Culture Hip-Hop

Battle Of The Year ’11 : de la contestation au divertissement ?

mardi 22/11/2011 - mis à jour le 24/11/2011 à 15h16

La semaine dernière la danse Hip Hop a été célébrée à Montpellier pour se terminer en fanfare avec la finale du championnat du monde de break dance par équipe, qui a vu les français du Vagabonds Crew, reprendre le trophée après cinq ans de disette.

Samedi soir, devant onze mille personnes à l’Arena de Montpellier, vingt équipes des quatre coins du monde ont présenté leurs créations. Le jury a ensuite sélectionné le Japon, les Etats-Unis, la France et Taiwan pour que ces derniers s’affrontent en battle. L’ambiance était électrique tout au long de la soirée, avec à l’honneur la passion pour le Hip Hop et les prouesses techniques qui lui reviennent, que ce soit sur scène, dans la fosse, ou dans le back stage.

Voici un aperçu des qualifications pour les demi-finales des équipes brésilienne, française, israélienne, kazakh, belge et italienne mais aussi de ce qu’il s’est passé devant et derrière la scène :

Du spectacle, on en a eu encore plus lors des demi-finales Japon-USA et France-Taiwan (voir les extraits à la fin de l’article). Les duels ont été houleux, mais se sont toujours déroulés dans le respect, comme l’ont attestées les embrassades au retentissement du gong.

Un événement sous le signe de la performance donc, dont l’institutionnalisation outrancière fait parfois oublier, notamment aux plus jeunes, largement présents samedi soir, que le Hip Hop s’est construit comme une culture contestataire et parfois révolutionnaire.

Dans ce type d’événement, somme toute très agréable à regarder, on peut déplorer l’absence d’un quelconque engagement de la part des équipes en lice. Exception a été faite cette fois-ci du collectif israélien Kosher Flava, dont toute la chorégraphie était articulée autour d’un message de paix entre israéliens et palestiniens et d’une critique de la société militariste israélienne.

Pour les anglophones, voici ce qu’en pense l’un d’entre eux :

Dans cette même perspective, l’opacité du processus décisionnel des membres du jury reproduit finalement un modèle de la gouvernance politique, alors que le choix du public fait partie intégrante de la tradition du battle de Hip Hop. On note, sans toutefois ne rien en conclure, que le jury composé de cinq membres a sélectionné en demi-finales trois équipes de leurs nationalités respectives (France, USA et Japon, les deux autres jurés, suisse et espagnole, n’étant pas représentés dans la compétition).

C’est pour cette raison notamment que l’équipe nord-américaine a été copieusement sifflée lors de son arrivée sur scène pour la finale. Il est vrai que les français aussi pensaient affronter le Japon en finale (voir la vidéo ci-dessous).

La région Languedoc-Roussillon a aussi bien profité d’une opération de communication vaste et rondement menée, puisque l’événement lui confère effectivement une perspective supplémentaire de rayonnement international.

Le Vagabonds Crew, qui s’entraîne notamment à la Casa Musicale de Perpignan, a donc été proclamé champion du monde ce samedi. Il y avait du très haut niveau ce soir-là à l’Arena de Montpellier, et le public est reparti enchanté de la victoire française, presque comme au soir d’un match de football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter