Montpellier, politique locale

Francis Viguié : "le trublion" du conseil municipal

dimanche 11/03/2012 - mis à jour le 16/10/2013 à 12h28

Conseiller municipal à la Mairie de Montpellier depuis 2008, Francis Viguié est souvent le seul à s’opposer aux décisions de la majorité. A 59 ans, ce militant de toujours, engagé auprès de la LCR dans les années 1970, reste plus déterminé que jamais dans sa volonté de changer le monde. C’est autour d’un café au bar des Lilas, dans son quartier de Figuerolles qu’il nous livre son analyse.

Que vous inspire la déclaration de candidature de Philippe Saurel aux élection municipales de Montpellier en 2014 ?

C’est un peu tôt pour ce genre d’annonce. A deux ans de l’échéance électorale, il pense déjà aux prochaines municipales alors qu’il reste encore beaucoup à faire pour les Montpelliérains. Cependant, il n’est pas le seul a être entré en campagne. Jean-Pierre Moure, le président de l’Agglo s’est, lui aussi, lancé dans la bataille pour la mairie. Ce qui me dérange c’est que ces ambitions personnelles gangrènent le conseil municipal.

Qu’entendez vous par un conseil municipal « gangréné » ?

Au conseil municipal il règne une ambiance déplorable, dans laquelle il est difficile de faire avancer les dossiers importants. L’affrontement entre Saurel et Moure a ravivé les vieilles tensions au sein d’un Parti Socialiste divisé. Et Hélène Mandroux n’arrive pas à apaiser la situation. Faute de majorité dans son groupe municipal, elle manque d’espace politique.
De manière générale, les mauvaises pratiques de la fédération socialiste héraultaise et sa mise sous tutelle sont le résultat d’une perte de leurs repères politiques. Georges Frêche n’était pas un homme de gauche et Robert Navaro qui était son bras droit en est l’exemple. Leur politique est à l’image de leur fonctionnement interne.

Quels sont vos projets pour la ville ?

Premièrement les transports gratuits. Dans une ville comme Montpellier où la population est jeune, modeste, et durement touchée par le chômage, c’est une nécessité. Il faut bien pouvoir se déplacer pour trouver un boulot, aller au travail ou à l’université. Actuellement seuls les bus qui relient la périphérie au centre sont gratuits. Alors comment fait-on pour se déplacer dans le centre ville quand on a pas les moyens de se payer le tramway ou le bus ? Depuis des années je propose la gratuité des transports, mais jusqu’à aujourd’hui le conseil municipal l’a rejetée.
Globalement il y a un gros problème au niveau de l’urbanisation. Il n’est pas normal que des quartiers comme le Petit bard ou les Cévennes pourrissent, et que du neuf soit construit ailleurs. La priorité est de rénover les vieux bâtiments qui ne sont même pas isolés. Il faut stopper cette « urbanisation à tout va ». On doit arrêter de tout vouloir bétonner, les citadins ont besoin de respirer.

Sinon la question centrale c’est celle des services publics. Depuis des années, on a délégué l’exploitation de l’eau à Véolia, une entreprise privée. Il paraît évident que l’eau potable est un bien commun auquel on ne devrait pas pouvoir limiter l’accès par des hausses de prix. Heureusement le contrat se termine en 2014, et nous proposons donc un retour en régie. C’est la même chose pour les parkings du centre ville bradés à Vinci alors même que l’activité est très rentable. Personne ne peut se payer 7 heures de stationnement par jours.

Enfin, on doit passer à une forme de démocratie participative. Voter tous les six ans aux municipales ce n’est pas vraiment la démocratie. Il n’y a aucun droit de regard sur ce qui est fait par la mairie pendant le mandat, et ce n’est pas normal. Les citoyens devraient pouvoir voter les grandes décisions, mais aussi le budget. Si on prend l’exemple de la vidéo-surveillance, rien n’indique son efficacité pour lutter contre l’insécurité. Pourtant la majorité continue d’investir des sommes folles dans ce projet ruineux pour les collectivités. Ce n’est pas moi qui le dit, mais ce qu’indique le rapport de la cours des comptes.

Au second tour des municipales, ferez-vous à nouveau alliance avec les Verts comme en 2008 ?

Avec les Verts c’est peu probable. Ils ont commencé à négocier avec la majorité pour obtenir des places, et risquent certainement de s’allier au Parti Socialiste. Au contraire le Nouveau Parti Anticapitaliste a toujours voulu rester indépendant du PS.
Le scandale c’est que le système électoral favorise les grands partis. Il faudrait instaurer la proportionnelle pour une élection juste.

… et avec le Front de Gauche ?

Pour l’instant on est encore en négociation avec eux pour les législatives.

Qu’attendez-vous de ces élections présidentielles de 2012 ?

Avant tout je souhaite le départ de Sarkozy, il a fait suffisamment de dégâts comme ça dans notre pays. Mais ce n’est pas pour autant que j’attends beaucoup de François Hollande. Je m’en méfie car comme les autres « socialistes » européens il propose une politique d’austérité. Alors que la population n’a pas à payer une crise dont elle n’est pas responsable.

Que pensez-vous du candidat du NPA : Philippe Poutou ?

Par rapport à Philippe Poutou, je ne suis pas emballé. A mon sens il y a de sérieux problèmes d’orientation depuis le renoncement d’Olivier Besancenot à la présidentielle. Son départ était assez soudain, cela ne nous a pas laissé suffisamment de temps pour nous organiser au mieux. Aujourd’hui j’ai l’impression que le parti s’est replié sur lui même.

Localiser cet article :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter