Bastien Cazals saisit le Tribunal Administratif de Montpellier

mardi 24/02/2009

L’instituteur désobéisseur veut faire valoir ses droits ! Bastien Cazals, le directeur de l’école maternelle Louise Michel (Saint-Jean-de-Védas) annonce qu’il dépose deux recours en Tribunal Administratif pour contester la décision de l’Inspection Académique de l’Hérault d’effectuer des retraits sur salaire. Dans une lettre adressée au Président de la République le 25 novembre 2008 il explique, entre autres, les motifs pour lesquels il refuse de mettre en place l’aide personnalisée. Cette aide a été mise en place à la rentrée dernière et vise à consacrer une demi-heure par jour de soutien (sur une semaine de quatre jours). Le professeur des écoles, lors d’un rassemblement devant le Rectorat le 17 décembre dernier, que la mise en place de ce nouveau dispositif ne fait « qu’entretenir la confusion avec l’aide spéciale, les Rased », les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté. Le Ministère de l’Éducation Nationale a décidé de supprimer 3 000 postes pour la rentrée scolaire de 2009.

Depuis, Bastien Cazals a été inspecté et convoqué à l’Inspection Académique à plusieurs reprises. Cette dernière a décidé de lui retirer 12 jours de salaires sur le mois de décembre, soit 700 euros. Une décision illégale, selon le mémoire déposé la semaine dernière par ses avocats, Maître Ruffel (un parent d’élève) et Maître Mazas. « L’Administration considère qu’il s’agit d’un service non-fait, et que par décision administrative elle a le droit d’effectuer un retrait sur salaire », explique Bastien Cazals. Or, les sanctions financières ne figurent pas en tant que tel parmi la série de sanctions disciplinaires qui existent. De plus, l’Inspection Académique n’aurait pas respecté toute les étapes d’une procédure disciplinaire. Il existe en effet une graduation dans le type de sanction allant du simple avertissement jusqu’à la révocation. Deuxième motif, « il ne s’agit pas d’un refus de service car c’est un ordre illégal ». Bastien Cazals renchérit : « le statut des fonctionnaires permet de ne pas appliquer un ordre s’il est illégal et de nature à porter préjudice aux usagers ». L’aide personnalisée, rajoute une demi-heure d’enseignement qui ne respecte pas l’obligation règlementaire de ne pas dépasser les six heures quotidiennes des élèves, selon un décret de 1990. L’instituteur rappelle que « le Ministre lui-même dit que l’aide personnalisée était considérée comme un temps d’enseignement ».

Saisi en référé-suspension, le Tribunal à Montpellier devra juger sur l’urgence de réparer le préjudice du retrait sur salaire. Le jugement au fond sera plus lent, ce type de procédure pouvant durer un an. En attendant, Bastien Cazals se félicite que d’autres désobéisseurs pédagogiques à Tours et à Colomiers réfléchissent à une même action en justice.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Il faut que justice soit rendue à ce fonctionnaire exemplaire qui n’a pas hésité à prendre des risques personnels pour le bien de nos enfants.
    Qui plus est, il a trouvé face à lui des fonctionnaires qui eux, ont poussé l’obéissance jusqu’à la collaboration zélée avec les directives d’en haut...
    Le harcellement, les intimidations et les pressions qu’il subit sont une véritable honte dans un pays qui se dit" des droits de l’homme".
    Courage Bastien !

    Voir en ligne : La Plume du Sioux

  • repondre message

    Bravo Mlle Blanès et merci pour ce bel article, clair, explicite et qui pointe encore plus du doigt les dysfonctionnements de l’education Nationale qui patauge dans les méandres gluants des dizaines de réformes infligées à leur personnel et dont les conséquences facheuses pour les enfants sont come une bombe à retardement qui nous explosera dans la figure si la droite au pouvoir continue son acharnement à vouloir démanteler l’école de la République sur le modèle concurentiel et productiviste de l’entreprise capitaliste.

    Juste une remarque : s’il y’avait eu un lien vers le blog d’Une Ecole Pour Victor et Hugo...
    http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/

    Voir en ligne : UneEcolePourVictorEtHugo, le blog de Bastien Cazals

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter