Dossier Université Montpellier Sud de France

Anne Fraïsse : « Je ne voulais pas signer un chèque en blanc »

jeudi 24/03/2011

Mi-novembre 2010, Anne Fraïsse, présidente de l’UM3, a annoncé qu’elle se retirait du projet d’initiative d’excellence (idEx). Deux mois plus tard, l’UM3 a finalement signé le dossier remis au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Haut Courant : Pour quelles raisons vous êtes-vous retirée du projet d’idEx mi novembre ?

Anne Fraise : Pour trois raisons. Tout d’abord, le manque de représentation des Sciences Humaines et Sociales (SHS) dans le projet scientifique. Ensuite, la répartition de l’argent demandée aux universités. Car avec le projet idEx, l’État donne de l’argent aux universités mais il leur en est aussi demandé. Au départ, c’est une répartition financière à égalité qui avait été retenue alors que le budget des trois universités est différent. Enfin du point de vue de la gouvernance, je ne voulais pas comme pour le plan campus signer un chèque en blanc, ne pas savoir à quoi on s’engageait. J’avais besoin de clarté.

Un accord a finalement été trouvé. Considérez-vous que vos souhaits aient été respectés ?

Les lettres et science humaines ont finalement été intégrées dans le projet scientifique. De façon discutable, mais un pas a été fait. Concernant l’argent, les universités s’engageront finalement de manière proportionnelle en fonction de leur participation aux Laboratoires d’Excellences (LabEx). Enfin, un compromis a été trouvé sur la gouvernance entre ce que proposait l’UM1 et ce que souhaitait l’UM2. C’est une bonne solution qui correspond à la structure du site de Montpellier.

La fusion des universités montpelliéraines est finalement abandonnée. Quelle est votre position sur cette question ?

La fusion était voulue par le gouvernement. Mais elle était difficile à mettre en place. D’autant que ce projet est apparu alors que deux présidents venaient de débuter leurs mandats. Lorsque j’ai été élue, ce n’était pas un de mes objectifs, contrairement au président de l’UM1, M. Augé. Elle doit être mûrement réfléchie. L’UM2 et l’UM1 n’étant pas d’accord sur la forme que devait prendre la fusion, il est vite apparu qu’elle ne se ferait pas. Les premiers voulaient constituer un grand établissement, les seconds une université type LRU. Personnellement je n’y étais pas opposée. L’UM3 aurait signé la fusion mais la décision qui a été prise me convient.

Pensez-vous que sans la fusion, Montpellier puisse avoir une véritable visibilité à l’international ?

Montpellier peut avoir une vraie visibilité à l’international sans la fusion, comme tous les sites qui ont choisi les PRES ou les universités fédératives. L’idEx est un beau projet. Il permet de franchir une étape importante avec la signature unique sous le label « Université Montpellier Sud de France ». Avec cela et tous les diplômes regroupés sous cette même formulation, il sera difficile de faire plus lisible !

Que pensez-vous de la possible éviction de Mme Deville de Périère, actuelle présidente du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) ?

Mme Deville de Périère avait été élue à la tête du PRES pour deux ans non renouvelable. Elle quittera donc ce poste fin 2011. Concernant l’idEx, la gouvernance retenue est la création d’un Sénat académique regroupant deux entités au périmètre différent. D’une part, une fondation qui gérera les crédits idEx. Des élections auront lieu pour désigner la personne qui sera à sa tête. D’autre part, un PRES avec de nouveaux statuts. Il se chargera des mutualisations entre universités ainsi que de l’opération campus. La présidence du PRES sera tournante, les trois présidents d’université le dirigeront à tour de rôle.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter