Dossier Université Montpellier Sud de France

La fusion, exercice réussi en Alsace

jeudi 24/03/2011

Pendant que Montpellier s’évertue à combiner projets d’excellence et rapprochement des facultés, à Strasbourg, qui concourt également pour l’Initiative d’Excellence, la fusion est déjà en marche. Jean-François Clerc, journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace et spécialiste des questions scolaires, fait le point sur la situation.

Haut Courant : Comment s’est déroulé le processus de fusion des universités à Strasbourg ?

Jean-François Clerc : C’est un travail long et fastidieux, il y a 42 000 étudiants à Strasbourg. Mais il est communément accepté en Alsace. Cela parce qu’il découle d’un travail continu depuis des années, ça fait 20 ans qu’on parle de fusion. Aussi puisqu’elle est historiquement justifiée, jusqu’en 1968, il n’y avait qu’une université.

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

Elles sont principalement administratives, c’est une grande reconstruction. Il faut repenser, retravailler ensemble, il y a plus de 300 spécialisations, en comptant les masters et toutes les formations. Avec les nouveaux arrivants, chaque année, beaucoup de choses sont à refaire. Il faudra dix ans au moins.

Quelles sont les spécificités de l’université strasbourgeoise ?

Le point fort actuellement est la chimie. À terme, je pense que chaque université choisira sa spécificité pour exister. Dans cette optique, l’université strasbourgeoise va développer un projet d’excellence autour du thème de la religion. La localisation constitue également un atout, il y a une politique d’alliance avec les universités du Haut-Rhin en Allemagne.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • La fusion, exercice réussi en Alsace

    29 mars 2011 22:07, par alsaco

    repondre message

    "les universités du Haut-Rhin en Allemagne"

    c’est coquille sur la dernière phrase j’imagine : le Haut-Rhin n’a pas été envahi depuis la dernière guerre, il est toujours en France...

    pour la région allemande en face de Strasbourg on dit Rhin supérieur mais je suppose que là le journaliste voulait dire alliances avec les université du Haut Rhin ET allemandes ?

    merci de corriger.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter