zee, “Ferst grade Dt Marks School” par exemple. Sur les photographies, on peut voir des enfants afro-américains en classe, à l’époque de la ségrégation raciale. Une version modernisée de la Joconde, de Michel Maiofiss, “Café Mont-Lozère” est même proposée.

Dans des styles de tirages variés, le spectateur « voyeur », malgré lui passe du « noir et blanc aux couleurs numérisées », d’une galerie à l’autre. Certaines photographies datent des années 40. De ce fait, on a l’impression d’épier dans leur quotidien des personnages d’une autre époque.

Plus surprenants : des clichés parfois glauques, avec Alain Dister ou encore les coulisses de plateaux d’émissions télévisées, avec Frane Howard. La montagne devient bleu cervin, avec Jacques Pugin pour les amateurs de nature. Il n’est pas étonnant que la photographie se mêle à la peinture, ou que la nature morte, se transforme en vedette très photogénique. Attention quand même ! Car l’on peut tomber sur images de corps nus, de dames sans visages, pour le bon plaisirs des messieurs !

Faits plus sérieux : des photographies de femmes combattantes, avec le mexicain Marco Antonio Cruz. Le “Procès de Spatola et des 56”, où l’on peut assister au jugement de 56 mafieux. Des images d’illustrations coraniques avec Ara Culler : “Mosquée d’Edirne”.

Bref, que l’on soit passionné ou simple curieux de passage, l’exposition des 20 ans de collection de Montpellier, vous mettra plein la vue.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter