Rencontre

Jean Moulin, une mémoire en héritage

Cécile Benoît nous parle de son aïeul

vendredi 18/06/2010 - mis à jour le 19/06/2010 à 12h29

A l’occasion du 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 lancé par le Général de Gaulle sur les ondes de la BBC, Hautcourant est allé à la rencontre de Cécile Benoit, petite-nièce de Jean Moulin, et de son époux Gilbert. Ils nous racontent le riche héritage que leur célèbre aïeul a laissé à la France. L’héritage de celui qui incarne aujourd’hui, aux yeux de tous, la Résistance française.

C’est avec beaucoup d’humilité, mêlée à une certaine fierté, que Cécile Benoît évoque la mémoire de son illustre ancêtre. Plusieurs générations la séparent de la destinée de Jean Moulin, son arrière-grand-oncle qui a joué un rôle considérable dans l’unification des mouvements de Résistance et dans la création, en 1943, du Conseil National de la Résistance. C’est d’ailleurs principalement pour rappeler l’importance des mesures prises par cet organe pour l’avenir de la France que Cécile et Gilbert Benoît acceptent de témoigner.

Comment avez-vous appris à connaître Jean Moulin ?

Cécile : Mes tantes m’en ont beaucoup parlé... Elles ont gardé de lui des souvenirs d’enfance qui, en fait, ne correspondent pas à son engagement dans la Résistance : la mémoire de promenades en vélo par exemple... De sa période de résistant, elles n’ont le souvenir que de petits épisodes.

Gilbert : Vu de l’extérieur, c’est un personnage qui a compté et qui compte beaucoup dans la famille. De nombreux documents, photographies, ont été conservés. Le père de Jean Moulin, homme politique et homme d’art, était un intellectuel qui a conservé beaucoup de souvenirs.

Cécile : Je l’ai donc découvert à travers tous ces souvenirs... Nous avons aussi gardé la maison de Saint-Andiol où Jean Moulin a passé de nombreuses vacances.

Il avait des racines dans la région…

Gilbert : Il était né à Béziers un peu par hasard, à cause des obligations professionnelles de ses parents. Il a ensuite fait son Droit à Montpellier et a travaillé à la préfecture. Mais, le berceau familial du côté de sa mère était surtout la Provence et Saint-Andiol. Il avait un attachement très fort pour cette région.

Parlez-vous souvent de lui en famille ?

Cécile : Pas tant que cela. Nous en parlons surtout au moment des commémorations. Notamment celle du 27 mai, qui rappelle la première réunion du Conseil nationale de la Résistance (CNR), et qui a lieu chaque année au Mémorial régional de Salon de Provence.

Pourquoi le commémorer ce jour-là particulièrement ?

Cécile : C’est une date importante pour tout ce qu’il représente, l’acte principal qui l’a fait connaître. C’est à Moulin que l’on doit l’idée de réunir au sein d’une même entité les résistants, les partis politiques d’avant 39, les syndicats, pour préparer la France d’après-guerre.

Gilbert : Chose qui n’a pas été facile vu que les anciens partis politiques étaient considérés par les mouvements de résistance comme les responsables de la Défaite. Moulin incarne alors l’unité de la Résistance, et c’est pour cela qu’il restera célèbre tout de suite après le conflit. C’est grâce au CNR et à cette action-là que la France, à la fin de la guerre, n’a pas été mise sous la tutelle des Américains ou des Anglais.

A-t-il entendu l’appel du 18 juin 1940 ?

Gilbert : Non. Son premier acte de résistance a eu lieu la veille, le 17 juin. A l’arrivée des Allemands, il était préfet de Chartres. Ces derniers ont voulu lui faire signer un document dans lequel il était dit que l’armée française, et en particulier les tirailleurs sénégalais, avait commis des atrocités. Il a refusé. On l’a alors enfermé avec des corps de femmes mutilés. De peur de devoir signer sous la contrainte, il a tenté de se suicider. Après quelques mois, il a été révoqué par le gouvernement de Vichy. Il s’est alors retiré en Provence... et à commencer à agir.

Pourquoi a-t-il rejoint le général de Gaulle à Londres s’il n’a pas entendu l’appel ?

Gilbert : Il en a eu connaissance après. Et surtout parce que le Général de Gaulle a été vite perçu comme un rassembleur.

Pensez-vous que Montpellier, ou la région, s’impliquent suffisamment dans l’entretien de la mémoire de Moulin ?

Cécile : A Montpellier, non. Alors-même que la photo qui a fait la légende de Jean Moulin, avec l’écharpe et le chapeau, a été prise ici, aux Arceaux…

Gilbert : Dans la région, le musée des Beaux-Arts de Béziers conserve ses dessins et des œuvres qu’il avait acheté. Elles ont été données par sa sœur. D’autres villes comme Bordeaux et Paris ont des mémoriaux. Montpellier s’en tient à deux plaques, posées sur les murs de la ville, qui rappellent qu’il y a vécu.

A titre personnel, vous impliquez-vous dans son souvenir ?

Cécile : Mes tantes ont beaucoup représenté notre famille aux différentes manifestations. Avec le temps, nous nous sommes investis davantage, notamment avec le comité Jean Moulin de Salon de Provence. Depuis quelques années, on a prit conscience qu’il fallait perpétuer le souvenir de son action au sein du CNR. C’est devenu une nécessité. Sa sœur Laure, elle, lui a consacré sa vie entière. D’abord à le rechercher, puis à entretenir son souvenir.

La France d’aujourd’hui a-t-elle une reconnaissance suffisante à l’égard des résistants ?

Cécile : En dehors des commémorations, finalement, on parle assez peu d’eux. A l’école, l’Histoire permet aux jeunes de comprendre l’importance de leurs engagements. Le concours de la Résistance, proposé au collège, a une vraie valeur pédagogique, hors de toute considération politique.

En 2004, plusieurs résistants, dont les Aubrac, ont lancé un appel pour les générations futures, pour que l’héritage qu’ils ont laissé ne disparaisse pas. Pensez-vous que Jean Moulin aurait signé cet appel ?

Cécile : C’est certain. Tout l’héritage du CNR est en train de partir en déliquescence. Il faut le faire connaître.

Gilbert : Cet appel est passé inaperçu. Pour nous, le plus important est que l’on se souvienne de l’héritage du CNR, de tout ce que l’on doit à Jean Moulin, en matière sociale notamment.

L’hommage aux Justes de France est venu assez tardivement, parce que beaucoup de ceux qui auraient pu témoigner étaient restés dans la pudeur. La Seconde Guerre Mondiale a-t-elle encore des héros oubliés ?

Cécile : Le mémorial Jean Moulin à Paris a rendu hommage, pour la dernière journée de la femme, aux résistantes, avec un colloque sur le rôle des femmes dans la Résistance. Trop longtemps, leur importance était restée sous silence.

Seriez-vous prêts à vous impliquer davantage dans le souvenir de Moulin ?

Gilbert : Nous refusons de trop entrer dans l’historique, parce que nous n’en avons pas les capacités et que nous laissons ça aux spécialistes. Nous parlons avec nos enfants du rôle si fort qu’il a eu, et du fait qu’il ait saisi le sens de son devoir.

Cécile : Si nous étions plus sollicités, peut-être que nous interviendrions plus. Mais nous tenons absolument à rester dans la discrétion, pour que le souvenir de Jean Moulin ne soit lié à personne.

Recueilli par Alexis Cuvillier et Julie Derache

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • Jean Moulin, une mémoire en héritage

    20 novembre 2012 18:45, par Decra

    repondre message

    Très bel article. L’héritage de Jean Moulin est en effet considérable. Les films qui lui ont été consacrés traduisent bien la vie du grand homme. Je suis toujours émue en relisant les livres qui lui sont consacrés comme le Cordier. J’ai même emprunté récemment àla bibliothèque un livre : hommage aux ombres de Labonne Michel qui lui consacre plusieurs très beaux poèmes. Sa vie doit réellement rester un exemple pour nous tous.

  • Jean Moulin, une mémoire en héritage

    8 juillet 2010 19:36, par Fa

    repondre message

    J’arrive un peu tard mais cet article le 18 juin, ce pourrait être considéré comme un très bon choix éditorial. Belle idée et bien rendue. Pas trop long, bien comme il faut. Si en plus les journalistes de Haut Courant font preuve d’humilité, ça devient très intéressant... Bon courage à toute l’équipe ; la route est longue, mais je sens que cette promo fera parler d’elle.

  • repondre message

    Merci pour cet article tout en finesse !

    François

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter