"Les joueurs ne sont pas des marchandises"

Article paru dans le Midi Libre du 31 / 07 / 08

vendredi 01/08/2008

Chaque année, le marché des transferts sportifs devient de plus en plus tendu. Intérêts financiers des clubs, caprices des joueurs, valse entre les avocats... L’éthique sportive et le droit des contrats sont désormais bafoués. Un juriste et un agent de joueur nous ont donné leur point de vue sur des pratiques devenues douteuses.

L’avis d’un juriste, Moustapha Kamara : « Trop de flou »

Récompensé pour son ouvrage Les opérations de transfert des footballeurs professionnels (Editions l’Harmattan, 2007), ce spécialiste en droit du sport regrette amèrement que le droit des contrats ne soit pas respecté lors des opérations de transferts de joueurs. « Un transfert est une cession de contrat où les trois parties (les deux clubs et le joueur) doivent donner leur consentement. Dans les faits, ce n’est pas encore appliqué. Les clubs imposent les conditions de transfert de

JPEG - 17.4 ko
Moutapha Kamara : "il n’y a pas de qualification juridique lors des transferts"

manière unilatérale. Les joueurs n’ont rien à dire et sont traités comme des marchandises. Ce sont des salariés comme les autres, ils ont des droits. Il n’y a pas de qualification juridique, ce qui explique tous ces bras de fer interminables. »
De son côté, l’instance dirigeante, la FIFA, n’offre aucune solution. « Dès qu’il y a un problème, la FIFA règle particulièrement le problème et non de manière globale. De plus le règlement de la FIFA est en contradiction avec les tribunaux nationaux. Du coup, on ne sait pas quelle juridiction appliquer et chacun fait comme il veut. »

L’avis d’un agent de joueur, Claude Cauvy : « C’est tendu ! »

Agent de joueurs Fifa, l’homme participe à nombreuses transactions entre la France et la Liga espagnole. « Le football a atteint un tel niveau économique et médiatique qu’aujourd’hui, les transactions entre joueur, agent et clubs sont de plus en plus tendues. D’une part, les joueurs sont de plus en plus informés, conseillés, dans leurs carrières. D’autre part, la FIFA ainsi que les syndicats de joueurs ont peu à peu apporté beaucoup de modifications aux statuts, afin que les joueurs aient plus de facilités pour sortir de leurs contrats. Mais certains agents s’en servent avec exagération. »Claude Cauvy va dans le sens de Moustapha Kamara concernant l’harmonisation des règlements entre pays. « Une harmonisation est obligatoire à très court terme, afin

JPEG - 9.4 ko
Claude Cauvy : "les clubs ne sont pas toujours blancs comme neige"

d’éviter de plonger le football européen dans un chaos total. L’Espagne connaît aujourd’hui une situation très grave économiquement parlant et pourtant ses clubs continuent à recruter dans les plus grands clubs de la planète. Alors qu’en France, la DNCG contrôle sans relâche les clubs. »

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter