Elections de mi-mandat aux Etats-Unis

La majorité démocrate en sursis

lundi 01/11/2010

Le 2 novembre prochain, les électeurs américains retrouveront le chemin des urnes pour les élections de mi-mandat. Profitant des difficultés de l’administration Obama et de la vague populiste incarnée par le mouvement Tea-Party, les républicains ont de grandes chances de remporter le scrutin.

À en croire les derniers sondages, les démocrates ont certes gagné du terrain, mais les républicains ont toujours l’avantage. Dans la course à la Chambre des représentants, l’opposition est en tête du sondage CNN/Opinion Research Corp, avec 52% contre 45% pour les démocrates. CBS News voit également les républicains gagnants avec 45% contre 37%. La situation économique du pays et la politique trop consensuelle du président expliquent en partie ces résultats.

Certes, une plus grave récession fut évitée grâce au plan de relance de 787 milliards d’euros adopté en février 2009. Mais depuis, la reprise tarde à venir. Les chiffres du chômage demeurent à un niveau élevé (environ 10% de la population active). La dette publique a augmenté de 20% depuis 2 ans. Enfin, le nombre de saisies immobilières pourrait dépasser le million à la fin de l’année.

JPEG - 39.8 ko
DR(flickr/ Julie Dermansky 2010)

Barack Obama doit aussi son impopularité à sa gouvernance trop centriste. À vouloir être à tout prix consensuel, on finit par déplaire à tout le monde. À gauche, il passe pour un faible toujours prêt au compromis. A droite, c’est un fanatique de gauche. Comme le résume si bien le New York Times, « il s’agit d’un socialiste anti-capitaliste trop proche de Wall Street ! ».

Déception à gauche

L’aile gauche du partie démocrate ne lui pardonne pas d’avoir choisi dans son équipe Larry Summers ou Tim Geithner, trop proche de Wall Street à leurs yeux.

Par ailleurs, dans une interview accordée au Monde 2, Adriana Huffington, nouvelle porte-parole de la gauche américaine, résume bien les désillusions de son camp à l’égard du président. Elle évoque l’échec du plan de relance (où sur les 787 milliards de dollars injectés, seuls 72 ont été alloués aux projets d’infrastructures), ou encore les 3 000 milliards de dollars du contribuable versés à Wall Street pour renflouer les banques.

Dans son livre Third World America, “L’Amérique du tiers-monde", elle dresse un tableau très noir de la situation économique et social aux Etats-Unis. Selon elle, la classe moyenne américaine serait en voie de disparition, du fait de l’augmentation de la pauvreté depuis 10 ans et de l’état de délabrement des infrastructures publiques. Or, Barack Obama n’a pour l’instant pas réussi à stopper cette descente aux enfers.

Populisme et anti-étatisme à droite

Mais l’opposition la plus virulente à l’actuel locataire de la Maison Blanche se trouve bien évidemment à droite. À la droite extrême même. En effet, depuis l’adoption du plan de relance, s’est mis en place un redoutable mouvement ultra-conservateur et populiste : le Tea Party. Ses partisans refusent toute intervention de l’Etat dans l’économie et se sont violemment opposés au projet de réforme de l’assurance maladie.

Pas moins de 138 candidats républicains sont issus du Tea Party. Selon le New York Times, une bonne trentaine pourrait siéger au congrès et une dizaine au Sénat. Un tel résultat ne ferait qu’accroître leur influence sur la scène politique. Leur programme politique contient des propositions radicales : la suppression du ministère de l’éducation, le retrait des Etats-Unis de l’Onu, ou encore la privatisation du système des retraites...

Les partisans du Tea Party défendent ainsi une vision purement individualiste de la société. Ils ne s’imaginent pas un jour tomber gravement malade sans assurance maladie et devoir payer 30 000 dollars de soins. Ils refusent toutes aides sociales aux plus défavorisés au motif qu’ils auront toujours la possibilité de devenir riche un jour, même à 80 ans passé...

Cap sur 2012

Une probable victoire des républicains priverait l’administration Obama de toute réforme ambitieuse. Néanmoins, l’entourage du président espère limiter les pertes le 2 novembre prochain. En effet, la droitisation du parti républicain pourrait faire fuir l’électorat modéré à leur profit. Ils restent aussi plus optimistes pour les prochaines élections présidentielles en 2012.

Enfin, ce ne serait pas la première fois que les élections de mi-mandat se traduisent par un vote-sanction à l’égard du Président : Ronald Reagan en 1982 et Bill Clinton en 1994 avaient vu leur camp respectif perdre la majorité au congrès. Cela ne les avait pas empêchés d’être réélus deux ans plus tard... Rien ne semble donc perdu pour Barack Obama.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

6 réactions

Réagissez

  • La majorité démocrate en sursis

    3 novembre 2010 17:00, par Igor Gauquelin

    repondre message

    Bon article Philippe !

    Pour ma part, j’ai noté le commentaire d’un éditorialiste américain, sur Europe 1, mardi soir, qui m’a permis de mieux comprendre certaines réactions épidermiques observées ces derniers temps :

    (vidéo à 43è minute) http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-Soir/Sons/Europe-1-Soir-Speciale-Etats-Unis-02-11-10-301855/

    Obama y est décrit par le menu comme un homme cérébral, "professoral", peu à son aise dans le contact humain, voire enclin mépris intellectuel. A le voir jouer au basket, ça ne m’avait jamais sauté aux yeux, mais il est vrai qu’Obama est clairement un universitaire. Un article sur la question :

    http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/200109/obama-enquete-sur-un-itineraire-intellectuel-atypique

  • repondre message

    Obama est simplement victime de sa couleur de peau !
    On le fait depuis son arrivée un procés d’incompétance.
    Bush était pire on l’a laisse tout le temps nécessaire mais pour Obama même pas deux ans et on l’attaque de tout bord !

    Pas un jour ne se passe sans qu’on parle de bilan , on cherche àtout pris àle disqualifier.

    Tous les racistes se cachent derrire tout sorte de pretexte pour minimiser le travail d’Obama.

  • La majorité démocrate en sursis

    1er novembre 2010 22:11, par Alexis

    repondre message

    Sauf erreur de ma part, ce sont les républicains dans leur ensemble qui sont en mesure d’emporter dix sièges au Sénat et non pas les seuls membres du mouvement de la Tea Party, ce qui est quand même un peu différent.

  • La majorité démocrate en sursis

    1er novembre 2010 20:33

    repondre message

    Très bon article monsieur Bourguet. Clair, compréhensible de tous. Merci de ces explications !
    Au plaisir de vous lire et en espérant que ce commentaire soit publié. (Il semblerait en effet que mes commentaires positifs ou negatifs soient censures ces derniers temps... Le courage journalistique n’est plus ce qu’il etait !)
    En tout cas, les recents articles de politique internationale sont tres interessants !
    Marie G

  • La majorité démocrate en sursis

    1er novembre 2010 18:45, par Geek

    repondre message

    Vous faites un live-blogging pour les élections ? Nuit blanche made in USA ? !! Ou vous vous contentez de faire une analyse un peu plus tard ?

    La première solution serait sympa !

    • La majorité démocrate en sursis 1er novembre 2010 21:45, par Julie Derache

      repondre message

      Je trouve que la première solution est aussi une bonne idée :-) Allez Philou tu peux le faire !
      Très bien ton premier article ! Bonne analyse. Continue comme cela...
      xxx
      Julie

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter