Les bouchons du lundi matin à Montpellier : mythe ou réalité ?

dimanche 16/01/2011 - mis à jour le 19/01/2011 à 23h42

La mauvaise réputation de Montpellier en matière de circulation n’est plus à faire. Travaux qui n’en finissent plus, tramways qui freinent le flux automobile, arrivée massive des travailleurs du lundi matin... Autant d’explications aux bouchons répétitifs qui font la grogne des Montpelliérains. Mauvais caractère sudiste ou réel “couac” urbain ? Haut Courant s’est penché sur la question en
testant les embouteillages du lundi 10 janvier au matin.

PNG

Point de départ : Vendargues

Étape intermédiaire : Gare Saint-Roch

Point d’arrivée : Préfecture de Montpellier

Temps estimé par Google Maps de la sortie d’autoroute : 24 minutes

Une musique entraînante et quelques kilomètres plus tard, la sortie A29 annonce la fin de l’autoroute. Il est 8h24, la voiture s’engage dans le rond-point, après un ralentissement important.
Pas de surprise pour les automobilistes, un panneau lumineux avait annoncé les bouchons. “Warning” allumés, les voitures souhaitant sortir de l’autoroute se serrent sur la bande d’arrêt d’urgence et rejoignent au pas le rond-point du Zénith.

Si des petits embouteillages se sont fait sentir à l’entrée de Montpellier, ce sont des rues désertes que la voiture traverse d’Antigone à la Gare. Surprenant pour un lundi matin à l’heure de la reprise du travail. Il est 8h43, le passager peut attraper son train à temps. Dernière ligne droite : la Préfecture.

Entre travaux et petite erreur de parcours, la Préfecture paraît plus loin que prévue. La circulation se fait plus dense dans les petites rues. La signalisation incomplète de l’agglomération et le GPS qui n’indiquent pas les déviations en cours ne facilitent pas l’arrivée.

Le chemin retrouvé, c’est maintenant les tramways du Corum qui posent problème. Les automobilistes s’impatientent devant le feu rouge, la main prête à klaxonner. Après un slalom entre les rails du tram, les portes du centre historique s’ouvrent à nous. Seul bémol, les petites rues sont interdites aux voitures. « Sauf riverains ». Ouf ! L’un des passagers est du quartier. La voiture profite des commerces encore fermés pour s’engouffrer rue de l’Aiguillerie. Ça y est ! La Préfecture est là. Le périple touche à sa fin. Il est 9h06.

Au total, il aura fallu 42 minutes pour relier le rond-point du Zénith au cœur de Montpellier. Soit 22 minutes de plus que Google Maps. Et 53 minutes en partant de Vendargues.

Mauvaise réputation ou lundi exceptionnellement calme ? Quoi qu’il en soit, entre travaux, construction du tram, circulation encombrée et signalisation imparfaite, la ville de Montpellier a de quoi prendre de nouvelles résolutions pour 2011. En attendant, les automobilistes mécontents n’auront que leur klaxon pour se faire entendre.

Musiques montage :

© Women Lose Weight- Morcheeba

© Aqualung- Morcheeba

© The Beat Goes On - Le Cercle (ft Chloé Del’orté)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Je ne suis pas certain que le trajet choisi soit très représentatif des flux majeurs de circulation entre les zones résidentielles et les zones d’emplois. Surtout les destinations choisies.
    L’intention d’objectiver le problème de circulation à Montpellier est louable, mais prendre le parti d’en faire l’expérience, même chronométrée, ne me semble clairement pas le meilleur moyen.

    • Les bouchons du lundi matin à Montpellier : mythe ou réalité ? 25 janvier 2011 09:44, par Clémence Olivier et Elodie Calas

      repondre message

      Merci Z-II pour votre commentaire. En effet, le choix du parcours s’est fait d’une manière arbitraire et notre article porte uniquement sur celui-ci.
      Nous avons voulu montrer les difficultés d’accès à Montpellier venant du sud est, comme c’est le cas pour une partie des travailleurs de l’agglomération de Montpellier.
      Les conclusions seraient surement différentes sur un autre parcours. Cependant, le chemin parcouru nous a permis de découvrir tous les problèmes de circulation qui touchent Montpellier.
      N’hésitez pas à nous faire part de votre exemple.
      Cordialement,
      Les rédactrices

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter