La monoculture de maïs dans le sud-ouest : modèle résilient aux changements climatiques ?

vendredi 19/12/2014 - mis à jour le 19/12/2014 à 14h47

Alors même que la conférence sur le climat au Pérou se termine sans aucun engagement ferme, la France a récemment été touchée par des intempéries à répétitions dans le sud-est, par une érosion généralisée des côtes due à la montée des eaux, par des températures inhabituellement douces…etc. A l‘heure où les phénomènes météorologiques et leurs conséquences sont de plus en plus marqués et récurrents, les agriculteurs du Midi échappent pour l’instant aux aléas du climat grâce à leur modèle.

Jusqu’à présent, le climat s’est montré plutôt clément avec les céréaliers du sud-ouest.Néanmoins, même si ces producteurs ont évité les catastrophes notamment grâce à la monoculture du maïs, il convient de s’interroger sur la résilience à long terme de ce type de production.

JPEG - 13.1 ko
Simon Giuliano, ingénieur de recherche à l’Ecole d’Ingénieurs de Purpan

Crédit : E.I Purpan

Les chercheurs en agronomie s’inquiètent en effet de ces brusques changements météorologiques et souhaitent anticiper les conséquences directes pour les cultures et l’environnement. Entretien sur les bouleversements agricoles à venir avec Simon Giuliano, ingénieur de recherche à l’Ecole d’Ingénieurs de Purpan, située à Toulouse.

Quel est le contexte agricole du sud-ouest de la France ?

La plaine de Garonne présente généralement des sols à faible potentiel agronomique : caillouteux, peu profonds, et sujets à des remontées des nappes phréatiques notamment en hiver. D’une manière générale, leur fertilité est réduite du fait de leur faible taux de matière organique, compris entre 2 et 2,5%. Notre parcelle d’expérimentation s’appelle d’ailleurs « Terre blanque » (terre blanche), en opposition aux terres plus « foncées », plus riches en matières organiques et donc plus favorables à la culture.
Dans ce milieu, la monoculture de maïs domine le paysage agricole du sud-ouest sur les terres irriguées. Cette culture apparaît idoine de par ses besoins en chaleur, sa relative simplicité technique et sa rusticité : il est flexible quant aux conditions climatiques et au climat printanier. Elle est surtout la plus intéressante économiquement pour les exploitants agricoles du fait de sa rentabilité à l’hectare importante. Cette culture représente environ 70 % des terres irriguées en Midi-Pyrénées (environ 100 000 ha pour le seul maïs grain). Viennent ensuite des cultures telles que le sorgho ou le soja dont le renouveau s’amorce mais qui demande plus d’expérience.

Les aléas climatiques observés ces dernières années et particulièrement en 2014 menacent-ils cette agriculture ?

Plus que les changements, ce sont ses variabilités et ses imprévisibilités qui sont préoccupantes. Les événements exceptionnels : pluies orageuses, grêles ou sécheresses sont difficilement gérables. Les agriculteurs raisonnent à long terme : ils ont besoin de stabilité, et le climat actuel ne leur offre plus ce confort. D’une manière générale, la culture du maïs s’adapte bien au contexte afférent au fleuve Garonne et semble avoir quelques atouts pour faire face aux aléas. Du fait que le maïs soit implanté sur des terres déjà irriguées, les périodes de sécheresse peuvent être affrontées plus sereinement. D’autre part, le maïs est de nature rustique et résiste assez bien aux écarts de températures constatés ces dernières années. Le réchauffement n’altère pas sa culture car il pousse dès lors qu’il fait plus de 6°c et sa température optimale de culture va jusqu’à 30°C, à condition de pouvoir irriguer. Par ailleurs, ses semis en avril lui confère un net avantage sur les autres céréales. Contrairement au blé semé en octobre, il n’est pas contrarié par le climat hivernal : fortes précipitations menant fréquemment à des inondations des parcelles par remontées de nappes phréatiques ou au contraire sécheresses importantes comme en Languedoc-Roussillon. Les risques climatiques ne sont néanmoins pas absents : le printemps 2013 très pluvieux a particulièrement gêné les agriculteurs, notamment ceux en monoculture qui ont une pointe de travail très importante au moment du semis. De plus, les ravageurs du maïs, la pyrale et la sésamie, des papillons nuisibles à la culture, pourraient se développer plus largement et plus intensément. Cependant même si cette culture apparaît comme adaptée à ce contexte, elle n’en demeure pas moins éprouvante pour son environnement.

C’est-à-dire…

Comme toute monoculture, par absence de rotation des cultures (changements d’espèces végétales, de dates de semis, de travail du sol,…), elle a pour inconvénients d’augmenter la pression des ravageurs et mauvaises herbes et de poursuivre l’appauvrissement de sols déjà fragiles. D’autre part, elle nécessite une irrigation importante, notamment en période de sécheresse estivale. Ces besoins tendent à augmenter avec les sécheresses qui s’accentuent : 8 des 10 dernières années ont dépassé la référence en irrigation au niveau régional. Cette irrigation est en quelque sorte une « assurance » pour obtenir un rendement correct. Néanmoins, contrairement aux idées reçues, le maïs optimise bien mieux la ressource en eau que certaines céréales comme le blé.
De plus, des quantités importantes d’herbicides sont utilisées pendant la culture afin de lutter contre les mauvaises herbes qui prolifèrent du fait de la monoculture et de l’irrigation. Cette culture demande des quantités importantes d’engrais azotés très consommateurs en énergie.
L’effet combiné de l’irrigation, de l’usage des herbicides et d’engrais azotés provoque des dégâts environnementaux importants parce qu’elle fait pénétrer des résidus de phytosanitaires dans les sols et, in fine, dans les nappes phréatiques. Les molécules herbicides employées sur le maïs, tels le S-Métolachlore, sont la première cause de dégradation des eaux de surface à l’échelle du bassin Adour-Garonne.
Si le maïs s’avère rentable pour les agriculteurs, c’est aussi en partie parce qu’ils ne payent pas les externalités négatives engendrées par cette monoculture. De plus, cette culture a été encouragée par les politiques publiques du fait d’une prime supplémentaire accordée pour le maïs irrigué.

Quel sont les moyens qui peuvent être mis en œuvre pour essayer de réduire l’impact sur l’environnement de ce système de production ?

L’EI Purpan et l’INRA d’Auzeville sont en pointe dans la recherche sur le maïs. Sur le Domaine de Lamothe, cette problématique est l’enjeu de 5 hectares dédiés à des expérimentations destinées à réduire l’impact de cette agriculture sur l’environnement (eau, sol, air) sans pour autant en diminuer la rentabilité économique.

JPEG - 110.9 ko
Vue d’ensemble de la station d’expérimentations de l’E.I Purpan

Crédit : Simon Giuliano

Il s’agit d’agir à la fois sur la dose des intrants (phytosanitaires, engrais) et sur les techniques de culture permettant de réduire l’impact de ces intrants. Ainsi, nos recherches portent sur des plantations de cultures intermédiaires (des légumineuses – trèfles, vesces, et des crucifères – moutardes, choux, navets- cultivées en mélange) – durant les mois où le maïs n’est pas en place. Les légumineuses permettent un enrichissement naturel du sol en azote. Elles captent effectivement l’azote de l’air avant de le réinjecter dans le sol et permettent de diminuer les quantités d’engrais, impliqués à la fois dans l’impact sur l’émission de gaz à effets de serre et sur la qualité de l’eau. Quant à la crucifère, son effet permettrait de contrôler certains ravageurs et maladies. Nous étudions également les effets du non-labour qui permettent une meilleure vie du sol et de ne pas perturber le processus de décomposition de la matière organique. A terme, ils permettraient une meilleure valorisation de la matière organique du sol. Le désherbage mécanique est lui aussi étudié en remplacement du désherbage chimique. Les exploitants économisent sur leurs moyens de production et l’environnement est davantage épargné. L’ensemble de ces techniques nous permet de diminuer jusqu’à 2/3 les quantités de produits phytosanitaires appliqués sur le maïs, tout en maintenant une rentabilité identique.

JPEG - 61.9 ko

Crédit : Benoit Rouzaud

JPEG - 212.8 ko
La pratique des cultures associées est développée par les agronomes

Crédit : Benoit Rouzaud

L’avenir risque justement d’être marqué par la raréfaction de l’eau. Comment faire face à cette de tension hydrique, mis dernièrement en exergue par l’affaire du barrage de Sivens ?

Le bon sens voudrait que les exploitants accentuent la diversification de leurs cultures et choisissent des cultures moins gourmandes en eau. Plus facile à dire qu’à mettre en pratique, les revenus des exploitants sont la conséquence directe de la productivité et de la rentabilité de leur culture et non pas de la préservation de l’environnement. D’autre part, la rentabilité des autres céréales n’est pas au niveau de celle du maïs. D’autres systèmes d’exploitation, augmentant la valeur ajoutée produite (agriculture biologique, circuit court,…), sont possibles mais ils demandent une refonte complète du système d’exploitation, ce qui n’est pas évident à réaliser pour un individu impliqué dans une filière.
Il ne faut pourtant pas les incriminer pour autant car ils répondent aussi à une demande du marché : le maïs est principalement utilisé pour servir de fourrage aux animaux et donc soutenir la filière viande. Ils sont aussi incités à poursuivre dans cette voie par l’Europe via des subventions. L’acte d’achat des citoyens est donc également central.
A terme, il faudrait une révision plus systémique en mettant en pratique des concepts tels que l’agroforesterie (mode d’exploitation associant des plantations d’arbres dans des cultures ou des pâturages) ou les cultures associées que nous cherchons à développer grâce à nos recherches sur le site de Lamothe.

JPEG - 196.3 ko
Levée de maïs dans un système sans labour

Crédit : Simon Giuliano

Portfolio

  • La monoculture de maïs domine les plaines agricole du sud-ouest
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Ah la la la la !!! Bien des personnes disent depuis longtemps que la filière conventionnelle est néfaste à tout point de vue :
    - pour les sols
    - pour la santé des agriculteurs
    - pour la viabilité des exploitations
    - pour le consommateur (sa santé)
    - pour le citoyen (les impôts subventionnent tout ce cirque)

    La FNSEA et les entreprises agro-chimiques se font leur beurre sur cette aberration.
    Je suis désespéré de voir tout ça.
    Mais c’est le genre d’article qu’il faut faire et d’information qu’il faut diffuser.

  • repondre message

    Mais les "gens" (comme on dit) se foutent de ces problématiques. Ce qui compte, c’est la consommation : de biens, de loisirs et de barbaque ....

    Quand je discute parfois avec des "gens", ils disent qu’ils n’ont pas les moyens (ils ont pas la tune, quoi) de changer leur mode de consommation. Pourtant ils ont le smartphone et l’Audi, ils partent en croisières et font les soldes à gogo ... Car c’est cher de manger bio.
    Ils n’ont pas le temps non plus ... Un plat tout prêt ou un morceau de viande grillé, c’est rapide et facile. Car c’est long et compliqué de manger des légumes.
    Je ne juge pas. Je dis juste qu’il s’agit d’un choix.

    J’ai ouï dire que l’agriculture bio ne reçoit quasimment rien comme subvention. Alors que la conventionnelle absorbe des milliards. Je pense que les politiques sont responsables à 100% de cette situation et que l’électeur peut peser.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter