Elle s’habille chic dans les poubelles

mardi 07/11/2017 - mis à jour le 13/11/2017 à 13h14

« Il n’y a pas longtemps j’ai trouvé un jean Levi’s et une robe Etam. » Amy fait parfois les magasins, mais ce qu’elle aime surtout, c’est fouiller dans les poubelles de Montpellier. Si elle regarde encore autour d’elle, consciente de faire un geste étrange, l’étonnante fouineuse est toujours contente d’échanger sur ses trouvailles. Entretien avec une jeune professeure des écoles de 23 ans, qui s’habille « chic récup’ » :

  • Comment t’es venue l’idée de récupérer des fringues dans les poubelles ?

C’est une évidence pour moi. Si les gens ne veulent plus de quelque chose, je me dis que je peux le prendre. Et plutôt que de laisser l’objet à son triste sort, je préfère le récupérer. Souvent, je tombe sur ces vêtements quand je me balade. Alors je me dis que ce n’est pas pour rien qu’ils sont sur mon chemin. J’aime la gratuité et puis je ne trouve pas ça crade. Je n’ai pas peur de prendre les habits dans mes mains, de les analyser sous toutes leurs coutures.

  • Pourquoi ne fais-tu pas comme la plupart des gens, c’est-à-dire, acheter dans les magasins ?

À choisir, je préfère trouver quelque chose qui me plaît dans les poubelles plutôt que de l’acheter dans les magasins. Ce que je fais rarement pour des raisons éthiques. Payer pour des vêtements fabriqués en Asie, dans des conditions de travail lamentables m’attriste. Ça m’arrive tout de même de craquer pour des pièces qui me plaisent beaucoup. Mais j’essaye d’aller plutôt dans des vides-dressing, on y trouve plein de belles choses.

JPEG - 135 ko

Une infime partie de la collecte d’Amy

Crédit : © Quentin Bleuzen pour Haut Courant

  • Comment reconnais-tu une poubelle qui a du potentiel ?

La plupart du temps les vêtements sont posés sur ou à côté des conteneurs. Je fouille rarement dedans. À part quand c’est un déménagement. Là, il y a plein d’affaires qui dépassent, ça déborde ! Dans ce cas-là je regarde dans les poubelles pour voir s’il y a d’autres trésors. Et c’est souvent le cas. Sinon pour les bons plans le dimanche ou le lundi matin c’est pas mal. Les gens prennent de leurs temps pour faire le tri dans leurs affaires. Et dans mon quartier je connais les grandes résidences où il y a fréquemment des vêtements.

  • Quels genres d’habits trouves-tu ?

De tout ! Dernièrement j’ai trouvé un jeans Levi’s et une robe Etam. Les collants, les t-shirts, les robes sont aussi légions. Parfois je m’amuse à les customiser. J’utilise surtout mes ciseaux. Etant donné que c’est gratuit, je n’ai pas de remords à les trouer. Je fais des crop tops (des hauts courts) avec des t-shirt larges, des shorts avec des jeans ou juste des trous. Mais je ne garde pas tous les vêtements. J’en distribue certains à mes amis ou je les donne à la Gratiferia aux Arceaux. C’est un événement qui a lieu une fois par mois, tout est gratuit.

  • Trouves-tu autre chose dans les poubelles ?

Oui, plein de meubles de mon appart’ viennent de la rue. Mes produits de beauté aussi. J’ai peut-être des pouvoirs magiques ! Dernièrement j’ai senti que je trouverais quelque chose en prenant un chemin que je n’avais jamais pris pour rentrer. Et j’ai trouvé la plus grosse pile de livres d’apprentissage du français de ma vie ! Ça tombe bien : je donne des cours de français ! Et c’était dans les poubelles, je n’ai rien volé !

JPEG - 187.7 ko

Les produits de beauté récupérés dans les poubelles

Crédit : © Quentin Bleuzen pour Haut Courant

Vêtements d’occasion : les bonnes adresses
La Gratiferia. chaque troisième samedi du mois, une Grafitéria investit le quartier des Arceaux. Tout le monde peut venir y prendre ou y donner des objets en tout genre, dont des vêtements.
Le web. Sur le site Donnons.org, des particuliers proposent des habits à zéro euro.De bonnes affaires à faire aussi sur l’incontournable Bon Coin. De même, de nombreux vide-dressing proposent des offres alléchantes. Le site vide-dressing.org en recense quelques-uns et l’on en trouve d’autres sur Facebook.
Les puces. Dans un autre genre, les puces sont des opportunités intéressantes pour trouver des habits sans trop dépenser. Les puces de la Mosson, le dimanche matin ou les puces du Lez le samedi, raviront les chineurs et chineuses.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter