Fillon-Copé : le grand oral sur France 2

jeudi 25/10/2012 - mis à jour le 08/11/2012 à 15h10

Selon le dernier sondage Harris Interactive, François Fillon reste toujours (loin) devant Jean-François Copé dans la course pour la tête de l’UMP.

À quatre semaines de l’élection du futur patron de l’UMP, le suspense semble se tarir au fil des sondages. Si ces-derniers ne remplacent pas le vote des militants le 18 novembre prochain, ils impriment une dynamique non négligeable pour François Fillon. D’après un sondage Harris Interactive [1] , l’ancien Premier Ministre est plébiscité par 67 % des sympathisants UMP et 45 % des Français contre respectivement 22 % et 11 % pour Jean-François Copé. Soit sensiblement les mêmes résultats enregistrés par l’institut de sondage le mois dernier. La dynamique Fillon ne faiblit pas et celle de Copé ne décolle toujours pas.

Ces chiffres sont à prendre avec parcimonie puisque seuls les 264 000 militants à jour de cotisation pourront participer à l’élection. Ce que rappelait dernièrement Xavier Bertrand à France 3 : « Il faut bien faire la différence avec ceux qui votent. Ce sont les adhérents ! Les adhérents ! Ces adhérents, bien sûr qu’ils ressemblent aux sympathisants mais pas exactement ». Un point de vue partagé par Jean-François Copé qui multiplie dernièrement les réunions avec les militants à travers la France.

Les petites phrases lancées par ce dernier, et dont la presse s’est fait l’écho, n’ont apparemment pas modifié la donne. Pour autant, ce sondage révèle qu’une majorité de Français et une large proportion de sympathisants UMP approuvent les propos de Jean-François Copé sur le « racisme anti-Blancs » (respectivement 58% et 87%), ainsi que sa référence à une anecdote suggérant l’impossibilité pour un enfant de manger un pain au chocolat pendant le ramadan dans certains quartiers (55% et 80%). Ce n’est donc pas tant les « transgressions » verbales qui portent préjudice à Copé que la stature d’homme d’Etat, et le professionnalisme reconnus à son adversaire.

Reste que ce duel pour la présidence du principal parti de droite ne passionne pas véritablement les Français, et de moins en moins les sympathisants UMP. Ainsi, seulement 22 % des sondés, représentant l’échantillon des Français, déclarent s’intéresser au duel (dont 4 % « beaucoup ») et 48 % des sympathisants UMP, contre 66% il y a encore quelques semaines.

Un manque d’intérêt que les deux protagonistes tenteront sûrement de dépasser ce soir sur le plateau de David Pujadas dans l’émission Des paroles et des actes sur France 2. Un exercice à double tranchant pour l’ancienne majorité qui pourrait en pâtir si le combat se transformait en affrontement. Une issue qui n’est pas sans risque souligne-t-on à l’UMP, Bernard Accoyer en tête : « Les militants ne nous le pardonneraient pas et celui qui agresse l’autre est mort ». Plus à l’aise sur les plateaux que son homologue, Jean-François Copé brûlera là sa dernière cartouche. À charge pour lui donc de bien viser sans porter un coup fatal à son adversaire…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter