Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

mardi 28/04/2009

« Un Italien noir, ça n’existe pas ! », « Noir de merde, tu n’es qu’un noir de merde ! », « A mort Balotelli ! ». Ces cris et chants racistes, entendus le 18 avril dernier à l’occasion du match entre la Juventus de Turin et l’Inter de Milan, s’invitent régulièrement dans les stades italiens. Mais cette fois, ils ont suscité une indignation particulière. D’abord parce qu’ ils n’étaient pas le fait d’un petit groupe de supporteurs fascistes à la réputation sulfureuse - argument souvent bien pratique pour détramatiser ce genre d’incidents - mais de presque tout le Stadio Olimpico de Turin. Ensuite parce ce qu’ils s’adressaient à un grand espoir du football italien.

Privilège. Mario Balotelli a 18 ans, mesure 1,88 mètre, est international chez les moins de 21 ans et attaquant de l’Inter de Milan. Ses parents ont quitté le Ghana pour la Sicile en 1988, peu de temps avant la naissance de Mario, qui présente très vite d’importants problèmes de santé. Opéré à trois reprises pour une malformation de l’intestin, il passe la première année de sa vie à l’hôpital. Sa famille émigre ensuite dans un village de la région de Brescia, en Lombardie, où elle vit dans une extrême précarité. Les services sociaux italiens confient alors Mario, âgé de 2 ans, à une famille adoptive : les Balotelli. Adolescent, il intègre le club de troisième division de l’ AC Lumezzane avec lequel il débutera chez les pros à l’âge de 15 ans à peine, au bénéfice d’une dérogation fédérale. En 2006, l’Inter le repère et décide de le recruter moyennant une indemnité de 350 000 euros. Profitant notamment de la blessure d’Ibrahimovic et de la petite forme de Hernan Crespo, les attaquants vedettes du club, "Turbo Mario" se fait remarquer l’année suivante en claquant 6 buts lors de ses 9 premiers matches. A sa majorité, le 12 Août 2008, le maire du village de ses parents adoptifs lui donne la nationalité italienne. Un privilège rare au regard du droit italien, basé sur le droit du sang. C’est que le gosse pourrait bientôt être utile à la squadra azzura, l’équipe nationale italienne.

Vice. D’où les réactions en cascade qui ont suivi les incidents du 18 avril dernier. Le président de la Juventus Giovanni Gigli a présenté ses excuses au nom du club alors que son homologue de l’Inter Milan, Massimo Morati, est monté au créneau dans la Gazzeta Dello Sport : "Si j’avais été au stade, j’aurais quitté la tribune et demandé à ce que l’équipe arrête de jouer. Certains commentaires faits à la télévision ont également été odieux. J’ai peur que l’Italie se soit habituée au racisme". L’arbitre de la rencontre a été par ailleurs vivement critiqué pour ne pas avoir réagi. Il a pourtant respecté le règlement : en Italie, seules les banderoles à caractère raciste obligent à arrêter un match. Pas les cris. Depuis, le président de l’UEFA Michel Platini a annoncé que "quand ce genre de situation se produira, la rencontre sera suspendue pendant dix minutes et des annonces seront faites à l’intérieur du stade", ajoutant que le match serait définitivement arrêté si la situation perdurait. Giancarlo Abete, président de la fédération italienne de football, a appuyé la proposition de Platini. La ligue, de son côté, a condamné la Juventus à jouer un match a huis clos, le 3 Mai prochain face à Lecce. La sanction peut paraître dérisoire. L’entraîneur de la Juve Claudio Ranieri, lui, l’a jugé "injuste" ; avant de promettre qu’il ordonnerait à ses joueurs de quitter le terrain si l’évènement venait à se reproduire. Le technicien a son explication sur les injures dont a été victime le joueur de l’Inter : le racisme est "un vice typiquement italien". Bof. José Mourinho, l’entraîneur de Balotelli, propose une autre interprétation des faits, entre mauvaise foi et foutage de gueule. Pour lui, les cris des supporteurs de la Juventus n’étaient "pas du racisme, mais seulement une façon ignorante de montrer sa désapprobation à un adversaire antipathique parce qu’il a marqué un but". Ouf, nous voilà rassuré...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

12 réactions

Réagissez

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    20 février 2010 10:03, par Ibra Khady Ndiaye

    repondre message

    Groupe de soutien àce joueur sur Facebook , merci de participer.

    http://www.facebook.com/ndiaye.ibrakhady#!/group.php?gid=482176780176&ref=mf

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    19 février 2010 23:16, par Ibra Khady Ndiaye

    repondre message

    Soutien à Mario Balotelli victime de racisme au quotidien en Italie.

    Un groupe est créé sur facebook pour lutter contre le racisme. http://www.facebook.com/?ref=home# !...

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    31 décembre 2009 12:35, par cataldo100560

    repondre message

    Je suis né en Sicile, et Mario est Sicilien comme moi.J’espère qu’il intègrera la "nazionale" parce qu’il a largement le niveau et parce qu’il a choisi d’etre Italien, peu importe la couleur de sa peau. Il faut seulement qu’il arrive a gérer ses émotions, il démarre au quart de tour et ces adversaires savent le faire craquer. Maintenant il ne faut pas cataloguer tout les Italiens parce qu’une poignée d’imbéciles font le salut fasciste dans les stades. On a eu le meme problème en France et faut pas oublier que Le Pen fait de gros scores aux élections.

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    30 décembre 2009 04:06, par willy

    repondre message

    ceci est tout a fait normal je joue avec le centre de formation de l ol et nous etions en tournoie a livourne et la on a gagne 4 a 2 contre le milan et javai justement fait 2but et kan il etait tant de me remetre le titre de joeur du match le maire de la ville a refuse dme le remetre pck il trouvai inadmisible k1 noir gagne pareile ditre devant des italien

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    25 octobre 2009 02:50, par Souaïnou

    repondre message

    J’ai été en 2006 en Italie j’ai été dans la plupart des grandes ville italiennes quand j’etais à Rome j’etais avec un ami noir comme moi on est rentré dans un magasin et là une femme nous a carrément demandé de sortir en expliquant qu’ils ont eu des problèmes de vols là mon pote s’est énervé et a haussé le ton en disant que c’est pas parce qu’il est noir qu’il est voleur et moi je lui ai dis de laissé tomber et on est parti mais cette histoire m’a marqué à vie jamais plus je ne retournerai à Rome

  • repondre message

    J’étais en 2004 en voyage d’étude avec ma classe de science politique à Rome. En un moment nous voulons monter dans un Bus et là un Italien nous a bloqué la porte en disant les italiens d’abord. Il était avec d’autres italiens et italiennes , j’étais le seul black à se révolter et personne d’autre n’a rien dit et nous étions la Franc balck blanc beur !

    Et cela m’avait deja trop surpris et choqué.

    Alors cette histoire ne me surprend pas !

    • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien 27 mars 2010 00:05, par Salva

      repondre message

      Je suis black, nationalité française, pratiquant un échange erasmus à ROME, je m’y sens bien, aucune animosité à mon égard ..., ah oui peut être que je me comporte pas comme le touriste de base en mode goret...A bon entendeur...
      (PS : L’italien tu maîtrises pour avanceR des propos pareils quant à ta traduction de ce que le chauffeur italien vouS a dit ?

  • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

    28 avril 2009 23:24, par José

    repondre message

    Je ne vois pas de mauvaise foi dans le constat de Mourinho. C’est même une analyse intelligente : des insultes ignobles prouvent bien l’ignorance de ceux qui en sont les auteurs. Non ??

    Vous êtes trop habitués à lire l’Equipe et croire que Mourinho exagère(la nouvelle génération suit donc l’ancienne...). Et puis soyez plus rigoureux dans vos allégations et visualisez, au moins, la fameuse "special one" conférence : vous y verrez qu’il ne s’y auto-attribue pas le titre de meilleur du monde mais que son propos porte sur les budgets des clubs champions, ce qui serait bien plus pertinent pour votre lecteur.

    Y en a marre de cette condescendance.

    Jojo le latino

    • repondre message

      Trop bronzé pour Etre italien sans doute …
      Probable que, parmi ce chœur infâme venant des tribunes (ou du cirque comme on veut) se trouvaient quelques descendants de métèques siciliens ou calabrais venus se faire humilier et se casser l’échine dans les Usines Fiat (actionnaire de la Juve),voire quelques Sud Tyroliens, nostalgiques de l’Empire austro-hongrois, ignorant l’hymne de Mameli ; probable aussi que ceux-là soient devenus sécessionnistes en votant Ligue du Nord, probable encore (et même sûrement) qu’ils exulteraient, le pouce en l’air, si le dénommé Balotelli venait à marquer pour l’équipe nationale (comme c’est bien parti, semble –t-il, à moins qu’il ne décide de se casser d’Italie, cet ex-« plus beau pays du monde » )
      « Toute carte d’identité est fausse » dixit Badiou philosophe. Se prévaloir d’un Etre italien n’a pas de Sens (pas plus que d’un Etre français, ou autre, d’ailleurs…)

      Voir en ligne : Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien

      • Mario Balotelli : footballeur, noir et Italien 20 mai 2009 21:41, par vincent

        repondre message

        la nouvelle mode en France c’est au nom de l’antiracisme c’est de véhiculer les pires clichés racistes sur un pays comme l’auteur qui l’article qui sans honte fait passer l’Italie pour un pays raciste ce qui est absolument raciste.

        d’abord l’auteur de l’article ment honteusement en disant que les insultes racistes ont été le fait de presque tout le stade olimpico de Turin ce qui est totalement faux, pas plus de 1% du stade ce qui est beaucoup trop d’ailleurs.

        "A sa majorité, le 12 Août 2008, le maire du village de ses parents adoptifs lui donne la nationalité italienne. Un privilège rare au regard du droit italien, basé sur le droit du sang. C’est que le gosse pourrait bientôt être utile à la squadra azzura, l’équipe nationale italienne."

        ceci est encore un énorme mensonge avec en plus des insinuations absolument méprisantes pour l’Italie.
        Il n’y a eu aucun privilège pour Balotelli, il a même du attendre 18 ans car l’adoption n’était pas pleine mais n’importe quel fils d’étranger né en Italie peut devenir citoyen italiens dans les conditions de Balotelli.

        Bref le racisme anti noir est à condamné (il l’a été en italie ce qui change des nons sanctions envers le psg) mais la xénophobie antiitalienne de l’auteur également.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter