Interview d’un monstre sacré du rugby, Serge Betsen

mercredi 19/03/2008 - mis à jour le 19/03/2008 à 13h41

Le combat, Serge Betsen en a fait son slogan. Le 3e ligne du Biarritz Olympique, considéré par beaucoup comme l’un des tous meilleurs plaqueurs du rugby mondial, a accepté de répondre à nos questions. Un palmarès impressionnant : sacré meilleur joueur du monde en 2002, 3 victoires avec les bleus en tournoi des six nations (en 2007 et deux Grands Chelem en 2002 et 2004) et 3 championnats de France remportés avec Biarritz en 2002, 2005 et 2006. A bientôt 34 ans, ce néo retraité de l’équipe de France, qui savoure son ultime saison en tant que joueur professionnel, revient sur le parcours des bleus durant le tournoi des six nations 2008, la nouvelle génération, la saison du B.O. et évoque l’avenir…

« Je suis le premier supporter de l’équipe de France »


Vous avez décidé de prendre votre retraite internationale à l’issue de la Coupe du Monde 2007. Quel regard portez-vous désormais sur cette nouvelle équipe de France largement remaniée ?

J’ai un regard de supporter, de quelqu’un qui sera toujours derrière.
Cette équipe est en reconstruction, elle a besoin de soutient et de temps. Je suis le premier supporter de l’équipe de France.

Quel bilan faîtes-vous du Tournoi des six nations qui vient de s’achever, et notamment du parcours du XV de France ?

C’est vraiment dommage. Il y avait une bonne opportunité de faire le grand chelem. Cette équipe a fait preuve de beaucoup d’envie, d’enthousiasme, mais c’est une équipe qui a subit beaucoup de changement tant au niveau des joueurs que de l’encadrement. Il faut donc lui laisser du temps.

« On n’est jamais assez jeune pour commencer à jouer en équipe de France »


Pensez- vous que cette équipe soit trop jeune ?

Non. Pas du tout. On n’est jamais assez jeune pour commencer à jouer en équipe de France. C’est bien de commencer dans ces conditions même si c’est difficile. Il y a un maximum d’expérience à acquérir.

Que pensez-vous de Fulgence Ouedraogo, joueur de Montpellier, symbole de cette nouvelle génération du rugby français et relève à votre poste ?

Il a prouvé qu’il avait le potentiel pour jouer à ce niveau là. Maintenant c’est à lui de continuer à travailler pour durer. Il doit se donner les moyens pour continuer à ce niveau pendant longtemps. Il a prouvé qu’il avait toutes les qualités. Maintenant c’est à lui de jouer.

JPEG - 13.9 ko
Le 16 janvier 2008, Serge Betsen annonçait son retrait du XV de France

« Ce championnat est incertain pour les quatre premières places »

Concernant le B.O., après votre défaite de vendredi à Albi et les bons résultats de Castres, Montauban et Perpignan, la qualification pour les demi-finales du Top 14 est loin d’être acquise. Comment allez-vous aborder cette fin de saison qui s’annonce difficile ?

Ce championnat est incertain pour les quatre premières places. On a vécu des débuts difficiles et ça continue à l’être. Ces dernières semaines, nous avons enchaîné les bons matchs et les moins bons. Il va falloir tout mettre en œuvre pour réussir. J’espère que l’avenir nous sourira.

C’est votre dernière saison en tant que joueur. L’avenir, le voyez-vous toujours dans le monde de l’ovalie ?

On verra, on verra… Pour l’instant je suis en pleine réflexion. Le rugby m’a tout apporté, m’a tout donné. Je ferai tout pour le lui rendre.
Depuis quelques années, j’ai créé mon entreprise à Biarritz (un SPA multi-sensoriel). Cela représente beaucoup de travail mais cela me tient à cœur. Après, on verra selon les opportunités.

Portrait de Serge Betsen lors de la Coupe du Monde 2007
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Interview d’un monstre sacré du rugby, Serge Betsen

    19 mars 2008 16:45, par Michael Mancini

    repondre message

    Que chantera Serge début Juin ?

    Tu es la demi-finale,
    je te le dis sans faille,
    reste cool baby,
    je te dis déjà bye-bye...

    Je tiens à remercier Menelik sans qui ce plagiat n’aurait pu se faire... Et le BO qui finira à une belle 5ème place, sans qui ce plagiat n’aurait pu se faire.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter