Cet article a été marqué avec 2 tags2 tags

Localiser cet articleLocaliser 43.5978971966252

« C’est même pas le marché de Noël, c’est les hivernales »

mardi 24/12/2013 - mis à jour le 24/12/2013 à 11h42

Le marché des « hivernales » de la ville Montpellier affiche une laïcité exemplaire, n’en déplaise à certains

Le chalet des pâtisseries orientales loin de celui de la charcuterie Corse, le choix des chalets par la Ville n’est pas anodin, leurs dispositions non plus. A l’entrée du marché, une crèche de santons provençaux sous un dôme de plastique est illuminée, la vie du village est représentée, les figures bibliques beaucoup moins. À l’accueil, Nicole Barrandon à la direction de l’espace public à la mairie s’en explique : « Depuis Frêche, la ville de Montpellier est une ville ouverte, cosmopolite, quand les commerçants envoient leurs dossiers pour avoir un chalet, la mairie a une volonté d’équilibrer les cultures ». Dans les choix affichés, valoriser l’artisanat est l’un des objectifs, néanmoins, la question de la religion est un vrai enjeu, notamment pour la Mairie. Hélène, santonnière à St Guilhem le Désert affiche une pensée plus radicale, elle s’insurge : « Je suis catholique pratiquante et je trouve que les musulmans imposent trop de choses en France. Nous ne sommes pas représentés sur le marché de Noël. D’ailleurs, c’est même pas le marché de Noël c’est les Hivernales. Nous sommes colonisés. Pour la crèche que mon mari a installé à l’entrée du marché de Noël, le 25, le petit Jésus sera dans la crèche et il n’y a pas eu de débat avec la Mairie à ce sujet. » Pourtant, les visiteurs du marché de Noël ne semblent pas y porter attention, comme Jacques, gendarme, qui ne voit pas vraiment où est le problème : « Le chalet des pâtisseries orientales c’est pas un problème, tout le monde à le droit de travailler, n’empêche que c’est plus la tradition du pain d’épice que des cornes de gazelle. ». Sa femme, Claude, retraitée, Montpelliéraine de souche, ajoute : « si ils veulent fêter Noël avec nous c’est pas grave. J’en ai assez du débat sur la laïcité, plus d’arbre de Noël dans les écoles, c’est quand même une fête catholique et la naissance du petit Jésus » . Néanmoins, la présence des pâtisseries orientales au marché de Noël ne la dérange pas. « Ça apporte de la diversité sur le marché de noël, les loukoum c’est mon péché mignon. Ils ont autant le droit d’être là que d’autres ».

« Je vends des chapelets parce que c’est la mode, les jeunes aiment ça »

Le débat sur la laïcité divise les français, y compris au sein du marché de noël de Montpellier. En effet, ce sujet cristallise certaines inquiétudes, concernant la transition de notre société d’une influence judéo-chrétienne vers une société multi-culturaliste. Ce changement est vécu par une tranche de la population comme une perte des traditions, voire des valeurs républicaines, quand elle est accueillie par toute une autre comme un symbole d’ouverture et d’évolution des mœurs. Mais, peut être que le Marché de Noël relève plus d’une question de vente que de croyances ou de tradition . Gérard lui, vend des chapelets parmi des portes-clés de la Camargue et des bracelets tressés fluo : « moi je vends des chapelets parce que c’est la mode, les jeunes aiment ça. C’est tendance, ça coûte pas cher, je vends ça comme des petits pains ».

Localiser cet article :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter