Rencontre

« L’Amérique est allée jusqu’au bout du rêve »

mercredi 04/11/2009 - mis à jour le 15/02/2010 à 12h10

Michel Pieyre, un an après l’élection du premier président afro-américain des États-Unis, publie « 8 jours avant Obama » revenant ainsi sur les quelques jours ayant précédé cet évènement historique. La nouvelle librairie Sauramps Odyssée l’a accueilli hier soir, 3 novembre, pour une séance de dédicaces suivie d’une rencontre-débat en compagnie de Marc Smyrl, professeur américain en Science Politique à l’Université Montpellier I, qui remplaçait Romain Huret.

L’Amérique a élu son premier président afro-américain, Barack Obama, il y un an jour pour jour. A l’occasion de cet anniversaire, le photographe montpelliérain Michel Pieyre revient sur les petits instants de la vie quotidienne des New-Yorkais qui ont précédé ce moment historique.

Influencé par les photographes humanistes, Doisneau, Ronis, Cartier-Bresson, le travail de Michel semble tout droit sorti des années 1960. Des clichés “black and white”, des clichés d’un Harlem intemporel où résonne encore le Gospel d’une époque qui a semé les graines de l’espoir et de l’avenir que représente Barack Obama. Une époque où Martin Luther King faisait un rêve, celui d’une Amérique égalitaire et tolérante. L’espoir, le changement, le rêve, des mots qui sont sur toutes les lèvres quand on parle d’Obama. L’enthousiasme a gagné une Amérique déçue, en colère et à bout de souffle. Une folie douce a poussé toute une génération de jeunes Américains à s’engager, à se mobiliser, à se rassembler derrière un "grand homme". Un constat s’impose aux yeux de Michel Pieyre : rares sont les affiches électorales présentes dans les rues de la Grosse Pomme, mais nombreuses sont les démarches personnelles, les stands fleurissants soutenant le candidat Obama. « La vague d’espoir était flagrante dans les rues de New-York. Les gens sortaient de leur tanière, se rencontraient, discutaient, se mobilisaient autour d’Obama. Une véritable énergie se véhiculait d’individu à individu » souligne Michel Pieyre.

Pourtant la victoire n’était pas assurée. Jusqu’au dernier moment, le frisson, la peur de perdre était présente dans les cœurs. « On savait que les sondages étaient favorables à Obama mais ce n’était pas gagné. Jusqu’au dernier moment, on a eu peur, on y croyait pas. Nous avions peur que l’on nous prenne ce moment-là » avoue Marc Smyrl. Le photographe, qui a vécu cette attente extraordinaire avec les New-Yorkais, explique que c’est uniquement lorsque la Californie a été gagnée par le candidat démocrate, que les gens ont vraiment cru à sa victoire. Il ajoute que « pour une fois, l’Amérique est allée au bout du rêve ».

« Est-ce que la victoire d’Obama est le résultat d’un contexte particulier ou le fruit de son charisme et d’une volonté à toute épreuve ? » demande un jeune homme de l’assistance. Selon Marc Smyrl, son élection est la conjonction d’un moment favorable à un candidat de l’opposition d’un gouvernement discrédité, et d’une personnalité au charisme hors du commun. « C’est un sacré bonhomme », affirme le professeur. « Obama n’est pas quelqu’un de creux, il est capable d’emporter les foules avec lui. Il maîtrise toutes les techniques de l’orateur, du ton pédagogique et posé au prêche », ajoute Michel Pieyre. Le charisme du président américain est comparé à celui dont disposait François Mitterrand en 1981.

L’enthousiasme qui a touché le cœur des Américains semble pourtant s’estomper. Aujourd’hui, un an après, nombreux sont les déçus. Pourquoi cette désillusion ? Le président américain ne fait-il pas ce qu’il a promis lors des élections ? Marc Smyrl explique que cette déception vient principalement du fait qu’Obama a mobilisé un électorat essentiellement nouveau, et que par sa nouveauté cet électorat est fragile, non acquis, et qu’il doit être constamment mobilisé. La question est de savoir maintenant, si les Américains vont se mobiliser derrière Barack Obama pour régler la question de la réforme de la santé, sujet sensible mais ô combien cher au président.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

5 réactions

Réagissez

  • « L’Amérique est allée jusqu’au bout du rêve »

    26 décembre 2009 21:10, par Stéphane

    repondre message

    Félicitations ! Un article clair sur un sujet d’actualité.
    Un homme qui a réalisé le rêve de nombreux Américains et de nombreux hommes sur terre. Un monde où la couleur de la peau n’est plus un critère de réussite, d’intelligence ou de courage !
    Quant à toi Julie, réalise le tien de rêve. Sois une grande journaliste. Tu es bien partie !

  • repondre message

    Aujoud’hui Obama à fait un grand pas avec sa cause Santé remportée au congré ça avance !!!

  • repondre message

    Félicitations Michel pour cet ouvrage !
    Une collègue

  • repondre message

    C’est un trés bon article qui rend compt de l’espoir de tout
    un peuple et d’une grande parte de l’humanité.
    Pour avoir suivi linvestiture d’Obama dans les médias comment oublier tous ces hommes et femmes dont le visage , souvent en pleur et usé par la peur, le chagrin , les injustices et le desespoir ! ont mis toutes leurs espérences en Obama.
    L’Amérique et le monde vat-elle laisser au Président le temps d’accomplir, de s’accomplir ?.Comme beaucoup je l’espère de tout coeur, notre société est trop préssée.
    Journalistes en devenir continuez à nous informer comme vous le faites si bien depuis quelques semaines et usez d’un journalisme curieux et généreux.
    Gisèle Salles.

  • repondre message

    Je ne suis pas le premier mais " la première" . Bravo, bravo Julie. Quel bel article, vivant.En le lisant on semblait vibrer avec ce qui se passait. Vraiment très bon, ainsi que les tournures de phrases et les termes employés.
    Autre chose : je crois que l’analyse d’il y a 1 an reflète bien la réalité ainsi que ce qui est
    " un an après".Merci pour ton article ! josette

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter