Eric Besson ne souhaite pas la « bienvenue » aux immigrés

Satire à vue : le fait marquant de la semaine vu par la presse

jeudi 19/03/2009

Vous pensez qu’on fait une fixation ? Qu’on frole l’acharnement ? Eh bien vous avez raison. Oui, Eric besson, on ne peut pas le blairer. Oui, on execre sa politique, d’autant plus qu’il est actuellement ministre de l’immigration. Oui, on ne supporte pas que cet ancien du PS soit desormais le chouchou de Nicolas 1er. Alors avec tout le raffut autour du film de Philippe Lioret sorti le 11mars 2009, c’est bien simple, on n’a pas pu s’en empecher...

Un qui doit se frotter les mains, c’est Philippe Lioret, réalisateur de Welcome. « La polémique créée avec le ministre de l’immigration à propos des réfugiés de Sangatte a dopé les entrées du film au cours du premier week-end : 222.725 entrées sur 209 copies » annonce le Point. Un score plus qu’honorable pour un long métrage au sujet sensible. Comme l’indique la Croix, Welcome « raconte la rencontre entre un moniteur de natation de Calais et un jeune Kurde irakien, décidé à traverser la Manche à la nage pour retrouver celle qu’il aime ». L’occasion pour le réalisateur de s’attaquer à l’interdiction faite aux citoyens français de venir en aide aux personnes en situation irrégulière.

La promotion du film a alors pris une tournure politique. Quand Philippe Lioret s’est enflammé dans La voix du Nord en disant que « ça pourrait se passer en 1943. Il pourrait s’agir d’un type qui cache des juifs chez lui et se fait prendre. Sauf que ça se passe aujourd’hui à 200 kilomètres de Paris », la réponse ministériel ne s’est pas fait attendre. Éric Besson a contre-attaqué sur RTL :« Philippe Lioret a plus que franchi la ligne jaune. Suggérer que la police française, c’est la police de Vichy, que les Afghans sont traqués, qu’ils sont l’objet de rafles, etc., c’est insupportable ».

Immigration choisie : Vive la boxe !

Ce qui est insupportable, c’est la politique sur l’immigration menée depuis plusieurs années par le gouvernement. Les reconduites à la frontière, la politique des quotas..., on en a déjà beaucoup parlé. Ce qui est également insupportable, c’est l’effronterie du ministre. Stratégie bonsoir : Éric Besson a invité la presse le jour même de la sortie de Welcome pour assister à la remise d’un titre de séjour à Sharif Hassanzadeh, un Afghan de 17 ans. Ce jeune champion de boxe française était jusque là en situation irrégulière. C’est outré que Bakchich rapporte les propos du ministre : « Par pudeur pour ce jeune, vous comprenez bien, il n’y aura pas de questions à l’issue de cette cérémonie… L’esquive fait partie du charme de ce sport, n’est-ce pas ? ». Mouais, l’esquive fait surtout partie du sport national qu’est la communication de bas étage...

« Nous ne sommes pas les fachos de l’Europe »

En tout cas, la feinte d’Éric Besson pour nous faire croire que la France est un grand pays d’accueil pour les étrangers est complètement tombée à l’eau. Tout comme la tentative du ministre d’éteindre le débat public sur la question de l’aide aux personnes en situation irrégulière. En effet comme l’indique le NouvelObs, « après avoir vu le film "Welcome" de Philippe Lioret, les députés socialistes ont déposé, mercredi 18 mars, une proposition de loi visant à supprimer le "délit de solidarité" avec les immigrés clandestins ». Le NouvelObs qui rappelle « qu’en vertu de l’article 622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers, toute personne ayant facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d’un étranger en France risque actuellement cinq ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende ».

Cet engouement médiatique tombe plutôt mal. C’est France Soir qui pointe un cafouillage diplomatique : « Mardi soir (le 17 mars 2009 ndlr), le ministre anglais de l’immigration, Phil Woolas, annonçait la création d’un nouveau centre de « détention » dans les environs de Calais pour les migrants tentant de se rendre illégalement en Grande-Bretagne ». Émoi national puis démenti d’Éric Besson sur BFM TV : « Il n’est pas question de recréer Sangatte. Ce serait une erreur dans la gestion des flux migratoires avec le Royaume-Uni, cela nous placerait de nouveau dans une situation inextricable. » Décidément, on a jamais autant parlé de Calais...

C’est alors un véritable cri du cœur qu’a poussé notre cher Éric à Paris Match : « Nous ne sommes pas les fachos de l’Europe ! ». Depuis la mort de Jorg Haider, on se posait justement la question...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Merci pour votre article informé et engagé.

    Voir en ligne : http://detentions.wordpress.com/

  • repondre message

    Moi je trouve que Monsieur BESSON, tout autant que M. Jean-Marie BOCKEL, maire de Mulhouse ancien socialiste, maintenant ministres de Sarkorzy, sont des hommes d’honneur. En effet, ce sont tous deux d’après les actes politiques qu’ils commettaient en tant que députés, maires et politiciens socialistes, profondément des hommes de droite. Ils ont dû souffrir gravement de jouer les amis du peuple pendant si longtemps. Maintenant, ils ont fait leur "coming out" d’hommes de droite, ils sont épanouis, flamboyants d’arrogance, droitiers, méprisants, haineux pour ceux qui exigent le respect des Droits de l’Homme, bref à l’aise. Bonus pour la démocratie : ils ne trompent plus personne. Comme nous l’apprenait déjà Voltaire, il n’y a pire fanatiques que les défroqués.

    Voir en ligne : ordinaire

  • repondre message

    Je trouve très dommage de traiter de manière aussi simpliste et démagogique un sujet aussi complexe que l’immigration qui mérite mieux que les insultes de café du commerce ou un des plus beaux points Godwin vu ces jours-ci sur le net ! Franchement c’est dommage. Le citoyen que je suis attends mieux de la presse même en ligne. Parlez-nous des sujets, il est trop facile et intellectuellement épais de pourfendre la personnalité d’un ministre dont on se moque ! Parlez-nous des questions de fond, informez-vous, racontez-nous, chiffrez vos propos, étayez-les. Ou alors ne vous exprimez pas sur des problématiques aussi graves que vous vous contentez d’expédier. Ca ne sert personne, ni le lecteur en quête d’infos, ni le débat public dont vous êtes supposés être les auxiliaires.

    • repondre message

      Alala. Décidément, la rubrique Satire à vue est vraiment très mal comprise. Un commentaire chaque semaine qui fustige le concept, on aurait pu renoncer. Mais non. Je suis très obstinée. Alors pour votre information (puisque c’est manifestement ce que vous cherchez), voici la définition du mot satire : "Une satire est une œuvre dont l’objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l’intention de provoquer ou prévenir un changement". "Critique moqueuse de son sujet", ça vous parle ? En journalisme, chaque article possède un angle. Les angles proposés par Satire à vue sont évidemment satiriques, donc souvent dérangeants, donc souvent décriés. Votre commentaire est la preuve même que j’ai parfaitement réussi ma mission. Alors certes, mon article ne développe pas les politiques publiques concernant l’immigration en France. Et pour cause, puisque ça n’en est pas le sujet !
      Enfin, soyez honnête : ne dites pas qu’il n’y a aucune information dans cet article. Dites plutôt que ce n’est pas celles que vous cherchez...
      Cordialement
      Justine

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter