Facebook, les dérives d’une success story

dimanche 28/02/2010 - mis à jour le 28/02/2010 à 19h33

Facebook nouveau psy ou nouveau confessionnal des temps modernes ? Dans tous les cas, suscitant un véritable engouement, il connaît aussi des dérives : licenciement, meurtre, espionnage, course effrénée aux amis, commentaires blessants... Le réseau social peut être une véritable bombe à retardement. Et ceux qui résistent à la vague, sont des ringards aux yeux des adeptes.

Facebook, le réseau social planétaire a célébré les 400 millions d’inscrits en février. En un laps de temps record, il est devenu un phénomène mondial sans précédent dans l’univers d’Internet. Tout commence il y a 4 ans. Mark Zuckerberg, un étudiant âgé de 19 ans, ouvre un site pour que ses camarades de la célèbre université de Harvard puissent y afficher, gratuitement, leurs pages personnelles et partager leurs hobbies entre eux. Le réseau s’ouvre rapidement à tous, sans restriction. Le succès est au rendez-vous : plusieurs dizaines de millions d’abonnés aux USA, en Australie et en Europe. Comment se justifie ce développement fulgurant ? Sans doute à cause de cette société de consommation toujours à la conquête de nouveaux produits. MSN, Skype, Twitter... ou aujourd’hui Chatroulette, ... à chacun sa gloire temporaire.

Facebook ou le règne de l’espionnage

Facebook est un outil efficace pour tous les espions en herbe. Les amoureux déçus notamment. Vos ex vous ont toujours à l’œil et guettent vos moindres faits et gestes. En partageant sa vie avec une personne, on partage aussi un même cercle d’amis. Vos ex peuvent ainsi vous espionner à travers vos anciens amis communs.

Avec Facebook, votre employeur vous garde aussi à l’œil. Certains n’hésitent pas à décortiquer votre profil et vos amis sur le réseau avant un entretien d’embauche. Par exemple, aux États-Unis, un employé avait menti à son patron en prétextant un problème familial pour s’absenter de son travail. Quelques jours après, un autre utilisateur de Facebook l’a dénoncé, photos à l’appui sur lesquelles il était vêtu d’un déguisement d’Halloween, entrainant son licenciement.

Tuée par son mari pour avoir changé son statut trop tôt..

Ne changez pas trop vite votre statut sur Facebook. Cela pourrait vous coûter la vie ! C’est ce qui est arrivé le 18 février 2008 en Angleterre. Une femme venait de quitter son mari. Quelques jours après, elle a changé son statut de "en couple" à "célibataire". Cette modification ne prend que quelques secondes et l’ensemble de vos contacts voit ainsi rapidement si vous êtes ou non un cœur à prendre. Or, lorsque que Emma Forrester a procédé à ce changement, son ex-mari Wayne s’est précipité dans sa voiture pour se rendre au domicile de la jeune femme. Sous l’emprise de l’alcool et de la drogue, il a tué la mère de ses deux enfants avec un couteau de cuisine et un hachoir. Il a justifié son crime à la police en disant que ce changement de statut l’avait rendu fou.

Comment gâcher son image de marque ou se créer des ennuis ?

Les exemples des nombreuses dérives de Facebook ne manquent pas. Monsieur S., planificateur financier respectable de Montréal, a eu la curieuse idée de mettre pour photo de profil ... originale. Le représentant lui-même... travesti en jolie infirmière blonde et « gonflée ».

Sur un autre profil, Monsieur L., conseiller financier, étale tous les détails les plus croustillants de sa vie personnelle : ce qu’il mange, ses films préférés... Jusque là rien de surprenant : Facebook étant devenu un lieu où chacun raconte sa vie. Ce qui est original : ce dernier met sur son profil toutes les photos de ses conquêtes !

Autre dérive : récemment des soldats de Tsahal, de l’armée israélienne se sont affichés sur Facebook, révélant des décors et des paysage de bases et de sites classés secret défense, tout comme l’avaient déjà faits des soldats américains en Irak. Bien sûr, ils se sont fait réprimander comme il se doit !

Autre exemple : un jeune étudiant, Adam Morrison, a été soupçonné de vouloir commettre une tuerie similaire à celle de l’école Columbine, aux États-Unis, en raison d’un faux profil publié sur Facebook. En créant son profil, il ne se doutait pas que quelqu’un utiliserait ensuite sa photographie et son identité pour créer un faux compte à son nom. Il s’est alors retrouvé interrogé au poste de police... Adam a depuis annulé son compte.

Il y a peu, une récente faille de sécurité de Facebook a rendu accessible à tous les photos de certains utilisateurs paramétrés pour n’être visibles qu’aux amis... dont celles de son fondateur, Mark Zuckerberg.

Les bases de données de Facebook : le rêve de tous les services secrets du monde

La base de données, les archivages d’informations personnelles récoltées par Facebook font froid dans le dos et sont un paradis pour le FBI. Une fois inscrit, on ne maîtrise plus ses informations et on prend des risques sur notre vie privée et publique. Le géant connaît votre identité, votre date de naissance. Il sait qui vous êtes et ce que vous faites et ce que vous voulez faire. Notons que la police pour des besoins d’une enquête peut avoir grâce à une procédure légale les données sur vous. En ce qui concerne le droit à l’oubli, Internet garde éternellement les traces de vos photos. D’autre part, on peut évoluer et ne plus avoir envie de voir certains aspects de notre passé, mais avec le réseau, tout reste.

Pour certains, une course aux amis ... malgré les dangers

Pour certains personnages publics, politiciens ou artistes, Facebook est un moyen efficace pour mobiliser du monde. Il a notamment joué un rôle de fédérateur sans précédent dans l’élection de Barack Obama. Pour d’autres, c’est une course sans précédent pour la collection d’amis.

Combien d’amis avons-nous réellement ? Selon Cameron Marlow, le sociologue maison de Facebook, la réponse est : quatre si vous êtes un homme, six si vous êtes une femme. Dans un article publié par The Economist, les recherches de Marlow indiquent que le « facebookeur » a 120 amis en moyenne, mais n’a de conversations, de réels dialogues, qu’avec une petite partie d’entre-eux. Même pour ceux qui collectionnent les amis (500 et plus). Ce chiffre n’augmente pas de façon significative : dix pour les hommes et seize pour les femmes.

Ces chiffres concernent les amis avec lesquels on échange des mails ou avec lesquels on « tchatte ». Dès qu’il s’agit de relations plus phatiques, unidirectionnelles, comme : commenter des photos, « updater » son statut, ou écrire sur le mur de quelqu’un, ces chiffres augmentent légèrement (sept amis en moyenne chez les hommes et dix chez les femmes).

En se basant sur ces données, Marlow suggère qu’une fois que votre réseau personnel croit au delà du nombre de Dumbar (150, la limite cognitive théorique du nombre de personnes avec lesquelles vous pouvez maintenir une relation sociale stable), alors vous ne faites, au mieux, qu’augmenter le nombre de contacts occasionnels que vous suivez passivement.

Ce commentaire d’un utilisateur lui donne raison : « Grave mais au final ils vont virer ! Non mais il faut être honnête il y a beaucoup de contacts que tu retrouves par hasard et tu les demandes en amis pour savoir ce qu’ils sont devenus mais après quand tu as satisfait ta curiosité t’as plus rien à leur dire donc... Bah tu fais à la mode de … tu les dégages LOL !! » (ndlr, à l’origine le texte était rédigé en langage sms, il a été réécrit pour la compréhension de tous)

Et pour ceux qui n’ont pas beaucoup d’amis sur Facebook, ne soyez pas tristes, consolez vous avec le conseil d’un vieux sage africain à un jeune qui se vantait d’avoir beaucoup d’amis : « Réveillez en pleine nuit à tour de rôle toutes les personnes que vous considérez comme amies. Faites leur croire que vous venez de commettre un crime odieux. Mettez des habits « ensanglantés » en vous salissant avec un liquide rouge et un sac rempli de n’importe quoi pour leur faire croire que c’est le corps et que vous avez besoin de son aide pour le faire disparaître. A la fin de votre tournée, vous me direz à nouveau le nombre de vos amis. » Le jeune garçon exécuta aussitôt le conseil du sage et s’est vite rendu compte qu’il n’avait pas autant d’amis qu’il le croyait.

Facebook est donc un outil technologique comme les autres à « consommer avec modération et prudence surtout » .

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Ps : bon article monsieur Ndiaye.

  • repondre message

    Vous avez raison,
    Les gens n’ont aucune vision des conscequances àvenir avec inconcience ils mettent les photos des enfants, racontent leur vie et les predateurs rodent...
    Mais tous se sont eleves contre le fichier Edwige ... Et ils ont raison mais ils livrent leur vie et celle de leur famille àce bon vieux Faceboock

  • Facebook, les dérives d’une success story

    28 février 2010 16:42, par Eléa

    repondre message

    Fière d’être une ringarde...

    Facebook représente assez bien la société qui évolue, le voyeurisme, comme on le retrouve dans la télé réalité, l’hypersurveillance, comme les milliers de caméras dans nos rues, et puis les relations humaines faussées, des problèmes de gamins qui prennent des proportions de fou... C’est encourager le phénomène no-life, et les pathologies malsaines..

    Malheureusement, dur de faire interdire tout ça, comme d’habitude les gens prendront conscience des conséquences quand ce sera trop tard. Pour ce qui ne connaissent pas cette enquête très pertinente des journalistes du journal le tigre : http://www.le-tigre.net/Marc-L.html

    Une chose qui me gène bien plus, c’est que de plus en plus de thèmes de lutte, militants et qui se veulent alternatifs se retrouvent sur facebook, au moyen de groupe par exemple, et l’on est obligé de se soumettre à la machination facebook si l’on veut s’informer, participer et/ou agir. Dernier exemple en date, le jour sans immigrés prévu demain, donc une grosse partie de l’organisation se fait au moyen de ce site. Le coup d’état au togo. les cyber- actions de nombreuses ONG, et j’en passe. Si les réseaux sociaux sont un bon moyen de sensibiliser plus de monde, cela ne doit être le moyen exclusif d’obtenir de l’information, facebook ne doit pas devenir le passage obligé de tous les internautes !!! N’oublions pas que facebook, c’est aussi comme bien explicité dans l’article, cautioner le fichage, le non respect de la vie privée et des libertés individuelles, le plein pourvoir aux patrons et à l’état... Que des rejouissances ! Attention à la facilité et à la tentation facebook...

    En tout cas bonne article, j’espère que tu n’es pas, toi, sur facebook... :)

    • Facebook, les dérives d’une success story 8 novembre 2010 21:56, par barrylyndon

      repondre message

      Bonsoir àtoi, jeune ringarde, je suis moi aussi un ringard... Un peu moins que toi cependant, puisque je me suis crée un profil facebook... J’avais beaucoup d’amis, au début, et je me suis rendu compte qu’au fil du temps, les discussions étaient très peu suivies.. Alors petit àpetit, j’ai supprimé beaucoup de contacts de ma liste d’amis...

      Facebook suscite, jour après jour, de plus en plus d’addhésions. Pourquoi ? Parce qu’il donne àl’individu le sentiment d’exister... et lui donne àpenser qu’il est relié au monde entier... On est content, lorsqu’on s’inscrit sur Facebook... On met ses plus belles photos, on aime se mettre en valeur (faut croire que les facebooker sont tous des gens parfaits et parfaitement heureux), on addhère àdes groupes d’intérêts, pour montrer aux autres qu’on s’intéresse àtoutes sortes de choses (et par làque l’on mérite pleinement l’intérêt des autres puisqu’on est intéressant...)... Alors oui, c’est magique... Parce qu’ainsi, le facebooker devient un acteur majeur de ce monde...

      Mais la réalité est autre... Lorsqu’on est derrière son écran, on est seul et on s’abreuve de virtuel... ON EST ISOLE... Et en même temps, plus on addhère àdes groupes d’intérêts, plus on s’éparpille... ISOLE, ET EPARPILLE... Ou encore, et plus probablement, DIVISER, POUR MIEUX REGNER....

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter