Denis Robert revient sur Clearstream en héros de BD

dimanche 15/02/2009

Avec "L’Affaire des affaires", le journaliste d’investigation indépendant Denis Robert revient sur la genèse de son enquête sur la fameuse chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream (malgré sa décision, en juin 2008, de ne plus jamais en parler).

Publié le 24 janvier 2009, le premier tome d’une série sur L’Affaire des affaires met en images son parcours : son passage à Libé, avant, son enquête, ses difficultés à se faire publier, après.
"L’argent invisible" se termine à la veille d’un rendez-vous avec le fameux informateur de la "banque des banques", qui donnera à son enquête le ressort qu’on lui connaît aujourd’hui.

L’objectif : "toucher le plus grand nombre de personnes. Et les informer", déclare Denis Robert à Dominique Bry, rédacteur du blog "Comic Strip" sur Mediapart. La BD "s’est imposée comme une évidence".
Et en terme de 9ème Art, le dénonciateur de la « domination » s’est bien entouré : le dessin noir et blanc est de Laurent Astier, le storyboard signé par Yan Lindingre.

JPEG - 60.5 ko

Il y a peu, Denis Robert essuyait plusieurs condamnations pour diffamation, dont trois le 16 octobre 2008 par la cour d’appel de Paris pour deux essais, Révélations et La Boite Noire et un film, Les Dissimulateurs. Tous trois portaient sur le même thème. Un thème sur lequel le journaliste a été très prolifique, usant de tous les médiums possibles.

Il s’essaie donc à la bande dessinée, après le roman, l’essai, le documentaire, l’exposition d’art contemporain et le livre d’art ... Huit mois à peine après avoir déclaré sur son blog : "Je jette l’éponge".

Le 10 juin 2008, il s’engageait alors en ces termes : "Ce texte est ma dernière intervention publique à propos de Clearstream. J’ai pris la décision de refuser toute interview liée à la chambre de compensation luxembourgeoise et de ne plus l’évoquer sur Internet, dans les journaux, à la radio, à la télévision. [...] Au bout d’un moment, cela n’a plus de sens, sinon, celui de donner du travail à l’avocat et aux juristes de Clearstream."

Il est vrai qu’il n’avait pas mentionné la BD. Et que le premier tome se referme avant que n’éclate le scandale qui éclaboussera jusqu’à l’actuel chef de l’Etat, affaire dite « Cleastream II ». Deux, voire trois autres volumes devraient suivre.

L’Argent invisible, Denis Robert, Yan Lindingre et Laurent Astier, Dargaud, janvier 2009, 22 euros.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    je vous remercie de remettre un peu de lumiére sur denis robert qui à mon avis, on a vite oublié pour le laisser seul face à ses problemes.je trouve etrange que cette bd soit sortie dans une indifference quasi generale (ce qui montre bien que cette affaire dérange...).j’ ai du mal à m’expliquer le manque de solidarité de certains de ces collégues journalistes à son égard, quand on voit la lever de bouclier qu’a provoquer l’affaire de fillipis...
    enfin, vous avez bien souligné , non sans une certaine ironie, qu’il avait déclaré ne plus rien publié sur cette affaire, mais ce revirement est peut etre due à la multiplication des ces procés et de ces condamnations (l’argent ne rentre pas tout seul !!!).
    donc, encore une fois merci de sortir un peu denis robert de l’ombre.
    p.s : je rappelle à ceux dont le sort de denis robert ne laisse pas indifferent, qu ’il existe un comité de soutien sur www.lesoutien.blogspot.com

    antoine de montelimar

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter