Football : Nicollin, privé de vestiaires, pour propos homophobes

mercredi 18/11/2009 - mis à jour le 18/11/2009 à 13h19

La dernière sortie du président du club de football montpelliérain lui a valu une suspension de toute fonction officielle pour deux mois ferme. C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase…

« Ce Pedretti est une petite tarlouze. On va s’en occuper au match retour… » Ce sont ces quelques mots, prononcés au micro de Canal + à l’issue du match entre Auxerre et Montpellier, qui ont valu, ce lundi 16 novembre, au président du club de football héraultais Louis Nicollin, une suspension de deux mois fermes (et deux avec sursis) de toute fonction officielle. Exit Loulou, des vestiaires du MHSC, où il aime s’inviter à l’issue des rencontres de cette Ligue 1 qu’il retrouve cette saison, visiblement avec délectation, après plusieurs années de purgatoire en Ligue 2.
Ce retour dans l’élite du foot français, beaucoup l’attendaient depuis longtemps. Pas seulement les supporteurs de la Butte Paillade, dont les chants rythment chaque match au stade de la Mosson. Pas uniquement non plus, les Montpelliérains et Héraultais qui se désespéraient devant les affiches creuses (Sedan, Châteauroux, Dijon, etc.) que la Ligue 2 offrait. Non, beaucoup d’amateurs de ballon rond ont applaudi le retour de Loulou dans ce grand cirque médiatique, où le bon mot a autant de retentissement que sur les plateaux des émissions politiques. A Montpellier, il serait presque présenté comme le Georges Frêche du sport…
Nicollin reste l’un des derniers dinosaures du cercle très fermé des présidents de club de foot français. L’un des derniers, à part peut-être le Lensois Gervais Martel et le Lyonnais Jean-Michel Aulas, à avoir construit patiemment son équipe, à l’avoir amené au sommet de la hiérarchie nationale, y investissant même sa fortune personnel. Lui qui s’est fait roi du ramassage d’ordures a jeté ses dividendes dans le sport, et pas seulement le football. Pas toujours avec succès…

Forcément, ce self-made man, au physique aussi fort que ses coups de gueule, et que l’on présente comme « bourru et truculent mais sans éducation » (Le Monde du lundi 16 novembre), se réserve le droit parfois -souvent- de l’ouvrir. Et forcément, dans ce monde devenu aseptisé avec les nominations de personnalités issues des médias ou des grandes écoles à la tête des gros clubs (Robin Leproux au PSG, Charles Villeneuve à Marseille, Jean-Louis Triaud à Bordeaux), ses déclarations à l’emporte-pièce plaisent au grand public. Les coups de gueule de Loulou, contre les arbitres, contre les adversaires, voire contre ses propres joueurs, sont attendus avec délectation par ses fans. Il faut dire qu’ils sont rares, les présidents qui comparent leurs hommes à des danseuses, qui estiment qu’ils sont trop payés. Même les supporteurs en prennent pour leur grade ; ceux qui avaient envoyé des bombes agricoles sur la pelouse de Nice en début de saison ont été rangés au rayon des « grosses merdes ».

Sauf que le 31 octobre dernier, Loulou a dépassé les bornes. Du moins, le politiquement correct. En traitant le capitaine de l’AJ Auxerre de « petite tarlouze », le président montpelliérain a soulevé une vague d’indignation, même s’il a trouvé des défenseurs, le célèbre présentateur Thierry Rolland par exemple qui s’en est « marré ». Les excuses au joueur et au club, envoyées deux jours plus tard, n’ont pas calmé les ardeurs de la communauté homosexuelle. Car ce n’est pas la première fois que des propos homophobes émanent du club héraultais. L’an passé, c’est son fils, Laurent, qui avait envoyé par texto à des supporteurs du club : « On va les enculer ces pédés de Nîmois ! » Louis a même avoué aux journalistes du Monde : « Je ne dis plus pédé, car je risque d’aller en prison ». Trop pour le collectif contre l’homophobie, qui a condamné tous ces propos, « aussi nauséabonds que l’odeur des poubelles qui ont fait sa renommée ». Des paroles qui ont trouvé une résonnance à Montpellier, au moment où son maire, Hélène Mandroux, milite pour le mariage gay.

Cette suspension de deux mois a donc été saluée par le même collectif, même si certains regrettaient que le caractère homophobe n’ait pas été relevé par la fédération française de football (FFF) pour justifier la sanction. Nicollin, lui, a encaissé le coup, admettant seulement qu’il fallait payer « sa connerie ». A priori, il ne fera pas appel. Cela lui servira-t-il de leçon ? Au Monde, il a rappelé sa vision de l’humanité, divisée selon lui en trois catégories : « les gonzesses, les tarlouzes et ceux qui ont des couilles ». Mais la FFF vient de lui rappeler que ce langage de charretier, Loulou Nicollin devra désormais le réserver à son cercle privé…Un sage conseil pour le poète des stades...qui a déjà deux antécédents homophobes à son actif.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

6 réactions

Réagissez

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter