Jérémy Cadière : « Un vigneron ne fait pas de vin pour qu’on l’intellectualise »

lundi 30/01/2017 - mis à jour le 30/01/2017 à 17h26

Dans l’agitation du salon Vinisud 2017, Haut Courant a pris le temps de parler vin avec le sommelier Jérémy Cadière, médaillé du Challenge des Étoiles de la sommellerie Sud de France 2014, une consécration.

«  Goûtez ce Château Beaubois, Harmonie 2013 ! C’est un petit vin à côté de mon village natal, dans le Gard. » Le sommelier parle aussi vite qu’il déguste. Entre formules imagées et métaphores romantiques, Jérémy Cadière rend le monde du vin plus accessible. Rencontre avec un « amoureux du vin ».

Qu’est-ce qu’un sommelier ?

Un sommelier, c’est comme un interprète dans le sens musical du terme. Le vigneron écrit une partition faite de cépages et de terroirs. Le sommelier se doit de l’interpréter à sa manière tout en respectant la partition. À travers un vin, j’essaye de le faire parler, de l’expliquer aux gens et de le faire vivre. Je vois mon métier comme quelque chose de très romantique. Ensuite, il y a l’approche plus technique. Un sommelier est aussi quelqu’un qui travaille sur le terrain. J’accompagne des restaurants pour dynamiser leurs cartes des vins, faire des séances de dégustation. Je prends plaisir à courir entre les tables. Au final, mon travail est d’initier les gens à prendre du plaisir avec le vin.

Vous aimez parler du vin avec des mots simples…

J’essaie d’en parler de manière simple et drôle. Il y a parfois une approche du vin qui est très guindée et traditionnelle. Mais un vigneron ne fait pas de vin pour qu’on l’intellectualise. Quand on pense trop, on tue le vin. Le cerveau tue le plaisir. Sans aller jusqu’à cette extrême, il faut un minimum de savoirs pour l’apprécier au maximum. Le vin c’est du partage, du plaisir. Déguster un vin c’est comme faire l’amour, on peut le faire seul mais c’est mieux à deux…

Alors, comment faut-il le déguster ?

Il faut prendre son temps. C’est comme la séduction. Quand vous aimez quelqu’un, vous commencez par le regarder, l’admirer. Ensuite vous vous rapprochez doucement, vous vous familiarisez avec son odeur, son parfum. Si vous vous entendez bien, alors vous pouvez danser ensemble, puis poser vos lèvres et l’embrasser. Avec le vin c’est pareil, il faut prendre le temps de le regarder, de regarder sa robe et comment il se comporte dans le verre. Si vous vous sentez appelés, vous le dégustez avec plaisir comme un premier baiser. Le conseil pour résumer tout ça, c’est prendre le temps et du plaisir.

Qu’est ce qui fait un bon vin ?

C’est le vin que vous aimez, tout simplement. Un bon vin peut être un vin de coopérative au cubi que vous buvez avec quelqu’un que vous appréciez. Au contraire, si vous buvez le meilleur vin du monde avec un trou du cul… [rires]

Des start-up spécialisées dans le monde du vin se développent pour aider les particuliers dans leurs choix, notamment MyOeno dont vous faites partie. N’avez-vous pas peur que ces applications vous piquent votre travail ?

MyOeno est un objet connecté à votre téléphone qui fonctionne par spectrométrie. Il analyse les caractéristiques du vin, le tanin, l’alcool et l’acidité. Les deux développeurs de l’application sont issus de la recherche médicale, ils ont une approche assez scientifique. J’ai participé au calibrage de la machine en lui ajoutant l’aspect humain. Les gens feront toujours appel à des sommeliers, je le considère comme un vrai assistant.

Quelle est votre bouteille du moment pour un petit budget ?

Une bouteille de Château Beaubois, Costières de Nîmes, un très bon rapport qualité/prix, ou un vin du domaine Sainte-Marie des Crozes qui est excellent.

Jérémy Cadière travaille avec le CIVL (le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc) pour promouvoir les vins de la région du Languedoc.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter