Eoliennes : avis de tempête sur les collines de la Moure

Article paru dans La Gazette de Montpellier du jeudi 10 au mercredi 16 avril 2008 (hors logo)

mercredi 23/04/2008 - mis à jour le 25/05/2008 à 03h05

C’est le plus important projet de parc éolien de la région : 48 nouvelles éoliennes pourraient voir le jour sur les collines de la Moure, à l’ouest de Montpellier. Elles viendraient s’ajouter aux 11 existantes et aux 13 en voie d’implantation. Pourquoi sur ce site ? Parce que c’est, d’après l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), l’un des plus venteux du Languedoc-Roussillon

Un référendum
Les communautés de communes de la Vallée de l’Hérault et du Nord du Bassin de Thau projettent de créer une zone de développement de l’éolien (ZDE) de 180 mégawatts, ce qui représente en tout 72 éoliennes. Le dossier est en cours d’instruction. Le passage par la définition d’une telle zone est obligatoire : depuis juillet 2007, EDF ne peut acheter l’électricité issue de l’éolien que produite dans les ZDE. Les communes ne sont toutefois pas obligées d’accorder des permis de construire.

Mais du côté des collines de la Moure, ce projet est loin de faire l’unanimité. En suspens pendant les élections municipales, l’affaire redémarre aujourd’hui. Certains maires, anciens et nouveaux, entendent mettre leur grain de sel. Si Villeveyrac et Montbazin ne sont, a priori, pas contre ce projet, ce n’est pas le cas de Poussan et surtout d’Aumelas : 80% de la future zone se trouve sur son territoire et elle possède déjà 11 éoliennes. « Mon but est de négocier une réduction pour arriver à 80 ou 90 mégawatts, explique Michel Saint-Pierre, maire d’Aumelas. La commune a besoin d’argent, mais pas au point de défigurer son paysage. » Il compte organiser un référundum sur la question. On sait déjà que les habitants sont partagés. Ainsi Louis Eglèse, qui réside à Cabrials, l’un des hameau d’Aumelas, est favorable aux éoliennes « s’il n’y en a pas une centaine » et il ajoute : « c’est tout de même mieux qu’une centrale ! »

Et dans le Grand Montpellier beaucoup entendent participer au débat. Ainsi la Coopérative d’électricité de Saint-Martin-de-Londres aimerait voir aboutir le projet car il lui manque de l’énergie pour bien desservir la zone. Pour Pascal Leblanc, président de l’association VentDeLaMoure, le nombre d’éoliennes ne doit pas dépasser 24 et la zone ne doit pas englober Saint-Pargoire car les machines y seraient à peine à 800 m des habitations. La Ligue de la protection des oiseaux estime, elle, qu’un champ de plus de 30 éoliennes menace l’équilibre écologique et notamment la colonie de busards cendrés qui fréquente ce lieu.

A la communauté de communes de la Vallée de l’Hérault, le président Louis Villaret tente de calmer le jeu : « 180 mégawatts, c’était une base de départ théorique, explique-t-il, je pense que ce chiffre sera réduit. » N’empêche, la prochaine session du conseil de la communauté risque d’être mouvementée.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • Eoliennes : avis de tempête sur les collines de la Moure

    25 avril 2008 05:06, par Samuel Devos

    repondre message

    cet article laisse à penser que l’auteur regarde bcp la série "les 5 soeurs" de France 2, série dont j’avoue n’a rien à envier à sous le soleil, dont le mar il est blue, éblouies pareil, jusqu’à en oublier tout... fermer les yeux, c le même bleu en dehors...ou sous le soleil !

    Samuel Devos, le gars qui pourra dire : "je me suis tapé la meuf de Johnny" (dixit natalie Baye)

    • repondre message

      Sans être aussi mordant que Samuel D, je voudrais dire à notre apprentie journaliste que l’enquête et l’investigation ne se limitent certainement pas au recueil des réactions de quelques sources identifiées pour leur compétence sur un sujet donné. S’agissant des parcs industriels d’éoliennes, il aurait été intéressant qu’elle se penche sur les conditions techniques, politiques et financières qui président à leur mise en place ; leurs bilans énergétiques et économiques pourraient aussi constituer une information intéressante pour des lecteurs que l’on peut aussi considérer comme des citoyens. Ainsi Mlle Kubelec pourrait apporter au débat public sa contribution de journaliste.
      Continuez, Carine !

      Jean-Luc Saumade, membre de l’association Vent de la Moure

      • Eoliennes : avis de tempête sur les collines de la Moure 2 juin 2008 15:19, par Carine Kubelec

        repondre message

        Un article ce cette taille ne peut pas être exhaustif. On sait toujours beaucoup plus que ce qu’on écrit, c’est la frustration du métier.

        • repondre message

          L’article ne peut être exhaustif, certes, mais il s’agit quand même d’être correct dans ses dires. Un permis de construire, dans le cadre d’un projet éolien, n’est en aucun délivré par les mairies concernées ni même par les collectivités, mais par la préfecture de département.

          Par ailleurs, l’article laisse à penser que la distance minimale entre une éolienne et l’habitation la plus proche est de 800m. Ceci n’est pas le cas. La distance minimale définie par le ministère du Développement et de l’Aménagement Durable (MEDAD) est de 500m. Nuances.

          Enfin, comme le remarque justement M. Saumade, il aurait été intéressant de plus s’attacher au contexte même du projet éolien, ou d’un projet en général : qu’est-ce qu’une ZDE clairement ? à quoi sert-elle ? quelles sont les retombées économiques pour la commune ? la Région ?etc... bref, peser les avantages et inconvénients d’un tel projet plutôt que de recueillir les avis des parties prenantes.

          A mon humble avis, l’exercice était faisable compte tenu de l’espace imparti. Mais ça ne reste que mon avis.

          Cependant, félicitations pour le sujet abordé qui, lui, est très intéressant et mériterait à être abordé plus régulièrement dans les « pages » d’haut-courant. Si les "journalistes de demain" m’entendent...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter