INTERVIEW

« Le journalisme par "effraction", une réponse aux stratégies du pouvoir »

Entretien avec Guillaume Dasquié, journaliste indépendant, spécialisé dans les enquêtes sur le renseignement et les secrets d’État, et fondateur du site geopolitique.com.

mercredi 13/02/2008 - mis à jour le 14/02/2008 à 21h48

Vendredi 1er février 2008. Le journaliste Guillaume Dasquié se retrouve à nouveau face aux étudiants du Master professionnel « Métiers du Journalisme » de Montpellier. Thème de l’intervention : le journalisme par "effraction", ou comment exercer sa profession par tous les moyens et continuer de délivrer une information honnête au citoyen.

Fin novembre, il avait fait le déplacement pour parler de son expérience comme journaliste d’investigation, de sa vision du métier, et délivrer quelques conseils pratiques aux reporters en formation. Entre-temps, le 7 décembre dernier, Guillaume Dasquié a été mis en examen pour « détention et diffusion de documents ayant le caractère d’un secret de la défense nationale ».Tout ça pour avoir publié, le 17 avril 2007, dans Le Monde, une enquête qui démontrait qu’avant le 11 septembre 2001, la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) avait anticipé les menaces d’Al-Qaida sur les États-Unis et qu’elle avait transmis ces informations aux services secrets américains (voir "Dérives et pressions pendant la garde à vue du journaliste Guillaume Dasquié"). Le jeudi 24 janvier, les avocats de Guillaume Dasquié ont déposé une requête en annulation de la procédure devant la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris, au nom du droit à la protection des sources journalistiques. « Obtenir des informations sensibles génère forcément le type de réaction qui m’est arrivée. Mais ce n’est pas parce qu’un journaliste arrive à se procurer une information avec le tampon "confidentiel défense" qu’il doit tourner la tête et passer à autre chose » explique-t-il, déterminé. Presque deux mois après sa garde à vue de trente-huit heures et sa mise en examen, il revient sur sa « mésaventure », renforcé dans ses convictions :

Pour Guillaume Dasquié, exercer le métier de journaliste dans un monde où règnent les stratégies de communication est devenu un sacerdoce, une mission quasi impossible sans le contournement des méthodes traditionnelles. Il introduit alors le concept d’un journalisme nerveux, virulent et déterminé, dont les seules limites restent, pour lui, la morale et l’éthique. « Les journalistes se doivent de contourner les dispositifs violents de la part des acteurs politiques ou individuels qui visent à cadenasser l’information : faire du vrai journalisme aujourd’hui, c’est faire du journalisme par "effraction" ».

Qui parle de journalisme par "effraction", parle des moyens – pas toujours très légaux – que le journaliste utilise pour aller chercher l’information, ou alors pour se protéger lui-même. Le meilleur exemple : les micros et caméras cachés.

Certains professionnels, comme le journaliste Edwy Plenel, s’interdisent le recours à de tels procédés, quel que soit l’enjeu de l’information à glaner. Guillaume Dasquié, lui, ne voit ces techniques que comme des outils au service du jeu "informateur-informé". « Pour s’en sortir dans le jeu de la communication, le journaliste ne doit pas être l’instrument du jeu, mais le manipulateur lui-même. Pour produire de l’information sur des sujets touchant la raison d’État, il faut forcément briser les règles, passer par des chemins détournés. Au bout du compte, on est soit manipulateur, soit manipulé. Au journaliste de choisir son rôle ».

En conclusion, Guillaume Dasquié évoque l’avenir du journalisme d’investigation avec le développement de l’information sur Internet. Pour lui, les médias on-line offrent de véritables perspectives : « C’est un vrai succès aujourd’hui dès que des sites Internet produisent de l’information de qualité. Ils développent une identité journalistique propre et une crédibilité supérieure aux supports papier. Les possibilités de développement ramènent les journalistes aux questions essentielles, aux bases du métier ».

Guillaume Dasquié a également publié "Secrètes affaires" (Flammarion, 1999), "Ben Laden, la vérité interdite" (Denoël 2001), "L’effroyable mensonge" (La Découverte, 2002), "Les nouveaux pouvoirs" (Flammarion, 2003), et "Al-Qaida vaincra" (Privé/Flammarion, 2005).

À visiter : le site geopolitique.com

À écouter : "Un monde imparfait", la chronique de Guillaume Dasquié sur France Info, tous les dimanches à 6h43, 8h27, 11h27 et 15h57.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    La lettre d’excuse parue dans le monde en octobre 2006 est en fait un article rédigé par les avocats de Monsieur Bin Mahfouz publiée par la régie publicitaire du monde !!!! (un scandale de plus)

    Vous devriez vérifier vos sources et faire de l’investigation.

    Néné

  • repondre message

    « Pour s’en sortir dans le jeu de la communication, le journaliste ne doit pas être l’instrument du jeu, mais le manipulateur lui-même. Pour produire de l’information sur des sujets touchant la raison d’État, il faut forcément briser les règles, passer par des chemins détournés. Au bout du compte, on est soit manipulateur, soit manipulé. Au journaliste de choisir son rôle »

    Guillaume Dasquié a l’air d’avoir choisi son rôle celui de manipulateur mais aussi de menteur, comme le témoigne la publication d’une lettre d’excuse dans les quotidiens nationaux pour éviter une plainte sur a sa tentative d’intoxication sur le 11 septembre...

    "on" a les idoles qu’on veux bien avoir... haha

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter