Cet article a été marqué avec 2 tags2 tags

"La seule chose qui ait changé en matière d’immigration, c’est la communication"

lundi 21/10/2013 - mis à jour le 12/11/2013 à 23h48

L’expulsion de la jeune Léonarda a mis en lumière les conditions intolérables dans lesquelles sont expulsés les sans-papiers en France. Clémence, militante au Réseau Université Sans Frontière (RUSF) et étudiante en Master Droits des Etrangers, donne à Haut Courant son avis sur cette affaire.

Le 9 octobre à Pontarlier. Leonarda, collégienne kosovare, est arrêtée aux abords de son établissement pour rejoindre sa famille, en attente d’expulsion pour le pays d’origine du père. Alors que les conditions de son expulsion ont créé un malaise au sein même du PS, mettant notamment en question la « sanctuarisation » de l’école, les lycéens sont descendus dès jeudi 17 dans la rue pour manifester leur soutien à leur camarade. Ce samedi, le Président Hollande à proposé à Leonarda un retour en France mais non-accompagnée de sa famille, alimentant la polémique par un positionnement jugé soit inhumain, soit schizophrène…

- Haut Courant : Quel est votre point de vue sur la situation générale des expulsions d’étrangers en France depuis l’entrée en fonction de M. Hollande et son ministre M. Valls ? Qu’est-ce qui a changé ou pas ?

Clémence : Pour moi, la seule chose qui ait changé dans la politique d’immigration depuis l’élection de Hollande, c’est la manière de la gérer en termes de communication : avant, c’était « remplissez-moi ces charters ! », maintenant c’est plutôt « on peut être de gauche et penser que la France peut pas accueillir toute la misère du monde, non ? ». Dans les faits, je pense que rien d’autre n’a changé (à part, peut-être, une focalisation sur les Roms encore plus intense qu’auparavant...). Il me semble me souvenir que Manuel Valls se félicitait du fait que le gouvernement Hollande avait réussi à maintenir le nombre d’expulsions aux chiffres du gouvernement précédent.

- HC : Quel est votre point de vue sur l’affaire Léonarda ? M. Ayrault avait parlé du besoin de vérifier si une « faute » a été commise. Pensez-vous que le déroulement des faits a impliqué une anormalité dans la manière dont se déroulent les expulsions d’habitude ou bien l’histoire de Léonarda est-elle plutôt banale ?

C : Les deux !
Son histoire ne diffère pas vraiment du quotidien des arrestations de sans-papiers, qui sont très souvent entachées de telles « fautes » : on peut dire que la manière d’arrêter les étrangers en situation irrégulière est le plus souvent « anormale ».

- HC : Et pourtant une enquête administrative montre que les policiers n’ont fait qu’appliquer la loi...

C : Justement, à mon sens les procédures applicables aux étrangers et a fortiori aux étrangers sans-papiers sont bien spécifiques et portent avec elles beaucoup de violence, ne serait-ce que symbolique. On peut suivre une procédure à la lettre en hurlant et en stressant extrêmement la personne à arrêter. Donc même en appliquant la loi (voire surtout en appliquant la loi..), la police peut se conduire de manière « anormale ». Mais ça implique d’avoir une conception certaine de ce qu’est une arrestation « normale » et c’est un autre débat...

- HC : Ce qui a heurté dans l’histoire de Léonarda, c’est que son arrestation se soit fait aux abord de son collège, juste avant une sortie scolaire. Les arrestations qui se font dans l’ignorance de tous sont-elles moins choquantes ?

C : Elles ne sont pas moins choquantes quand on est au courant mais elle ne choquent personne puisque personne ne le sait. Quand on raconte à quelqu’un qu’un sans-papiers s’est fait arrêter à 7h du matin chez lui et emmener au CRA (Centre de Rétention Administrative, ndlr) en pyjama, bien sûr que la personne est le plus souvent choquée. Sauf que ça ne s’entend pas, ça ne se voit pas, ça ne se sait pas. L’histoire de Leonarda a ému parce qu’elle était voyante, sinon elle aurait juste été expulsée et basta.

- HC : M.Hollande a annoncé que Leonarda pouvait revenir si elle le souhaitait, mais sans sa famille. Que pensez-vous d’une telle proposition ?

C : Que c’est une sacrée bonne idée qu’il a eue ! Comme elle est mineure et n’a sûrement pas envie de se retrouver seule en France, qu’administrativement c’est la merde voire impossible, il y a très peu de chance qu’elle rentre... Donc il sauvegarde l’image du mec de gauche compatissant à l’écoute des remous que cette arrestation a suscitée dans la population, et en même temps il est à peu près sûr que dans ces conditions elle ne rentrera pas.

« Les étrangers n’ont pas le droit à l’erreur »

- HC : L’expulsion de la famille Dibrani a été justifiée par divers comportements qui traduiraient une non-volonté du père à s’intégrer à la société française, comme par exemple « une absence de recherche sérieuse d’emploi » ou « des insultes adressées à l’encontre […] des personnels sociaux ». Etre français se mérite-t-il ?

C : Selon moi ou selon les autorités françaises et la pensée majoritaire ?
Ben oui, pour obtenir la nationalité française il faut se mettre en quatre et faire des efforts de taré qu’on ne demanderait jamais à un Français, oui ça se mérite et c’est pas donné à tout le monde, mais quand même, il faut avoir un minimum de volonté de s’intégrer non ?
Plus sérieusement, les étrangers n’ont pas le droit à l’erreur en France parce qu’ils sont considérés comme « invités » ici, alors ils doivent se comporter en invités : ne pas faire de bruit, ne pas trop en demander, être gentil avec la dame, et surtout, se rendre utile.

- HC : Le responsable du Comité de Soutient aux Demandeurs d’Asile et Sans-papiers de Pontarlier, qui se réclame du RESF sans en faire partie, aurait donné son accord à l’expulsion au nom du regroupement familial, après l’épuisement de tous les recours possibles. Comment auriez-vous réagi au RUSF ?

C : Je ne comprends pas bien comment il peut se réclamer du RESF sans en faire partie... Je pense qu’on aurait très mal réagi, bien sûr ! Le fait de parler de manière individuelle au nom de tout un groupe n’est jamais super bien accueilli par les autres militants... Surtout après avoir donné son accord à une expulsion.

- HC : Pensez-vous que cette histoire va marquer les gens et induire une prise de conscience, ou bien que dans une semaine plus personne n’en parlera ?

C : Je pense qu’il y a déjà une prise de conscience au niveau des lycéens, qui ont manifesté et bloqué leur lycée. Ils sont très choqués par le fait qu’on expulse un camarade de classe « juste » parce qu’il n’a pas de papiers alors qu’ils le voient tous les jours en cours. Si la mobilisation arrive à tenir, il y a peut-être une chance pour que ça ne soit pas oublié dans une semaine...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter