La gratuité selon Airtist

mardi 18/11/2008

Airtist.com propose une alternative au téléchargement illégal en offrant de la musique gratuite sur Internet. Sans communication le site a déjà attiré une communauté de 125 000 membres. Olivier Reynaud, cofondateur d’Airtist, présente son entreprise et son point de vue sur l’état du milieu de la musique en France.

Votre site propose de télécharger gratuitement et légalement de la musique sur Internet, quel est votre concept ?


Airtist est un site de téléchargement gratuit, légal et éthique. Les internautes ont le choix entre deux types de téléchargement. Le premier classique, à l’achat, avec un prix définit par les artistes, ce qui est une nouveauté. Le second, si l’internaute ne veut ou ne peut pas payer, reste gratuit et légal en échange d’une publicité. Aujourd’hui, nous sommes les seuls à proposer cela. Pour obtenir un titre, l’usager doit créer un compte et choisir son morceau. Une publicité apparait en plein écran, comme à la télévision, et c’est seulement à la fin du spot qu’il peut accéder à la page de téléchargement. C’est gratuit et l’artiste est payé grâce à la publicité à hauteur de 12 centimes d’euro par titre téléchargé. En plus, à chacun d’eux, un centime d’euro va à une association caritative choisie par l’internaute.

La gratuité est de plus en plus recherchée, notamment dans la presse écrite. Est-ce qu’il est difficile de convaincre des partenaires de travailler avec vous ?


Le support publicitaire que l’on propose est nouveau. C’est une publicité au format télévision avec tous les avantages d’Internet. La campagne peut être ciblée selon l’âge, le sexe ou la ville. L’annonceur peut gérer la redondance des spots et contrôler tout le déroulement en ligne de sa campagne. Par rapport à ce qu’il existe actuellement, nous sommes les seuls à offrir une réelle gestion en temps réel de la publicité. C’est un support haut de gamme qui répond à la plupart des attentes des annonceurs, le contrôle en plus. Cela représente un coût important, c’est sûr. Mais cet avantage était recherché par de nombreux publicitaires, c’est pour cela qu’ils ont adhéré au projet.

La crise actuelle a beaucoup affecté les recettes publicitaires, qu’en est-il pour Airtist ?


Tous les sites qui travaillent dans la publicité en ligne ont subi les effets de la crise, Airtist y compris. Nos publicités fonctionnent différemment par rapport aux autres sites, mais il y a tout de même eu un net ralentissement. Certaines entreprises n’ont pas tenu le choc, mais nous on est toujours là, on tient et on avance. On essaye d’ailleurs de développer un support publicitaire annexe sur les bases du premier, qui va permettre d’outrepasser ce type de crises. C’est une surprise prévue pour 2009 !

Certains professionnels de la musique pensent que le milieu est au bord de la disparition à cause d’Internet. Quel est votre avis sur ce constat ?


Aujourd’hui de plus en plus de monde travaille dans la musique. Sur Internet, une dizaine de site de téléchargement sont créés tous les mois. Le problème c’est que les échanges financiers (vente de disques, places de concert…) n’ont pas augmenté à la hauteur des acteurs présents dans le monde musical. Beaucoup n’ont pas su gérer cette mutation et se sont effondrés. La recette pour se maintenir aujourd’hui, c’est d’éviter de s’éparpiller. Les entreprises qui réussissent sont celles qui entrent en partenariat avec certains labels ou qui se concentrent sur une niche particulière. Il faut savoir cibler un public et favoriser la scène. C’est ça qui marche en ce moment.

Pour finir, quels sont vos projets pour 2009 ?


La nouveauté pour 2009, c’est plus de catalogues. Nous avons déjà EMI en ligne et nous espérons faire signer deux autres « majors » entre Sony, Warner et Universal. Nous allons aussi proposer plus de téléchargement gratuit grâce aux publicités. Début 2009 il devrait y avoir de bonnes surprises pour les internautes avec de nouveaux artistes. Nous allons aussi être beaucoup plus présents sur scène avec des photographes, des tourneurs et des places de concert à gagner. Il faudra surveiller le site.

Sur le web : Airtist

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • La gratuité selon Airtist

    17 avril 2010 08:54, par Philippe

    repondre message

    Je dirais comme François, moi aussi compositeur autoproduit, mes ventes ne se font que par airtist ! dialogue avec les fans, ils sont toujours les premiers au courant des nouvelles sorties d’albums etc... Pour moi, Airtist c’est vraiment LA plateforme du téléchargement, c’est simple, gratuit, efficace, transparent... Bref tout pour plaire aussi bien aux artistes qu’aux internautes !

    Musicalement
    Philippe

    www.airtist.com/philippe

  • La gratuité selon Airtist

    19 novembre 2008 06:36, par Francois Ville

    repondre message

    En tant qu’artiste autoproduit présent sur Airtist, il ne manquait à mon avis plus que des locomotives (maisons de disques, stars en téléchargement gratuit) pour attirer un maximum d’internautes. Avec EMI c’est chose faite ! Espérons que les autres vont suivre rapidement !

    En tant qu’artiste autoproduit, Airtist est le meilleur site de téléchargement.

    Avant l’apparition sur Airtist du concept de gratuité mes chansons n’étaient pas téléchargées (qui a envie de payer pour un artiste non médiatisé et donc inconnu ?). Maintenant elles le sont plusieurs dizaines de fois par mois et je suis rémunéré. Pas beaucoup (0,12 Euros par titre), certes, mais c’est mieux que pas du tout et mon but 1er en tant qu’artiste reste d’être entendu un maximum ;-D

    Je peux choisir le prix de chaque morceau et le prix de chaque album aussi.
    Mes titres sont téléchargeables gratuitement, ou à 60 cents (sans pub à regarder), ou à 20 cents si on achete l’album entier (2,40 Euros maxi pour 12 titres, sans pub).

    Cette souplesse est hyper attrayante pour tout le monde.
    Ma musique est enfin gratuite ou pas chère, selon ma volonté et pas celle d’un tiers distributeur, et je touche une rémunération. Je peux consulter en temps réel le nombre de téléchargements et ce qu’ils me rapportent, avec la part Sacem.

    L’internaute s’y retrouve aussi et peut se permettre de me découvrir sans risque. Qui plus est il peut choisir de verser pour chaque téléchargement 0.01 Euros à l’association carritative de son choix. Encore une fois c’est peu, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. J’ai pour ma part téléchargé des centaines de titres d’autres artistes et j’ai fait de belles découvertes.
    L’annonceur est sûr d’être vu par un public ciblé, avec une belle pub de 20 secondes en plein écran.

    Enfin, qualité non négligeable à mon sens, Airtist est aussi un site communautaire où je peux échanger directement avec mes fans.

    Voilà mon point de vue de l’intérieur, en tant qu’utilisateur et artiste. Vous pouvez par curiosité visiter ma page ici :
    http://www.airtist.com/francoisville/

    A bientôt,
    Amicalement,
    François Ville

    Voir en ligne : Francois Ville sur Airtist

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter