Jeux vidéo : quand la France mène la danse

vendredi 14/12/2007

JPEG - 15.7 ko

La fin d’année s’annonce chargée pour les trois constructeurs Sony, Nintendo et Microsoft, qui proposent chacun leurs gros titres de Noël. Tous les ans, une lutte acharnée s’engage pour devenir leader du marché. Depuis peu, les éditeurs tiers (les professionnels du jeu n’appartenant pas à un constructeur donné) ont acquis une importance considérable. Ils ont cessé de développer leurs projets sur des plates formes uniques pour devenir “multi-plates-formes” et maximiser les profits car les coûts de production des jeux ont nettement augmenté avec la nouvelle génération de consoles, plus puissantes. Les exclusivités deviennent uniquement temporaires.

Ubi Soft, entreprise présente dans le monde entier (et notamment au Canada), représente la dernière grande firme française du jeu vidéo, Atari-Infogrames accumulant les difficultés. Elle lance au mois de novembre, et sur tous les continents, deux productions d’ampleur sur le marché des consoles : Assassin’s Creed et Rayman contre les lapins encore plus crétins.
Rayman contre les lapins encore plus crétins, disponible depuis le 16 novembre en France et développé à Montpellier, fait suite au premier opus, paru l’année dernière. Il s’agit d’un jeu multijoueurs pour toute la famille. Il a su trouver son public, principalement sur Wii, grâce au caractère convivial de la console. Tous les supports ont bénéficié de leur version, consoles portables comprises.

Assassin’s Creed (15 novembre), annoncé de longue date et, à la manière des productions d’envergure, plusieurs fois reporté, présente un background beaucoup plus original. Il s’adresse plutôt aux joueurs classiques, qui découvriront une histoire complexe et travaillée, en incarnant un tueur au Moyen Âge, dans un environnement gigantesque et réaliste, dans lequel le joueur évolue à sa guise.

Loin de jouer le rôle du figurant, Ubisoft a gagné ses galons d’éditeur majeur grâce à la mise sur le marché de productions plébiscitées par la critique et le public. La société est en effet à l’origine des séries à succès Splinter Cell, Prince of Persia, et Alexandra Ledermann.

Le jeu vidéo à la française affirme son identité, sa qualité indéniable, et la viabilité de son économie. Il serait temps de s’en apercevoir.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter