Marché de Richter : un nouveau lien entre les habitants ?

samedi 15/03/2014

À l’abord du quartier Richter, sur la place Thermidor, se construit depuis quelques mois l’espace qui accueillera un marché alimentaire. Les travaux devraient être terminés avant juin 2014. Ce projet a pour ambition de créer du lien entre le quartier Richter où habite bon nombre d’étudiants et Port Marianne, peuplé de cadres supérieurs, de familles et de retraités.

Le projet est né il y a de ça 2 ans par le comité de quartier de Port Marianne Nord, Sud et monsieur Dufour, 3ème adjoint au maire. Ce n’est pas une première. Un marché avait déjà été implanté à Port Marianne, près du bassin Jacques Cœur. Au bout d’un an à peine, la poignée de commerçants qui constituait ce marché a plié bagage faute de client car il était « beaucoup trop enclavé » explique Marc Rayna, président adjoint du comité de quartier de Port Marianne Sud. Il poursuit : « Le marché à Richter est situé idéalement. Il est parfaitement desservi par les tramways et beaucoup plus visible. » Car en plus « de créer du lien entre les habitants de Richter et Port-Marianne » l’idée est aussi de « ramener une clientèle extérieure au quartier. »

Le marché devrait se dérouler le samedi matin et prévoit une quinzaine de stands. Stéphane Lopez directeur adjoint à l’espace public explique : « nous avons recensé les candidats et fait, avec l’aide de professionnels, une sélection pour équilibrer ce marché afin de veiller à ce qu’il y ait des produits accessibles, de qualité et aussi de lutter contre les monopoles. » Pour Marc Rayna, ce marché est aussi une occasion pour les étudiants de Richter de « consommer une nourriture plus saine. »

Richter – Port Marianne : « une relation propriétaire-locataire »

L’un des buts avoué de ce marché est bien de créer du lien social entre les habitants. Richter est peuplé majoritairement d’étudiants locataires contrairement à Port Marianne où l’on trouve bon nombre de propriétaires. Que ce soit Marc Rayna ou Michel Audigier, de l’agence UrbanImmo, tout deux caractérisent l’avenue Marie de Montpellier de « Rubicon » ou bien de « frontière » et reconnaissent volontiers que les deux quartiers sont bien différents. Daniel Bartement, maître de conférences en géographie à l’université de Paul Valéry reste dubitatif sur ce projet de marché. Pour lui « la réalité des relations sociales entre Richter et Port Marianne, est une relation de propriétaire-locataire, il poursuit, le projet de la ville c’est d’attirer les étudiants avec les universités. Cela fait une rente pour les retraités de Port Marianne qui louent des appartements à des étudiants dans le quartier Richter. » Pour Marc Rayna il y a toujours eu du lien entre les habitants. Ils n’ont pas attendu le marché pour se rencontrer. Il précise que lotos et autres vides greniers, sont organisés de part et d’autre de l’avenue Marie de Montpellier et que les comités de quartier « ont toujours cherché à animer le quartier ». Le marché semble une initiative de plus pour arriver à ce but.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter