Erdoğan : Le stratège turc

mardi 27/11/2012 - mis à jour le 28/11/2012 à 09h22

Beaucoup de personnes se disent inquiètes aujourd’hui du modèle choisi par de nombreux gouvernements issus du Printemps arabe. Un modèle politique qui selon certains est directement inspiré du gouvernement turc de l’AKP (parti pour la justice et le développement, au pouvoir depuis 2002). Si du coté occidental on s’alarme de cette voie manifestement « islamique », ces craintes ne semblent pas pleinement justifiées.

Les déclarations du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, sont souvent abruptes. Criminalisation de l’avortement, création de nouveau cours de religion pour les écoliers, débat sur le retour de la peine de mort en Turquie, sont les exemples d’un discours « islamiste » dénoncé par l’opposition.

Cependant, il semble qu’une autre lecture soit possible. « Erdoğan est affublé d’islamiste alors que sa politique s’approcherait plus du puritanisme à l’américaine », déclare un professeur de l’université Galatasaray. « Lorsqu’il demande aux familles de faire au minimum trois enfants, on le traite d’islamiste rétrograde. Mais cela peut aussi être analysé comme une volonté de prévenir le vieillissement de la population et les problèmes que cela a engendré en Europe ».
Les États-Unis ont connu une période où l’alcool était illégal, en Turquie il est seulement surtaxé. Il y a toujours les pro-life [1] qui ont un combat similaire et s’appuient sur les mêmes arguments. Cette tendance religieuse n’est pourtant pas décriée avec la même force.

La criminalisation de l’avortement n’a pas eu lieu. Mais par une déclaration provocante, le débat engendré a permis au chef du gouvernement de cerner les différentes opinions, les arguments contre et les opposants. « Il y reviendra peut-être, mais d’ici deux ou trois ans. Erdoğan fait trois pas en avant et deux et demi en arrière. Il ne revient jamais vraiment à la position de départ », continue le professeur. «  Il semble qu’il tente de créer une génération puritaine, religieuse », ajoute-t-il.

Aydin, étudiant en science politique, se dit proche de mouvement de la gauche politique. Son discours est plus tranchant : « Erdoğan parle beaucoup, mais agit peu  ». Selon lui, le premier ministre a les mains liées. L’héritage laïque de Mustafa Kemal est encore très important. De même, certains des excès de l’Etat, comme l’emprisonnement d’étudiants dans des conditions douteuses, amènent à une repolitisation des jeunes. D’où une opposition de plus en plus forte de la part de ces derniers.

Néanmoins cette voie politique fait peur. Erdoğan avance ses pions de manière audacieuse et cela lui réussi pour le moment, mais c’est un jeu risqué. « Si cela continue dans ce sens, nous partirons vivre à l’étranger. Nous ne voulons pas vivre dans un pays similaire à l’Iran. » confesse Kivanç, fonctionnaire et père de famille.

Notes

[1mouvement pour l’interdiction de l’avortement aux Etats-Unis

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • Erdoğan : Le stratège turc

    8 janvier 2013 21:16, par Weber

    repondre message

    Il a dis ca par ce qu’il a peur ! de quoi ?
    Les femmes Kurdes font plus d’enfants que les femmes turcs d’après les statistique ! et si sa ca continue ainsi, les Kurdes seront plus nombreux que les turcs en Turquie !

  • Erdoğan : Le stratège turc

    28 novembre 2012 09:38, par josefa

    repondre message

    je sais que vous faites des articles courts, mais je suis restée sur ma faim je l’aurais aimé plus approfondi en même temps c’est parce que je m’ intéresse à la Turquie
    mais dans l’ensemble j’ai aimé

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter