Cet article a été marqué avec 2 tags2 tags

"Je vais vous faire mal"

Rencontre avec Guillaume Canet et Cédric Anger

dimanche 19/10/2014 - mis à jour le 19/10/2014 à 22h52

Mardi 14 Octobre 2014 a eu lieu, au Gaumont Multiplexe de Montpellier, l’avant-première de "La prochaine fois je viserai le cœur", le nouveau film de Cédric Anger. Inspiré de l’affaire du "tueur de l’Oise", ce fait divers qui a défrayé la chronique française entre mai 1978 et avril 1979, le film relate l’histoire d’Alain Lamare. Gendarme exemplaire de 22 ans officiant à Chantilly, Alain Lamare est chargé d’enquêter sur une série de crimes qui prend pour cible des jeunes femmes. Crimes dont il est lui-même l’auteur. Le film nous plonge pendant près de deux heures dans la psyché de ce maniaque énigmatique qui tue sans aucun motif.

Comment vous est venue l’idée de réaliser une adaptation cinématographique de l’affaire du « tueur de l’Oise » ?

Cédric Anger : Au départ, il y a la découverte du livre de Yvan Stefanovitch, Un assassin au-dessus de tout soupçon (Edition Balland, ndlr). Yvan, qui travaillait pour l’AFP, suivait l’affaire du tueur de l’Oise. Il était souvent présent aux côtés de Lamare pendant l’enquête. Il explique que Lamare était le plus motivé dans la recherche du tueur, donc paradoxalement de lui-même. C’est l’aspect schizophrénique de ce personnage qui m’a poussé à en faire une adaptation cinématographique.

JPEG - 61.3 ko

Guillaume Canet et Cédric Anger sur le tournage de "La Prochaine fois je viserai le coeur".

Crédit : Mars Film

Et comment adapte-t-on un fait divers au cinéma ? Tout ce qui est dans le film s’est-il réellement produit ?

C.A.  : Je me suis beaucoup inspiré du livre de Yvan Stefanovitch. J’ai écouté des témoignages, lu des procès-verbaux et des lettres de menace que Lamare envoyait à la gendarmerie. Dans l’ensemble, je suis resté fidèle aux événements. Les agressions, la fausse course-poursuite, la tente que Lamare avait plantée dans sa propre chambre et dans laquelle il dormait, tout cela correspond à la réalité. Même les séquences les plus invraisemblables sont authentiques : l’interrogatoire de la fille qu’il a renversé et à qui il demande une description du criminel, ou encore lorsque que, pour échapper à la brigade cynophile, il reste sous l’eau pendant plusieurs heures en respirant grâce à un roseau. Pour ce qui est de la relation qu’il entretient avec Sophie (Ana Girardot) et des zones d’ombre qui entourent encore ses agissements, nous avons été contraints de recourir à l’écriture. D’un point de vue de la réalisation, c’est différent. Il me fallait échapper au côté fait divers pour ne pas risquer de faire un faux documentaire. C’est du cinéma, donc de la fiction et de la mise en scène. Voilà pourquoi j’ai fait le choix de donner un aspect fantastique à certaines séquences du film.

Guillaume Canet, comment en êtes-vous venu à interpréter le rôle ce tueur psychotique ? Comment vous l’êtes-vous approprié ?

Guillaume Canet : Je connaissais vaguement l’histoire du gendarme Lamare. Quand Cédric m’a parlé de son projet, j’ai lu le livre d’Yvan Stefanovitch qui m’a beaucoup intéressé. La lecture du scénario a fini de me convaincre. Ce qui me plaisait énormément, c’était de jouer le rôle de ce personnage qui souffre pour tuer. C’est très net lors de la séquence avec l’autostoppeuse. Il lui dit « je vais vous faire mal ». On sent qu’il ne prend aucun plaisir à la tuer, bien au contraire même, mais on a également le sentiment qu’il n’a pas le choix, qu’il ne peut pas ne pas le faire. Une sorte de mal-être profond et inexpliqué qui le pousse à faire ça. J’étais terrifié par ses actes et en même temps j’avais de l’empathie pour lui. En ce qui concerne l’interprétation elle-même du rôle, je m’en suis tenu à ce qu’a écrit Cédric, à l’ambiguïté de ce personnage malade. C’était fascinant à jouer. Très certainement un des meilleurs rôles que j’ai eu ces dernières années.

Le film joue sur les deux facettes de la personnalité de Franck [1], gendarme et tueur. Comment jouer ce dédoublement ?

G.C : Franck est une sorte de pompier pyromane. Il enquête sur ses propres crimes. Il est d’ailleurs celui qui au sein de sa brigade est le plus dévoué à sa mission. Il fallait donc jouer deux personnages, l’un gendarme, l’autre civil. Ce sont les costumes qui m’ont beaucoup aidé à interpréter ces deux facettes de sa personnalité. Par exemple, dans une scène du film cadrée en plan américain, il n’était pas nécessaire que je porte les chaussures officielles d’un officier de gendarmerie. J’avais des chaussures beaucoup plus confortables mais elles m’ont énormément gêné pour incarner le personnage. Cela ne collait pas avec la nécessaire droiture et rigidité de l’ordre militaire. J’étais déstabilisé.

JPEG - 136.9 ko

Sophie (Ana Girardot), la femme de ménage de Franck.

Crédit : Mars Film

Le film est parsemé de plans montrant des lombrics vivants, comment doit-on les comprendre ? Est-ce votre façon de retranscrire visuellement la psychologie du personnage ?

C.A. : C’est une idée que j’ai eue pendant l’écriture du film. Une idée visuelle qui ne demande pas forcément à être justifiée verbalement. Etant donné que j’ai choisi de raconter cette histoire du seul point de vue de Franck, il fallait pouvoir rendre visible l’indicible. Les vers de terre ont été pour moi une évidence. Quant à leurs significations, je laisse le spectateur libre de leur donner le sens qu’il souhaite, qu’elles soient psychologiques ou non.

Guillaume Canet, vous êtes également réalisateur. Avez-vous conseillé Cédric Anger pour mettre en scène La prochaine fois je viserai le cœur ?

G.C.  : Cédric est un excellent cinéaste. Il a déjà réalisé deux long-métrages (Le Tueur, 2008 ; L’Avocat, 2011) et a donc toute l’expérience nécessaire pour mettre en scène un film. Il sait où il va. Et puis, j’ai pour habitude de toujours rester à la place qui est la mienne. Donc non, je n’ai pas conseillé Cédric pour mettre en scène ce film.

Propos recueillis le 14 Octobre 2014 à Castelnau-le-Lez (34) par Yoann Hervey.

[1] Cédric Anger, soucieux de ne pas faire du film une sorte de documentaire sur le tueur de l’Oise, a jugé préférable de modifier le prénom d’Alain Lamare par Franck.

"La prochaine fois je viserai le coeur" de Cédric Anger avec Guillaume Canet et Ana Girardot. Sortie prévue le 12 novembre 2014 (1h51min).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter