La prière de l’aïd à Montpellier

dimanche 21/11/2010

Ce mardi 16 novembre correspondait pour les musulmans au jour de “l’aid el adha”, ou fête du sacrifice, qui vient marquer la fin du pèlerinage et qui commémore le sacrifice d’Abraham. Cet évènement religieux débute par une prière comme à la mosquée des Cévennes, gérée par l’Union des Musulmans de l’Hérault, à Montpellier.

La journée commence pour les premiers fidèles à 6h20, heure de la prière de l’aube, première des cinq prières quotidiennes pour le musulman. Une fois la prière terminée, ils entonnent à voix haute et en chœur de manière répétitive des louanges à Dieu : « Dieu est grand, a Dieu vont les louanges, gloire à Dieu et louange à Lui. Il n’y a de Dieu que Dieu ». Et ce jusqu’à la prière fixée à 8h00.

« Je vous souhaite à tous une excellente fête » .

Entre temps, les fidèles arrivent successivement et se font de plus en plus nombreux. La mosquée remplie, des tapis sont installés dehors pour continuer à accueillir les arrivants. Parmi eux, des très jeunes, qui ont manqué exceptionnellement l’école pour pouvoir fêter l’aïd en famille, se mêlent aux plus âgés.

Certains sont habillés de manière traditionnelle, ou portent des vêtements religieux, d’autres ont enfilés pour l’occasion leur plus beau costume. L’islam insistant sur le fait de se parfumer et de porter ses plus beaux vêtements ce jour-là.

À 8h00, l’imam commence la prière puis entame un court discours : « Je vous souhaite une excellente fête, que ce soit un jour de bonheur pour nous ainsi que pour l’ensemble des musulmans. N’oublions pas nos familles et nos voisins. Nous demandons à Dieu de faire partis des heureux ici bas et dans l’au-delà ».

Les fidèles s’embrassent et se font des accolades, se souhaitant mutuellement une excellente fête. À la sortie, du thé et des pâtisseries orientales, apportés par de généreux membres de la communauté, sont partagés. Puis la foule se disperse.

Commémorer le sacrifice d’Abraham

Certains s’en vont rejoindre les abattoirs de la région pour effectuer le sacrifice. C’est le cas d’Ali, qui regrette toutefois de devoir « aller jusqu’à Baillargues, car c’est l’un des seuls abattoirs de la région ». Cette offrande vise à commémorer le sacrifice qu’Abraham allait effectuer contre son fils Ismaël sur ordre de Dieu, qui le remplaça au dernier moment par un bélier.

D’autres, comme Hamid, vont prendre des nouvelles de leurs proches : « Je vais passer la journée à visiter mes oncles et tantes et téléphoner à ma famille au Maroc ».

La pière de “l’aïd el adha”, bien qu’elle soit très recommandée, n’est pas une obligation religieuse, mais elle reste importante pour la communauté musulmane. D’autant que c’est une des deux seules fêtes du culte musulman, l’autre étant “l’aïd el fitr” ou fête de la rupture, qui vient célébrer la fin du mois de jeune de Ramadan.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter