L’Argentine simule un dérouillage de la presse

jeudi 12/01/2012 - mis à jour le 13/01/2012 à 19h13

Au nom d’une offensive contre le monopole médiatique, l’État argentin a engagé une réforme du contrat le liant à l’unique société productrice de papier journal du pays. Seulement, dans un concert d’affrontements et d’alliances politiques inattendues, l’engagement peut sembler bien léger.

Durant ce mois de décembre à Buenos Aires, « dérives autoritaires » de l’Etat [1] et « démocratisation des médias » [2] se sont fait écho depuis les bancs de la Chambre des Députés jusqu’aux plateaux de télévision. Les mesures officielles visent à donner le même accès au papier à toutes les entreprises de presse du pays. Mais les réformes engagées semblent plutôt mince face à l’ampleur du projet. Plusieurs syndicats de presse internationaux se sont élevés et La Global Editor Network ( [3] a dénoncé « Une augmentation de la pression exercée par le gouvernement contre la presse indépendante ces dernières années. » [4]

« Association illicite au détriment du patrimoine de l’Etat par manque d’investissement »

En Argentine, la production de papier journal est contrôlée par une seule société : Papel Prensa S.A. C’est elle qui produit, commercialise et distribue la pâte de cellulose. Plutôt que de s’inquiéter de cet étonnant monopole, l’Etat [5] a lancé une action en justice pour « association illicite au détriment du patrimoine de l’Etat par manque d’investissement ». Les deux actionnaires mis en cause sont les deux plus importants journaux du pays. Or les propriétaires sont au nombre de trois ; Grupo Clarin (49%), le journal La Nacion (23,5%) et l’Etat (27,5%). La formulation de l’accusation impliquant deux sociétaires au détriment du troisième qui affirme en être le propriétaire, au-delà de son ambigüité, renvoie à des accords passés en 1976.

A cette époque, le gouvernement de facto coordonne le partage de la société ; l’État conserve 27,5% et répartit le reste entre trois journaux. Tortures, menaces, assassinats et emprisonnements auront été employés, selon deux documents déclassés provenant des États Unis (voir encadré). Les parts de la Razόn seront acquises par Clarin en 2000 lors du rachat du journal. C’est la concomitance des deux entreprises qui aurait déclenché les fureurs de Cristina Kirchner en août 2010 lorsqu’elle dénonça «  le pacte de syndicalisation  » passé entre les deux autres membres. Ceux-ci se seraient mis d’accord pour toujours agir de concert et ne jamais porter atteinte à l’intérêt de l’autre. Sans croire bon d’inclure l’État à leurs bénéfices.

« Clarin et La Nacion utilisent 71 % du total de papier produit par l’entreprise,  »

Le groupe Clarin est le groupe multimédia le plus important du pays et détient plusieurs dizaines de quotidiens régionaux ou nationaux, dont le journal le plus populaire, Clarin. On pourrait donc s’attendre à ce que dans sa démarche visant à en finir avec le monopole, le gouvernement exige que le groupe ne soit plus l’actionnaire principal et qu’il répartisse ses actions. Mais le contenu de la nouvelle loi ne modifie en rien ce statut.

Depuis le 23 décembre, l’entreprise a l’obligation de produire au maximum de ses capacités et d’appliquer le même tarif à tous les journaux du pays. « Clarin et La Nacion utilisent 71 % du papier produit par l’entreprise » affirme Anibal Fernandez, sénateur de la majorité, « tout en imposant un surcoût de 15 % aux autres entreprises. » Ainsi, les journaux concurrents étaient jusqu’ici obligés d’importer le papier nécessaire à leur publication entraînant un surcoût de production. Parallèlement, la firme rachetait les invendus de ses deux filiales : « Il faut rappeler que l’entreprise papetière a racheté à Clarin 11 000 tonnes de papier recyclé à 900 dollars la tonne. » dénonce le même sénateur. Dorénavant, dans le cas où la production serait insuffisante [6], l’entreprise sera obligée d’augmenter sa cadence ; en cas de manque, l’Etat apportera des fonds qui seront autant de nouvelles part acquises...

L’Etat augmente son pouvoir au sein d’une entreprise dont il ne supprime pas le monopole et n’envisage même pas d’y valoriser la diversité éditoriale. « En huit années de co-propriété avec Clarin et La Nacion, ce gouvernement n’a jamais rien dénonçé  » rappelle Ernesto Sanz, du parti radical. Les nombreuses dénonciations mettant en cause le journal Clarin suffiront elles à détourner syndicats de journalistes et citoyens des manoeuvres surprenantes du gouvernement ? « En 2011, à l’heure de la disparition du papier, (…) cette discussion paraît ridicule.  » rappelle le président du parti radical, Ricardo Gil Lavedra. Aubaine ou intox ?

La justice peine à se faire entendre

Deux documents déclassifiés du département d’État nord-américain ont apporté de nouvelles preuves des malversations impliquant les trois journaux et la junte militaire. L’achat pour moins d’un million de dollars aurait été obtenu au moyen d’extorsions et de menaces envers le directeur d’alors, David Graiver. Une enquête menée par le secrétariat au commerce intitulé "Papel Prensa, La verdad" (Papel Prensa, la vérité) fait la lumière sur les conditions de la mort de David Graiver en août 1976 dans un étrange accident d’avion. La taxe sur le papier importé, serait alors passée de 10 à 45 %.

Otilio Romano, le juge accusé d’avoir favorisé le groupe Clarin lors du vote de la loi sur les médias de 2009 et en poste depuis la dictature, a obtenu l’asile politique au Chili.
Un jugement fictif qualifié d « éthique et politique » s’est tenu à l’encontre du groupe Clarin fin décembre. La leader des Mères de la Place de Mai, Hebe de Bonafini, siégeait au titre de juge et de nombreux anciens journalistes du groupe sont venus témoigner.

Notes

[1communiqué du parti Union Civica Radical dont Mario Barletta est le leader. Il est le parti majoritaire de l’opposition

[2Miguel Angel Pichetto, chef de file du parti majoritaire, Frente para la Victoria, dont est issu l’actuelle présidente Kristina Fernandez de Kirchner.

[3Le GEN, réseau international dédié aux rédacteurs en chef, regroupe plus de 400 rédacteurs issus de journaux, de médias du net et de l’audiovisuel. Son actuel président est Xavier Vidal-Foch, directeur adjoint du journal El Pais (Espagne). Ricardo Kirschbaum du quotidien argentin Clarin en est l’un des membres du conseil d’administration.

[4Clarin, 24/12/11

[5Le gouvernement argentin a initié ce processus en août 2010 à travers la voix de la SIGEN ; la Sindicatura General de la Nacion, est chargée de contrôler les dépenses internes du secteur public. Elle dépend directement de l’executif.

[6 Deux organes de contrôle dont un dépendant du ministère de l’économie seront en charge de vérifier l’application de la loi

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • L’Argentine simule un dérouillage de la presse

    12 janvier 2012 21:52, par Godefroy

    repondre message

    Bonjour,
    en lisant votre article, je me suis surtout demande quels peuvent etre les effets d’une telle demarche sur les forets du pays ? Savez-vous vous si moins d’importation signifie plus d’exploitation des forets argentines ? Les stocks forestiers sont-ils correctement gere pour supporter une demande accrue ?

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter