" Il y a 20 ans, c’était l’âge de pierre"

vendredi 18/04/2008

Après les bagarres générales qui ont terni de nombreuses rencontres de Top 14 ou Pro D2, Didier Nourault, directeur sportif du club de Montpellier, nous livre son avis de technicien. Entretien

Quel regard portez vous sur les bagarres qui ont émaillé le Top 14 et la Pro D2 récemment ?

C’est inadmissible. Le sport professionnel se doit d’être un exemple. On est loin de l’objectif premier du sport. Le rugby a la chance d’avoir une bonne image et il faut que les acteurs de ce sport y contribuent si l’on veut que les spectateurs suivent. Il faut que notre sport reste un sport de voyous pratiqué par des gentlemen. Il faut rester dans cette culture.

Y a-t-il plus de bagarres qu’auparavant ?

Pour avoir connu le rugby il y a 20 ans, il y en a moins. Là, il y a eu un accès de fièvre et il faut trouver les bons médicaments. Le rugby a changé depuis qu’il est devenu professionnel. Il a évolué et n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y a 5 ans. Il y a 20 ans, c’était "l’âge de pierre". Quand on est professionnel on a des devoirs. Le premier étant de respecter les règles. C’est la même chose pour le dopage. Il faut qu’il y ait des controles et des sanctions.
JPEG

"Lorsqu’il y a combat, il faut qu’il y ait des règles"

Que pensez vous des sanctions de la Ligue ?

Quelques soient leurs sanctions, je les pense adéquates. Mais s’il y avait eu des sanctions sur d’autres gestes, plus tôt, on en serait pas arriver là. J’ai vu des gestes, en Top 14 ou en Pro D2, qui n’ont pas été sanctionnés et qui sont inadmissibles au haut niveau. Les sanctions n’ont peut-être pas été prises au moment adéquat. Je milite pour qu’il y ait au niveau de la Ligue, une commission d’éthique qui visionne tous les matches et qui puisse prendre les sanctions appropriées.

Tente-t-on d’aseptiser le rugby ?

En effet, c’est un sport de combat. Or lorsqu’il y a combat, il faut qu’il y ait des règles. Il ne s’agit pas d’aseptiser ni le combat, ni le rugby. Une mêlée relevée, ce n’est pas dans les règles. Qui a dit qu’au rugby on pouvait mettre un coup de poing ? On doit gagner ce combat sur des plaquages, des percussions ou sur des évitements. C’est un sport de combat loyal, qui est limité par des règles.

En Pro D2, des arbitres expérimentés auraient-ils pu éviter ces dérapages ?

Un arbitre expérimenté aurait pu tenir mieux certains matches. Mais il nous faut des jeunes arbitres. Si on ne met pas ces jeunes arbitres en pro D2 pour qu’ils apprennent, si on agit comme cela, dans deux ans, on n’aura plus d’arbitres ! On doit tolérer qu’ils fassent des erreurs. Il faut que le rugby soit une cohérence. Son avenir est en jeu

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter