A l’œnothèque, 800 références en open bar

mercredi 28/01/2015 - mis à jour le 28/01/2015 à 11h12

L’œnothèque du salon Millésime Bio propose aux visiteurs un espace de dégustation à grande échelle. Un paradis des boit-sans-soif, qui vise avant tout à susciter l’acte d’achat.

On sent, on fait tourner en bouche et, pschittt, on recrache. Sans s’attarder. A l’œnothèque du salon Millésime Bio, la dégustation est professionnelle et rythmée. Le temps, précieux. Dans cet espace long d’une cinquantaine de mètres, six interminables tables accueillent près de 800 références de vin proposées à la dégustation, le tout en libre-service. « C’est une photographie très précise de ce que l’on trouve sur le salon » souligne Séverine Bourrier, viticultrice et membre de l’équipe Sud Vin Bio, association organisatrice de l’évènement. De quoi offrir aux acheteurs un premier aperçu du travail des vignerons présents sur le salon.

L’oenothèque, une étape préalable avant un passage sur les stands

Ici, chaque exposant met à disposition une de ses bouteilles, sélectionnée parmi l’ensemble de celles qu’il présente sur son stand. L’enjeu est double, il s’agit de mettre en avant le produit le plus représentatif de sa gamme mais aussi de se différencier de la concurrence. « L’an dernier, j’avais choisi une bouteille de rosé qui s’était bien démarquée des autres » explique Jean-Luc Maurer, viticulteur au Château de la Vernède à Nissan-lèz-Enserune (Hérault), dont c’est la seconde participation au salon Millésime Bio. « Cette année, j’ai préféré proposer une nouveauté, un vin rouge assez avenant. Mais il semble noyé dans la masse... » En effet, la surreprésentation des vins rouges impressionne. Trois tables-et-demi sont dédiées à cette couleur. Une prééminence d’autant plus visible que les vins sont regroupés par couleur et par région. A côté, les blancs et surtout les rosés doivent se battre pour être visibles. Les vins étrangers, notamment italiens et espagnols, s’affirment chaque année davantage et sortent de la marginalité des années passées.

JPEG - 2.6 Mo

Cette dégustation en libre-service est plébiscitée par les acheteurs.

Crédit : Nicolas Forquet

En enchaînant les dégustations, les acheteurs potentiels consignent leurs impressions sur un petit carnet, tout en examinant la fiche descriptive apposée devant chaque bouteille. Celle-ci reprend les caractéristiques principales du vin proposé : domaine, cépage, teneur en alcool, prix et surtout le numéro du stand du vigneron. Car l’objectif reste bien de susciter la vente. De fait, l’œnothèque est l’étape décisive avant un passage sur le stand du viticulteur. « Cet espace nous permet d’attirer des acheteurs qui ne seraient pas venus jusqu’à nous spontanément » confie Guillaume Daumond, viticulteur à Vendargues (Hérault). Il faut donc sélectionner le vin le plus susceptible de séduire le client. Face à cette opération lourde d’enjeux, certains vignerons décident de mettre en avant une nouveauté quand d’autres misent sur leur produit phare.

Un open-bar géant où les vins traditionnels côtoient les grands crus

Dans cet open-bar géant où les bouteilles à 5 € côtoient les grands crus affichés à 50 €, les vins les plus plébiscités sont rapidement identifiés. A l’œnothèque, bouteille vide rime avec succès avide. C’est sans compter la surveillance avisée des étudiants responsables de l’organisation, chargés de remplacer au plus vite toute bouteille à sec. Le précieux stock dissimulé sous les longues nappes des tables de dégustation permet de tenir durant toute la durée du salon sans crainte de rupture. Alors, bienvenue à tous les boit-sans-soif !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter