Champions League

Combattre et vaincre Bordeaux pour rêver à nouveau d’un sacre européen

mercredi 07/04/2010

Second et dernier acte du choc européen entre Bordeaux et Lyon, ce soir à 20 heures 45. Après avoir pris l’ascendant à l’aller (3-1), l’Olympique lyonnais doit confirmer à Chaban-Delmas pour se qualifier -enfin- pour une demi-finale de Champions League. Ce serait la première fois de son histoire. Parti pris.

La première manche nous a laissé sans voix ! Des tréfonds du Virage Sud de Gerland, nous avons assisté à une rencontre au plus haut niveau entre deux équipes déterminées à en découdre.

Avant le match retour, Claude Puel peut dire mille fois “merci” à Hugo Lloris. Sans lui, la confrontation aurait pu tourner en faveur de Bordeaux. Mais Laurent Blanc peut aussi souffler, car le stade a vraiment poussé pour que le duel se finisse sur un 4-1.

Une panthère et deux lions pour croquer Bordeaux

Prudence. Contrairement à l’idée largement répandue, rien n’est encore joué avant le match de ce soir. Pour cause : à l’aller, les Girondins ont marqué ce fameux but à l’extérieur qui compte tant. Confirmant ainsi nos craintes. Du pied droit comme du pied gauche, lorsque Yoann Gourcuff parvient à trouver une fenêtre pour centrer, Marouane Chamakh ne rate jamais l’occasion de faire parler sa technique hors-pair dans les airs. En cas de victoire 2 à 0 ou par trois buts d’écart, Bordeaux ira donc en demi-finale. C’est tout à fait plausible.

De plus, l’équipe de Laurent Blanc joue cette fois avec son capitaine Alou Diarra. Un ancien Lyonnais qui a disputé la finale de la dernière Coupe du monde avec la France. Sa présence au milieu sera déterminante. On dit les Girondins en chute libre après leur défaite du weekend en championnat ? Attention au sursaut d’orgueil, Lyon connaît ça.

Autre variable qui change la donne : Lisandro est suspendu. Sans le harcèlement permanent que l’Argentin a fait pesé sur la charnière centrale bordelaise au match aller, la physionomie du match de ce soir ne sera pas la même. Bafétimbi Gomis, ménagé ce weekend, va prendre la place de “Licha” à la pointe du triangle offensif lyonnais avec son propre registre de jeu. Le comportement de l’international français sera une clé du match.

La “panthère” n’est pas un homme de pressing, c’est un euphémisme. Mais s’il se montre capable de garder le ballon haut et de peser dans les airs, Bafé Gomis dégagera des espaces pour les deux lions qui seront à son soutien sur les ailes. “Chelito” Delgado et Michel Bastos ne demandent que ça pour faire parler la poudre (Sidney Govou est suspendu). Ou bien remiser pour une frappe sans contrôle de l’ancien Stéphanois. Miralem Pjanic a aussi rappelé qu’avec Gomis, il faut glisser les ballons dans la profondeur.

On ne sait pas si Mathieu Bodmer sera titulaire

Lyon doit marquer à Chaban-Delmas. Un ou deux but pour les Gones, et la qualification bordelaise deviendra plus qu’improbable. À l’inverse, si Bordeaux inscrit un but tôt dans la rencontre, il ne faudra surtout pas paniquer. L’expérience acquise à Madrid l’a confirmé.

En défense, Anthony Réveillère et Aly Cissokho ont soufflé ce weekend. Les deux latéraux seront donc titulaires. Cris a également été mis au repos et reprendra son brassard de capitaine, confié à Hugo Lloris le temps du match contre Rennes. Reste donc l’interrogation classique. Quel défenseur aligner avec Cris ? S’il n’était pas sorti précocement contre Rennes, on répondrait volontiers Mathieu Bodmer, auteur d’une passe décisive à l’aller. Mais faute de certitude, il faut attendre. Jean-Alain Boumsong doit se tenir prêt.

Au milieu, Lyon compte également un absent de poids : Jean II Makoun. Ce qui signifie que le poste de deuxième récupérateur revient automatiquement à Kim Källström ou Maxime Gonalons. À moins que Jérémy Toulalan ne soit placé en défense. Dans quel cas, les deux seront alignés en soutien de Pjanic.

Après trois quarts de finale perdus en C1, l’OL est au pied du mur

À quelques heures du plus important match de son histoire, effectivement, l’OL a la pression. Forcément ! Lyon n’a jamais caché son ambition de devenir le deuxième club français à rafler la plus prestigieuse des compétitions du football professionnel. À l’image de Jean-Michel Aulas, qui avait carrément déclaré devant 40 000 spectateurs, le soir du 6è titre en championnat : « aujourd’hui vous êtes champion de France. Demain, vous serez champion d’Europe ! » Que les Bordelais se rassurent. La pression, Lyon se la met tout seul.

Mais après avoir perdu une finale de Coupe de la Ligue contre Marseille, après avoir laissé son fauteuil de leader à Lyon en championnat, après avoir perdu la première manche de son duel européen mardi dernier, une élimination contre Lyon en Champions League, à domicile qui plus est, ça ferait également très mal au moral des Bordelais, non ? Pas trop dur la fin d’année sans profondeur de banc ?

Par ailleurs, nous n’avons pas rêvé samedi dernier : il y a bien eu des sifflets pour accompagner la sortie des hommes de Laurent Blanc après leur défaite à domicile contre Nancy, n’est-ce pas ? Le public bordelais n’a pas l’air très serein... Du coup, en cas de nouvelle désillusion contre Lyon ce soir, on risque d’entendre une sacrée “bronca”, pas vrai ?

Et puis, demain matin, le vainqueur du duel fera la Une de L’Équipe. S’il s’agit de l’OL, sur quoi portera le sous-papier ? Sur la quatrième défaite consécutive de Bordeaux, ou sur les départs possibles de Laurent Blanc et Yoann Gourcuff l’été prochain ? Les Bordelais n’ont pas la pression, vraiment ? Pourtant, il serait temps !

Alors les Bordelais, vous sentez le vent du boulet ?

En C1, l’OL en a vu de toutes les couleurs : des victoires à l’arraché, des renversements fulgurants, des matchs nuls d’anthologie, d’authentiques moments de grâce où tout rentrait contre les plus prestigieux adversaires... Mais surtout des cruelles défaites, des humiliations parfois sans appel, qui ont laissé un goût amer entre Rhône et Saône. Maintenant ça suffit ! Ce quatrième quart de finale, il est pour Lyon.

Gerland a donné le ton mardi dernier. Voyons maintenant de quoi Chaban-Delmas est capable.

JPEG

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter