La jeunesse d’un Beatles tourmenté

vendredi 10/12/2010 - mis à jour le 13/12/2010 à 17h44

8 décembre 1980. John Lennon est assassiné devant son domicile new-yorkais. Trente ans plus tard, il ressuscite sous les traits de Nowhere Boy. Un film intime pour une star planétaire : quel en est le résultat ?

La salle s’obscurcit et la première note de « A Hard Day’s Night » retentit. Faux espoir pour les fans, les Beatles ne sont pas les héros du film. Apparaît à l’écran le Liverpool d’après-guerre avec ses magasins de vinyles et ses “Fish & Chips”. John, 15 ans, est encore sur les bancs de l’école. Ou est censé y être. Car le jeune homme n’a rien d’un ange. Arrogant, fier, intrépide, voleur, Don Juan, colérique, jaloux… Un portrait bien loin du Lennon pacifiste marié à Yoko Ono.

Une tante rigide pour une mère frivole

Rien ne permettait de soupçonner l’enfance de John Lennon. Qui aurait cru qu’il séchait les cours et voyageait sur le toit des bus ? « Tu finiras sur les docks, en ce moment tu ne vas nulle part », lui lance le directeur de son lycée. L’appellation “Nowhere Boy”, inspirée d’une chanson des Beatles, prend tout son sens. En manque de repères familiaux, John a du mal à trouver sa place et sa voie. Mais, comme le dit Aaron Johnson, véritable révélation du film : « N’est-ce pas nulle part que se retrouvent les génies ? »

JPEGAvant d’être un Beatles, John vit chez sa tante Mimi. L’interprétation de Kristin Scott Thomas, seule actrice connue du casting, est à relever. Le personnage n’aurait pas la même saveur sans son charisme. Amatrice de Tchaïkovski et Bach, Mimi aime par-dessus tout siroter son Earl Grey, une cigarette à la main et confortablement installée dans un intérieur très “british”. Stricte et très propre sur elle, cela ne l’empêche pas d’avoir du répondant. Une qualité requise pour encadrer un adolescent en pleine rébellion.

Et c’est sans compter l’influence de sa mère, soudainement revenue dans sa vie. Julia est tout l’opposé de sa sœur. Elle porte des robes affriolantes et colorées, danse dans les bars et suscite l’émoi de la gent masculine. Sa devise : « Rock’n’roll is sex [1] ». John n’apprend pas seulement à jouer du banjo avec elle, il découvre l’amour d’une mère et une nouvelle culture. Fini l’errance, il devient passionné, perfectionniste et ambitieux. Guidé par son idole Elvis Presley, il adopte la panoplie du vrai rocker : banane et blouson en cuir. De quoi concurrencer la Fureur de vivre qui animait James Dean.

Beatles, are you there ? [2]

Armé de sa Hofner flambant neuve, John n’a plus qu’une obsession : former un groupe. The Quarrymen devient une réelle échappatoire. Sa rencontre avec Paul, joué par Thomas Sangster (vu dans Love Actually), sera décisive tant sur le plan artistique que sur le plan humain. Entre concurrence et soutien, il modère les sautes d’humeur de John et le remet dans le droit chemin. Sans doute son côté “dandy” (qui n’a pas grand-chose à voir avec le McCartney issu d’une famille modeste).

Pour son premier long-métrage, Sam-Taylor Wood commence avec Lennon et la musique pour livrer un film sur les relations humaines. Elle le dédie d’ailleurs à Anthony Minghella (réalisateur du Patient anglais) décédé en 2008 et qui lui a permis de se produire à Cannes. Nowhere Boy ne fait pas la promotion des Beatles. Il part du passé tourmenté d’un chanteur devenu star planétaire pour explorer le mal-être de toute une génération.

La réalisatrice s’est tout de même amusée à glisser quelques petites allusions aux quatre garçons dans le vent : un panneau Strawberry Fields, John qui se fait refouler de The Cavern, la salle mythique de Liverpool où les Beatles ont connu leurs premiers succès, la chanson Maggie Mae reprise dans l’album Let It Be… Et quand, à la fin du film, Mimi demande à son neveu : « C’est quoi le nom de ton groupe déjà ? », les spectateurs ont la réponse sur le bout des lèvres. Certains le murmurent. « The Beatles… »


Nowhere Boy - Bande-Annonce/Trailer [VO]
envoyé par Lyricis. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

Notes

[1Le rock’n’roll c’est le sexe

[2Beatles, êtes-vous là ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter