Portrait insolite

Le magicien des airs

réfugié politique afghan, il a su créer une véritable entreprise

mardi 27/10/2009

Rencontre avec un personnage atypique, Nasser Omar, réfugié politique afghan, détenteur de plusieurs records du monde, qui, de ses rêves d’enfant jouant avec des cerfs-volants, a su créer une entreprise florissante dans la petite ville de Perrigny-les-dijon, et exporte désormais dans le monde entier.

Passionné, insatiable et déterminé, Nasser Omar, véritable faiseur de miracles, capable d’envoyer dans les airs une pieuvre de trente mètres, un bateau de pirates ou un train de cerf-volant composé de 4000 pièces est, à l’évidence, un personnage hors du commun.

Né en Afghanistan, il apprend dès son plus jeune âge à manier avec dextérité les cerfs-volants de combat, en afghan, « goudi parân », littéralement, « poupée du vent », alors considérés comme sport national.
Les règles du jeu sont assez simples : prenez un cerf-volant dont le fil est enduit d’une substance abrasive (comme du verre pilé) et tentez avec celui-ci de couper le fil du cerf-volant de votre concurrent. Si vous réussissez, la tradition veut que vous vous appropriez le cerf-volant du vaincu, à condition de l’attraper le premier.

A peine sorti de l’enfance, Nasser Omar, comme 2 millions de ses compatriotes, doit malheureusement fuir la guerre, qui éclate en 1979. Après un passage au Pakistan, où il restera plus d’un an, il part pour la France. La Croix-Rouge l’accueil et il obtient le statut de réfugié politique en 1985.

Avec sa femme, rencontrée alors qu’il travaillaient tous deux en centre aéré, il va s’efforcer d’imposer ses créations dont il remarque le succès auprès des enfants dont il s’occupe.

« Nathalie, ma femme, s’occupe de la gestion, moi je ne sais pas faire cela, je me charge des créations »

C’est ainsi, au fil des années, que naîtra Nasser Volant, une entreprise qui propose des animations allant de 5000 à 20 000 €, dans toute la France et même dans le monde entier.

« la prochaine représentation que l’on donne à l’étranger est en Guyanne » explique-t-il simplement.

19 ans d’existence et un agenda bien rempli, prouve que cette entreprise n’est pas le fruit d’une mode ou d’une vague qu’il l’aurait soudainement propulsé. Nasser Volant possède désormais un atelier de fabrication en Indonésie et sous-traite régulièrement en chine. Il possède dans sa cave des stocks allant jusqu’à 80 000 cerfs-Volants.

En rencontrant Nasser Omar, on comprend que cette réussite n’est pas le fruit du hasard mais bien de la capacité que cet homme a, non seulement de créer des objets uniques mais aussi et surtout de communiquer sa passion avec une extraordinaire aisance.

Sur le web : www

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • Le magicien des airs

    28 octobre 2009 08:51, par Francine BRUYANT

    repondre message

    La vie n’est pas un long fleuve tranquille, Nasser Omar en est la preuve mais il a su donner un peu de poésie à ce monde de brutes !

    Merci pour cet article où l’ on voit que l’ étranger n’ est pas l’ennemi, contrairement à ce que voudrait nous faire croire notre gouvernement. Francine B.

  • Le magicien des airs

    27 octobre 2009 18:35

    repondre message

    Article chaleureux ; cela donne envie de partager la passion du cerf -volant avec cet homme la.Étant donné l’actualité que nous propose Éric Besson actuellement cela peut prouver à certain que les Afghans ne doivent pas être renvoyés dans leur pays !
    BEBSODENT

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter