Dossier Université Montpellier Sud de France

La Région, véritable soutien au projet d’Initiative d’Excellence

jeudi 24/03/2011

La Région, acteur financier du Plan Campus, réaffirme son engagement pour ce projet. Selon elle, ce n’est que grâce au développement de la recherche que le Languedoc-Roussillon arrivera à dynamiser son économie et à atteindre l’excellence au rang mondial.

« La grande faiblesse de l’économie française est d’avoir trop peu de grands groupes industriels, en particulier en ce qui concerne le Languedoc-Roussillon. Pour développer l’économie de la Région, il faut donc se centrer sur son seul secteur fort : la recherche », affirme Arnauld-Yves Goucham, chef de service Recherche et Partenariats à la Région.

Pour les collectivités territoriales, l’enseignement supérieur n’est pas un domaine de compétence obligatoire mais par le biais de la recherche et de la « matière grise », il est possible de dynamiser l’activité territoriale. Cela permet la valorisation d’une région et la création d’entreprises. C’est comme cela qu’elle compte maximiser son potentiel.

Pour M. Goucham, ce sont les compétences scientifiques du campus qui lui donneront une visibilité et une attractivité territoriale et donc le valoriseront à l’international. Véritable levier économique, cette valorisation de la recherche va permettre le développement de partenariats avec l’international et l’implantation d’entreprises partenaires dans la région créant ainsi de nouveaux postes.

« Aujourd’hui, les pôles de compétences n’ont aucun intérêt, ils doivent devenir compétitifs à l’international », souligne Arnauld-Yves Goucham.
Le Plan Campus, qui fait partie des appels à projets nationaux, représente une bonne occasion pour la Région. Une manière pour l’État de concentrer ses financements dans un secteur donné. Et dans ce cas précis, de regrouper les universités françaises sous une dizaine de grands pôles d’excellence afin qu’elles soient reconnues et financées.

Les intérêts sous-jacents de la Région

Inscrit dans la même volonté que son prédécesseur Georges Frêche, le président de Région Christian Bourquin reste très attaché à ce projet qu’il a poussé jusqu’au bout. Le récent abandon de la fusion des universités l’a déçu.

Bien que la Région perçoive la stratégie gouvernementale comme un peu « brutale », elle compte bien profiter de l’énergie qui s’en dégage. « En suivant l’État, on peut choisir de financer les projets qui nous intéressent le plus. » C’est grâce à une partie de l’argent des contribuables que ce financement est possible. Les actions de financement qui répartiront ces fonds ne sont pas encore fixées mais sont pensées de manière qu’aucune université ne soit favorisée plus qu’une autre.
Malgré cela, la Région ne compte supporter que les projets d’intérêt général et qui aboutissent à un résultat d’excellence.

Néanmoins, cette façon de faire pose la question du développement territorial et de l’égalité des chances entre les différentes villes de la région. La concentration d’un trop grand nombre d’étudiants posera le problème de sélection.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter