Union Républicaine Populaire

Christian Jeanjean veut fonder la nouvelle Droite gaulliste

vendredi 26/03/2010 - mis à jour le 26/03/2010 à 17h42

Le candidat aux élections régionales, dissident de l’UMP, n’a pas su convaincre les électeurs du Languedoc-Roussillon, et n’a recueilli que 2,3% des suffrages le 14 mars dernier. Pour autant, au sein de l’Union Républicaine Populaire, le mouvement qu’il a crée pour se lancer dans la campagne, il s’est d’ores et déjà proposé comme une alternative gaulliste dans la région, face à une majorité moribonde après la défaite de Raymond Couderc.

Une nouvelle Droite en Languedoc-Roussillon

« Les problèmes des Languedociens ne sont pas valables pour l’ensemble des Français. » Pour répondre à leurs attentes, Christian Jeanjean, candidat Divers Droite aux Régionales 2010, veut lancer un projet ambitieux qui dépasse l’échelle du Languedoc-Roussillon. A l’image du système fédéral allemand, Jeanjean souhaite redessiner la carte de la France autour de huit à dix régions principales. Ainsi, des Pyrénées Orientales en passant par la Lozère jusqu’aux Alpes Maritimes, le grand axe méditerranéen prendrait pour nom “la région Sud de France”. Un schéma synthétique qui permettrait au final de contre carré les ambitions d’une Gauche enracinée régionalement.

Afin de pérenniser durablement son mouvement politique, le leader de l’Union Républicaine Populaire entend former de nombreuses alliances. En commençant par les liens déjà établis avec le Centre National des Indépendants et Paysans (CNI) et le Mouvement pour la France (MPF) de Phillippe de Villiers. Un ralliement qui pourrait même viser quelques personnalités centristes. De tendance gaulliste, l’URP se dit tout naturellement attentif au projet de la future formation politique de Dominique de Villepin. Sur le plan national, la construction de la nouvelle droite s’élève comme un pied de nez à la majorité présidentielle.

«  Faire de la politique autrement  »

« Notre résultat n’est peut-être pas aussi élevé qu’on l’espérait. Mais entre les colistiers, une affinité s’est créée. On va se redonner des nouvelles. Un travail de fond a débuté, et on remettra cela pour les cantonales. » Philippe Geshors, onzième sur la liste URP des Pyrénées-Orientales, se montre volontariste. Ce chef d’entreprise, candidat sans étiquette politique, a d’ailleurs déjà reçu un e-mail de Christian Jeanjean le remerciant pour son investissement personnel dans la campagne. Candidat malheureux à l’investiture en 2009, suspendu de l’UMP, le maire de Palavas-les-Flots n’a, selon ses partisans, perdu qu’une bataille. Alors que beaucoup pensaient qu’il ne réussirait pas à proposer une liste face à Raymond Couderc, l’homme a su créer une alternative : « malgré son score modeste, l’URP a rempli son rôle : faire de la politique autrement », explique Igor Kurek, tête de liste dans le Gard. « On repart maintenant sur des vraies bases de Droite ». Ancien membre de la majorité présidentielle, il quitte l’UMP il y a deux ans, trouvant les mesures d’ouverture utopistes et prônant un retour aux valeurs du gaullisme. Un constat qui n’est pas sans rappeler les reproches adressées aujourd’hui dans les rangs de la majorité au président Sarkozy. La large défaite de Couderc ? « C’est le résultat du mauvais bilan de la majorité à la tête de l’État. », pense M.Kurek. L’exclusion de vingt-deux de ses colistiers, décidée par les organes parisiens du parti présidentiel ? « Nous n’avons pas peur de perdre la carte pour continuer le combat. ».

«  Je crains que l’URP ne devienne qu’un petit parti qui végète  »

L’entrée définitive en dissidence de l’URP est une stratégie qui ne convient pas forcément à tous ceux qui ont soutenu la démarche de l’élu palavasien. Dès l’entre-deux tours, Éric Cavalier, septième sur la liste de l’Hérault, avait appelé à voter pour Raymond Couderc : « je suis l’un des seuls à m’être élevé pour le rassemblement au second tour, après avoir prôné la diversité au premier tour ». L’initiative de Christian Jeanjean est, selon lui, sans lendemains : « je crains que l’URP ne devienne qu’un petit parti qui végète, et qui n’y ait que deux alternatives locales : rallier l’UMP ou aller vers le Front National. » Une tentation qu’a bien compris le parti de France Jamet lors de l’entre-deux tours. Dans l’Aude, le FN aurait pris différents contacts avec les candidats de l’UPR. La liste d’extrême-droite a, de plus, bénéficié au second tour de réserves de voix, peut- être acquises sur l’électorat de Christian Jeanjean. Mais le maire de Palavas n’a, lui, manifesté aucune intention de se rallier aux listes en présence au second tour. Il n’avait donné aucune consigne de vote, ni à ses colistiers, ni à ses électeurs.

Ce silence est justifié par la volonté de Christian Jeanjean de maintenir intacte sa posture locale. Jean Morelon, quinzième sur la liste héraultaise, la commente : « les membres de notre liste ne voulaient pas d’un leader imposé de Paris, un vrai mouvement local s’est créé. L’idée de Jeanjean, c’est de poursuivre l’alternative à l’UMP dans la région. Et je suis de ceux qui pourraient le suivre dans un nouveau combat électoral. » Prochain objectif pour l’URP : être présent aux prochaines échéances locales, et obtenir des sièges dans l’exécutif départemental. Reste à savoir si Christian Jeanjean, malgré un score plus que modeste aux Régionales, réussira à convaincre dans le rôle d’opposant gaulliste à l’UMP.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Je trouve que le score de Christian Jeanjean est assez bon.
    Pourquoi l’URP ne se rapprocherait elle pas de Debout La Republique de Nicolas Dupont-Aignan,vu que le CNI a participé a la campagne avec DLR en Ile de France pour les regionales ? dans la perspective des cantonales 2011 et legislatives 2012.
    Je suis adnerent a DLR et j’ai voté pour Christian JEANJEAN

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter