Enquête

Carlos Fructuoso : « Tousenville.com met en avant les commerçants de l’Écusson »

vendredi 18/02/2011 - mis à jour le 18/02/2011 à 20h06

Lancé le 13 novembre 2010, Tousenville.com permet de se balader dans les rues du centre-ville de Montpellier depuis chez soi. C’est le pari de Carlos Fructuoso, ancien directeur commercial de Direct Montpellier Plus. Le site propose une modélisation de l’Écusson en 3D et un réseau de commerçants qui mettent en ligne une sélection d’articles de leur boutique.

Comment est né le concept de Tousenville.com ?

Lors d’un voyage en 2007 sur la Côte Ouest des États-Unis, j’ai eu l’occasion de visiter Los Angeles, San Francisco et d’y faire du shopping. À mon retour, j’ai pensé adapter l’idée d’une visite virtuelle dans les centres-villes et d’y faire également des achats.

JPEG Comment se présente votre site ?

Les commerçants partenaires n’ayant ni le temps ni les moyens de financer leur propre site trouvent ici une vitrine virtuelle où ils proposent une sélection d’articles ou de services. Les internautes ont plusieurs possibilités : se promener dans les rues en 3D et entrer dans les boutiques, faire une recherche thématique ou cliquer sur un commerçant en particulier. Les commandes sont réglées en ligne et sont récupérées en boutique ou livrées à domicile.

Pourquoi avoir choisi de ne représenter que les commerçants du centre-ville ? Qu’apporte la 3D ?

“L’Écusson”, le centre historique de Montpellier, a une vraie histoire et un charme indéniable auquel les commerçants contribuent, comparé aux centres commerciaux uniformes. La modélisation en 3D participe au rayonnement de Montpellier. Ceux qui ne la connaissent pas découvrent la ville, les autres choisissent d’aller dans les rues et les boutiques qui les intéressent.JPEG

Un site d’e-commerce comme Tousenville.com ne risque-t-il pas de vider physiquement le centre de ses acheteurs ?

C’est une critique qui revient et qui inquiète les commerçants. Mais aujourd’hui, le nombre d’achats sur Internet est en plein essor [1]. Ce qu’on propose c’est de défendre la qualité de service et des produits, le professionnalisme des commerçants. En leur permettant d’être dans la course, ils peuvent défendre leurs intérêts face aux géants de la vente sur Internet.

Quel bilan dressez-vous de l’activité du site ? Participe-t-il au rayonnement de Montpellier ?

JPEG Après trois mois d’existence, au vue du nombre de visites, le site a bien démarré. Au niveau national, Montpellier, Paris et Toulouse cumulent le plus de visites. Et à l’international, tous les continents se sont connectés au moins une fois. C’est un outil de promotion de la ville qui dépasse l’aspect e-commerce. Le site se positionne également sur l’information locale. À terme, les Montpelliérains y trouveront un site qui deviendra un gros centre d’intérêt.

Que vous manque-t-il pour faire connaître et évoluer Tousenville.com ?

Outre le magazine mensuel que nous éditons, les spots radio et le référencement sur les moteurs de recherche sont de vrais relais. À l’avenir, j’aimerai renforcer la 3D en modélisant 25 rues, élargir le réseau de commerçants en le portant à 250 adhérents et étendre le concept à d’autres villes. L’objectif est aussi de faire adhérer les institutions locales et l’association des commerçants.

Notes

[1Selon la Fevad (Fédération e-commerce et de la vente à distance), les acheteurs en ligne sont 27,3 millions sur les 37, 5 millions d’internautes français.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter