Barack Obama met fin à la "loi du bâillon"

dimanche 15/02/2009

Instaurée en 1984 par le président Reagan, la fameuse loi du bâillon (encore appelé Global Gag Rule ou plus officiellement "Règle de Mexico"), a été abrogée par décret le 23 janvier dernier par le président Barack Obama. Cette dernière visait à interdire les subventions allouées aux Organisations Non Gouvernementales dans les pays dits émergents en matière de planning familial.

Barack Obama affiche une nouvelle fois sa détermination à tourner la lourde page de l’ère Bush. Désireux de laisser "aux femmes le libre droit de choisir", il vient de signer un décret visant à abroger la dite "Règle de Mexico" instaurée en 1984.

Une mesure controversée

Appelé ainsi car elle fut pour la première fois évoquée dans la capitale mexicaine lors d’une conférence des Nations Unies, elle fut rapidement instaurée par le Président républicain, Ronald Reagan. Cette mesure permettait d’imposer des restrictions sur le financement américain de la planification familiale à l’étranger. D’autre part, elle interdisait aux ONG étrangères d’obtenir des fonds américains si en utilisant leurs propres fonds et en conformité avec les lois de leur propre pays, elles pratiquaient ou favorisaient activement l’avortement comme moyen de planification familiale. JPEG En 1993, l’arrivée de Bill Clinton au pouvoir bouleverse la donne. Il révoque la Global Gag Rule par décret.
Cette dernière est remise en vigueur en 2001 et est représentée comme un produit du néo-conservatisme américain. Dans la lignée de l’amendement Helms de 1973 qui interdisait déjà l’utilisation de fonds américains pour les droits à l’avortement . Dans son Executive Memorandum, le président Georges W. Bush ordonne à l’USAID ( Agence des Etats Unis pour le Développement International) de remettre en vigueur toutes les exigences de la politique de Mexico telles qu’elles l’étaient le 19 janvier 1993. Le Gouvernement du Président George W. Bush a ainsi rétabli les restrictions, généralement imposées aux organisations étrangères de service de santé. De surcroît, la Global Gag Rule oblige les organisations de santé à faire un choix immoral. Soit renoncer aux financements nécessaires pour les services de planification familiale et autres soins de santé et de reproduction, soit renoncer à leur liberté d’expression et à la démocratie.

Une ère nouvelle

Hasard ou pas, Barack Obama vient d’abroger cette mesure au lendemain du 36ème anniversaire de la décision de la Cour Suprême Roe Vs Wade. Cette loi instaurée le 22 janvier 1973 permet aux américaines de pouvoir avorter légalement sous certaines conditions. Une des premières mesures prises par l’administration Obama qui ne satisfera sans doute pas les franges les plus conservatrices du pays, très attachées au droit pour la vie. Deux mandats durant, Georges W. Bush a tout fait pour revenir sur la décision de la Cour Suprême concernant le droit à l’avortement, sans succès.
Pour les Pays dits émergents, l’abrogation de la règle de Mexico représente un réel espoir pour les femmes tout d’abord à disposer de leurs corps, et aussi pour les ONG qui souffraient cruellement depuis 8 ans du manque de subventions américaines. Il est important de souligner que les Etats-Unis sont le principal pays donateur de ce que l’Organisation des Nations Unies (ONU) appelle « l’assistance internationale en matière de population ». Leurs contributions représentent 43% de l’ensemble des fonds alloués aux activités relatives à la planification familiale, à la santé maternelle et infantile, et aux Maladies Sexuellement Transmissibles, y compris le VIH.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Barack Obama met fin à la "loi du bâillon"

    18 février 2009 05:44, par puzzlepalace

    repondre message

    (un enfant si je veux quand je veux ) un slogan feministe qui a mobilisé toute une generation de femmes et de citoyens avec des mots simples et coherents.

    des etres humains sont maltraités par millions et ce depuis des tas d’années .
    je me demande si ceux qui parlent d’ atteinte a la vie en insinuant le foetus)) etc ... est ce qu ’ ils protestent aussi fort et utilisent toutes les spheres du pouvoir politique afin de condamner ceux qui maltraitent les vivants avant de protester pour ceux qui sont en phase d’etre conçue .

    surtout :
    si c’est des cas de force majeur
    avorter pour une raison d’organisation de vie privé et de difficulté materielle .

    avorter pour raison de viol enfant non souhaité .

    ces actes spectaculaires de fanatiques devant des cliniques ne sont pas convaincants , que ces gens soient la a manifester pour le respect de la vie reduire la vie a un foetus ?? QUEL esprits bornés ou hypocrytes et qu’ailleurs la ou des vies sont bafouées on ne les voit pas manifester en est la preuve que derriere il y a des societés occultes qui tirent les fiscelles .

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter