Le Stade Toulousain organisait hier à Ernest Wallon une journée de détection de futurs talents.

A la recherche de la nouvelle star

jeudi 16/04/2009

"Nous sommes à la recherche de nouveaux talents" explique Michel Marfaing, responsable sportif de la formation du Stade Toulousain. « 130 jeunes entre 14 et 20 ans ont été sélectionnés dans la région et dans toute la France. On a même un candidat qui nous vient de Bruxelles. À la fin de la journée, on en gardera entre 30 et 40 qui alimenteront les équipes de jeunes du Stade ».

En cette fin de matinée, les ateliers techniques s’achèvent sous la pluie. L’après-midi, réservée aux matchs, à la confrontation, au terrain, au jeu, sera plus clémente. Quelques coins d’éclaircie illumineront les percées des ailiers. La pelouse humide et la terre boueuse accueilleront avec délectation les plaquages des avants.

"Une chance de pouvoir évoluer au haut niveau"

Il y a les héros locaux, ceux qui viennent tenter leur chance d’approcher leurs idoles. Comme Benjamin, 16 ans, licencié à Villefranche-de-Lauragais : « Je n’ai pas trouvé les ateliers très durs ». Et répond modestement : « J’évolue déjà en sélection Midi-Pyrénées. Je suis venu là car le Stade Toulousain m’a appelé ». Pour Brigitte, la maman, « cette journée leur donne surtout la chance de pouvoir évoluer à un autre niveau ».
Puis, il y a ceux qui viennent de loin, par passion. Comme Romain, 15 ans, qui a fait le déplacement depuis Paris. Licencié au PUC, le mythique club du stade Charléty, également en lice pour le titre de champion de France dans sa catégorie, ce deuxième ligne a trouvé « plutôt facile les épreuves techniques. C’est ce que j’ai l’habitude de faire en club. Même si la pluie a rendu difficile certains entraînements ». Muriel, sa maman, l’a accompagné : « Le rugby est sa passion. Son objectif est d’atteindre un pôle espoir. À Toulouse, c’est la chance de se faire remarquer par l’un des tout meilleurs clubs français ».

En cette fin de matinée pluvieuse, les jeunes se testent à la musculation. Des barres de traction ont été installées sous les travées du stade Ernest Wallon. Une dizaine de marches les séparent de la pelouse du Stade Toulousain. Quelques aficionados tentent une montée vers les gradins. Avec succès. Car au centre du terrain, un certain Fred Michalak s’essaye aux chandelles. Une ouverture qui leur permettra peut-être, demain, de côtoyer les étoiles du rugby français.

Article paru dans La Dépêche du Midi du 16 avril 2009.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter