Procès

Jean-Michel Bissonnet condamné à 30 ans de prison

jeudi 10/02/2011 - mis à jour le 10/02/2011 à 18h50

Après plus d’un mois de débats à la Cour d’assises de Montpellier, le procès de Jean-Michel Bissonnet vient de toucher à sa fin. Accusé d’avoir commandité le meurtre de sa femme en mars 2008, il est condamné à 30 ans de prison. Retour sur une affaire qui a déchaîné les passions.

Le scénario de cette affaire est digne des meilleurs romans policiers. Un couple de notables, une belle résidence, une victime innocente et trois assassins présumés.

Le mari, Jean-Michel Bissonnet, 62 ans, aurait commandité le meurtre de sa femme, Bernadette. Le jardinier du couple, Meziane Belkacem, aurait tué cette dernière avec un fusil contre une promesse de 30 000€. Et le vicomte Armaury d’Harcourt, ami du couple, aurait donné des conseils sur la façon de procéder puis fait disparaître l’arme dans le Lez pour « protéger son ami ».

Au fil du procès, le vicomte et le jardinier ont avoué ce qui leur était reproché mais ont remis toute la responsabilité sur M. Bissonnet, désigné comme seul commanditaire. Pourtant, le mari clame son innocence depuis le début et accuse Armaury d’Harcourt d’avoir tout organisé avec l’aide de M. Belkacem.
Alors quel a été le rôle de chacun ? Et surtout, quel était le motif ?

« Un des accusés ne dit pas la vérité »

La vérité a toujours semblé très compliquée à établir. Les déclarations ne concordent pas avec les faits et chaque aveu est resté partiel. « Un des accusés ne dit pas la vérité », a déploré d’ailleurs un avocat de la défense face aux versions contradictoires de chacun.

Les différents témoins entendus à la barre n’ont pas plus été capables d’éclairer la situation. Aujourd’hui encore, beaucoup de zones d’ombre persistent et trop de questions restent sans réponses malgré le rendu du verdict.

Bissonnet, décidé à ne pas capituler

Au début du procès, assis sur le banc des accusés, Jean-Michel Bissonnet a pu parfois sembler étonnamment calme, presque indifférent à ce qui était dit. Pourtant, il lui est arrivé de s’emporter, de plus en plus avec le temps.

Lors de la troisième semaine d’audience par exemple, fatigué d’être traité en coupable, il se met à hurler : « Je suis innocent ! Je suis la deuxième victime de cette affaire. Trente ans de couple, je sais ce que c’est. Je sais ce que j’ai fait. » Puis pointant Meziane Belkacem du doigt, il affirme : « Pour moi l’homme que vous poussez à condamner n’est pas coupable. »

Ces trois derniers jours, il a même décidé de ne plus se présenter au procès, exaspéré par ce qu’il qualifie de « mensonges » au sein d’une « enquête à charge depuis le début ». Stéphanie Archambault, experte psychologique qui l’a rencontré, affirme d’ailleurs qu’il « passait sans transition d’un état émotionnel à un autre. »

Malgré tout, beaucoup de personnes le pensent innocent, certaines allant même jusqu’à créer une "Association de soutien à Jean-Michel Bissonnet".
Aujourd’hui, de retour dans la salle, il a encore réaffirmé son innocence lors de sa dernière déclaration.

Un jugement très attendu

Mardi 8 février, l’avocat général, Me Denier, a requis la prison à perpétuité contre Jean-Michel Bissonnet, 25 ans contre M. Belkacem et 10 ans contre le vicomte d’Harcourt.

Pour cette dernière journée, la grande salle du Tribunal de Montpellier est comble et la tension palpable. Les deux hommes qui avaient avoué leur implication dans le meurtre ont exprimé des regrets. Mais Bissonnet ne les a pas acceptés.

Après plus de cinq heures de délibération, la justice a tranché : 30 ans de réclusion pour Jean-Michel Bissonnet, qui s’est évanoui à l’annonce du verdict. Belkacem a été condamné à 20 ans de prison et Amaury d’Harcourt à 8 ans. Aujourd’hui, même si les jurés ont fait leur choix, il est probable que face au manque évident de preuves le doute persiste dans beaucoup de têtes.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter