La voix mythique de Woodstock, Joan Baez, envoûte Montpellier

dimanche 25/10/2009 - mis à jour le 25/10/2009 à 18h09

La reine de la Folk, Joan Baez a achevé samedi soir les Internationales de la guitare avec un concert d’une intense émotion au Peyrou.

Ils étaient nombreux les montpelliérains ce samedi soir à affluer vers les jardins du Peyrou pour écouter l’icône de la folk américaine, Joan Baez. Dans les files d’attente interminables, trois générations de fans se côtoient. On y retrouve des nostalgiques du mouvement hippie, des adolescents qui ont l‘habitude d‘écouter les vinyles de leurs parents, ou simplement des curieux venus à l’ultime rendez-vous des Internationales de la guitare de Montpellier. Petit à petit, la foule franchit les grilles du Peyrou, les enfants courent, certains grimpent dans les arbres, un vent d’insouciance et de liberté souffle sur Montpellier.

C’est à 20 heures qu’une silhouette d’ange apparaît sur la scène. Joan Baez, fine et élégante, se présente en français à une foule déjà conquise. La chanteuse commence son concert a capella et le temps semble suspendu. Sa folk fragile et intense se poursuit avec les titres de son dernier album Gone from danger. Avec son groupe composé de son fils Gabriel Harris aux percussions, John Doyle à la guitare, Dirk Powel au clavier et Tod Philips à la contrebasse, Joan Baez chante la paix, le respect et l’espoir.

Joan Baez nous transporte dans le temps, au fil des chansons de son nouvel album mais aussi de ses reprises : Suzanne, la célèbre chanson de Leonard Cohen ou encore Blowin’ in the wind, empruntée à Bob Dylan. A 68 ans, Joan Baez est toujours aussi intrépide et se risque même, dans un français parfaitement maîtrisé, à entonner un étonnant Manhattan Kaboul, chanson écrite par le politiquement incorrect Renaud.

Ce fut donc un grand moment de musique offert aux montpelliérains hier soir par Joan Baez. Chacun à pu découvrir ou redécouvrir cette voix symbole de la contestation politique et d’un mythique festival, tenu à Bethel aux Etats-Unis il y a déjà quarante ans : Woodstock.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • réponse à quentin

    29 octobre 2009 12:11

    repondre message

    Quentin, dis pas n’importe quoi t’étais pas là. La première partie a bien eu lieu. Et le fait qu’elle est faillie être annulée est complètement étranger à joan baez.
    Renseigne toi avant de dire des conneries en public.

  • repondre message

    Bravo Julien pour ton article, simple, vivant, mais chargé d’émotion et qui nous rajeuni de presque quarante ans .......bravo aux futurs journaliste et cette opportunité est bien pour vous car vous pouvez vous exprimer .....

  • repondre message

    Ce qui n’a pas été dit, c’est que la première partie qui devait être assurée par Marianne Aya Omac (ex-Ginkobiloba) a été annulée en raison du refus de Joan Baez pour une question de contrat. Je n’en sais pas plus donc je ne m’avancerai pas mais pour quelqu’un qui a connu Woodstock, en rester à des affaires de gros sous, ça le fait moyen.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter