Castelnau-le-Lez

Avenue de l’Europe : "la rue de Rivoli" de l’agglo Montpelliéraine

L’ancienne RN 113 en transformation

mardi 15/12/2009 - mis à jour le 16/12/2009 à 11h51

Dans le sillon de la ligne 2 de tramway (reliant Jacou à Saint-Jean-de-Védas), les projets d’aménagement urbain fleurissent. Fortement encouragées par l’Agglomération, les communes s’engagent à favoriser la rentabilité du réseau de tram montpelliérain.
Exemple à Castelnau-le-Lez, dans la périphérie Est de Montpellier.

“Les Nymphéas”, “Le Carré Rivoli”, “Le Vendôme”… Voilà les noms des immeubles en construction le long de l’avenue de l’Europe, à Castelnau-le-Lez, dans la périphérie Est de Montpellier. Entre le quartier de l’Aube Rouge et la place Charles de Gaulle, l’ancienne RN 113 est aujourd’hui parsemée de grues et de chantiers, et les immeubles y poussent comme des champignons.
Dans un dépliant sur le futur de la ville, la mairie annonce la couleur : « Castelnau-le-Lez, une douceur de vivre au cœur du XXI° siècle ». Un panorama de la future avenue accompagne un rapide paragraphe intitulé « Avenue de l’Europe : un projet moderne, de qualité et humain ». Les objectifs sont ambitieux.

JPEG - 82 ko
La future Avenue de l’Europe

Image tirée du dépliant de la mairie.

« Changer les règles du jeu »

Eric Gaillard, directeur du service Programmation Aménagement Environnement de la mairie de Castelnau-le-Lez explique comment se met en place ce réaménagement urbain. Le document d’urbanisme de la ville a été réadapté avant-même l’inauguration du tramway, afin d’établir des grandes lignes. La mairie a ensuite « changé les règles du jeu » afin de définir un plan d’urbanisme concret, auxquels les investisseurs vont devoir se tenir. Par exemple, les bâtiments ne doivent pas dépasser trois ou quatre étages (avec possibilité d’aménagements sur le toit). Au premier niveau, la priorité est laissée aux commerces et aux entreprises : le cahier des charges exige des vitrines, de quatre mètres de hauteur, censées favoriser l’activité commerciale. Enfin, pour ce qui est des parkings, ceux-ci devront être souterrains, dans la mesure du possible. Côté esthétique, tous les projets doivent obtenir l’aval du cabinet d’architectes Obras, qui veille à maintenir une certaine uniformité de style. Seules exceptions : les alentours des arrêts de la ligne 2, où des aménagements seront créés (immeubles plus hauts, arbres, etc.).

JPEG - 114.4 ko
La nouvelle Maison de l’Agglo

Exemple des règles imposées aux futurs bâtiments : trois étages, vitrines de 4 mètres de haut au premier niveau, etc.

Au total, ce sont plus de 22 projets qui sont en cours de réalisation à l’heure actuelle, pour un total d’environ 1 600 logements (la commune compte à l’heure actuelle un peu moins de
8 000 habitations) dont au moins 30% de logements sociaux « standing » (Eric Gaillard refusant d’utiliser le terme H.L.M jugé « trop négatif »). Le chiffre est supérieur aux 20% requis par la loi, le but étant ici de combler les trous, puisque de l’aveu même de Jean-Pierre Grand [1], il manque à l’heure actuelle environ 700 logements sociaux à Castelnau-le-Lez et que ce déficit va augmenter avec la croissance démographique (la population de la ville est censée passer de
15 000 à 20 000 habitants d’ici 2015).

« L’Agglo veut de la densité »

JPEG - 103 ko
Le futur "Carré Rivoli"

Les grues poussent comme des champignons aux abords du tramway.

De quoi pousser le député-maire de la ville Jean-Pierre Grand à déclarer que l’Avenue de l’Europe sera la « rue de Rivoli » de l’Agglo montpelliéraine. Parce que si officiellement la mairie est souveraine en ce qui concerne les décisions et de l’aménagement, dans les faits, Eric Gaillard avoue que Castelnau travaille avec l’Agglomération : « on a les mêmes experts ». L’Agglomération ayant financé la construction de la ligne 2 de tramway à hauteur de 80%, il est difficile d’imaginer celle-ci renoncer à un droit de regard sur les aménagements futurs : « l’Agglo construit le tram. L’Agglo veut de la densité autour du tramway », selon le responsable aménagement de la mairie.

Quid des riverains dans cette histoire ? Des concertations et des enquêtes publiques ont été réalisées mais Eric Gaillard admet qu’il y a eu peu de contestations :
le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) est « passé dans l’aspiration du tramway », tramway que les riverains ont vu « comme un progrès indéniable ». S’ajoute à cela que l’arrivée de ce moyen de transport représente une plus-value importante pour les propriétaires.

Sur le terrain, cet avis est partagé, mais avec quelques bémols : Marc, qui habite à côté de la future résidence “Les Nymphéas” (500 logements prévus, dont 150 logements sociaux) s’inquiète pour « les HLM et les ennuis que ça va causer ».
Plus près de la place Charles de Gaulle, à la frontière avec Montpellier, Mireille Armande se plaint de la gêne occasionnée par la construction : « le bruit, la poussière, les camions ».

« Fini la RN 113 pensée pour des voitures »

Quant aux commerces, le changement amorcé avec la construction de la ligne de tramway va continuer : les garages et concessionnaires automobiles qui fourmillaient autrefois vont s’effacer devant les commerces de proximité et les centres commerciaux.
Fini la RN 113 « pensée pour des voitures et accessible uniquement en voiture » : priorité au tramway et aux boutiques.

Reste à voir quel sera le succès de cette nouvelle avenue de l’Europe. Les agents immobiliers se sont en tout cas déjà précipités sur le marché, alors que seuls quelque immeubles sont terminés. Le groupe Nexity, leader sur le marché de l’immobilier neuf, a ainsi mis en place un site Se loger à Castelnau, pour lequel des publicités apparaissent tout le long de la défunte Nationale 113.

Site de la mairie de la ville, avec le Plan Local d’Urbanisme

Notes

[1dans un interview disponible sur le site ExploImmoNeuf

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter