Le Poing : un journal étudiant militant pour l’UM1

mardi 03/12/2013 - mis à jour le 03/12/2013 à 16h52

Initiative d’élèves de l’UM1, le Poing est un nouveau journal à tendance sarcastique et militant. Sa première bataille ? La situation précaire de Paul Valéry. Rencontre avec Jules, son créateur.

Environ six pages, une typo simple et bi-chromique, du militantisme, des articles « de fond, avec un vrai travail intellectuel », des caricatures, des critiques ciné, des jeux et un horoscope pour ceux qui n’attendent rien des astres : ainsi pourrait-on sommairement décrire « le Poing ». Mais, le Poing, c’est quoi ? Allons, faites un effort. Pour les plus fins observateurs, vous avez sans doute déjà aperçu ce feuillet sillonner les couloirs de la fac sans savoir exactement de quoi il s’agissait. Ça tombe bien, nous avons rencontré Jules, son créateur, pour éclaircir l’affaire.
Jules est étudiant en troisième année en Science politique à la fac de droit (UM1). Pour lui l’aventure journalistique a « commencé avec un tractage sur la lutte à Paul Valéry » car, s’il y a bien une chose à retenir sur ce journal étudiant c’est son fil d’or : «  le militantisme ». De gauche, engagé depuis de nombreuses années, Jules souhaite à son échelle « faire vivre une certaine presse populaire  » et tient à ce que le journal soit distribué directement de mains à mains « comme au XIXe siècle » affirme-t-il. JPEG

Aussi, deux fois par mois, le jeudi, son équipe et lui distribuent devant la fac leur canard à prix libre. Un moyen aussi d’engager la personne qui l’achète : « payer pour un journal c’est aussi un acte militant ». Et si les exemplaires ne sont pas tous partis, tant pis, les numéros restants ne seront pas distribués le lendemain, « mais cela n’est pas encore arrivé », assure Jules. Il voit dans ce journal « un moyen d’éducation populaire » et souhaite « lutter contre la morosité intellectuelle ambiante imposée par la quasi-totalité de nos grands médias » (peut-on lire au dos du numéro 2), qui pour lui « ne disent rien ». Ambitieux, il place le Poing dans la lignée de Charlie Hebdo ou encore Fakir.

Pour plus d’impact, une association est en cours de création

Le paradoxe ? Il ne souhaite pas faire carrière dans le journalisme. Cependant, Jules n’hésite pas à donner de sa plume pour la liesse populaire. Mais qui sont ceux qui donnent souffle au Poing ? Tout le monde. Des camarades de classe, d’autres de la fac de droit, des parents (parfois), bref tout ceux qui le veulent. Si vous voulez participer, il suffit d’envoyer un mail et de proposer votre plume. Car le journal vise également à faire « révéler des talents qui n’auraient peut-être pas eu le loisir de s’exprimer autrement ». Certains signent à visage découvert, d’autres d’une simple initiale, car s’affilier à un journal militant peut être mal vu. Et Jules a dû faire face, parfois, à des réflexions du type « pas ici, pas en fac de droit ». Mais des critiques, il n’en a que faire. Les soutiens sont nombreux et pour que le phénomène gagne en ampleur, une association, le Poing Asso est en cours de création. Elle aura pour but, avant tout, de simplifier l’accès aux subventions et aux dons. Car, Jules a dû casser sa tirelire pour imprimer les 700 premiers exemplaires. Le second numéro, aux 1000 exemplaires, a été distribué le 28 novembre dernier, jour de la diffusion des Nouveaux chiens de garde à la fac de droit, avec la présence de Pierre Carles.

JPEGC’est aussi ça l’ambition du journal. Faire le lien avec des journalistes, des hommes politiques ou encore des historiens, programmer des conférences en rapport avec la science politique et les débats de société actuels. À terme, l’équipe compte pérenniser le projet (au moins sur 2 ou 3 ans) et souhaite ouvrir une antenne à Paul Valéry. La diffusion actuelle ne se faisant uniquement qu’à l’UM1, où le challenge d’un journal sarcastique est plus grand.

En attendant le prochain numéro, vous pouvez retrouver les versions PDF des deux premiers exemplaires directement en ligne sur la page Facebook du Poing, et sur la page de mobilisation de Paul Valéry.

(Crédit dessins : Florian Sanfilippo)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter