Mémona Hintermann donne la parole aux témoins de la vie réelle

samedi 13/11/2010

A l’occasion de la sortie de son troisième ouvrage, "Ils ont relevé la tête", Mémona Hintermann a partagé son expérience de journaliste avec le public montpellierain venu la rencontrer au club de la presse vendredi 12 novembre.

Dans un premier livre, Mémona Hintermann retraçait l’histoire de sa vie. Une enfance métissée à la Réunion où elle grandit dans une extrême pauvreté, puis une jeunesse studieuse. L’envie de témoigner et de raconter la pousse vers le journalisme. En 1984, elle rejoint la “caste” prestigieuse des grands reporters.

Un métier qui lui a permis de rencontrer son mari Lutz Krusche, journaliste également. Ils ont vécu autour du monde des expériences qu’ils ont choisies de retranscrire à deux reprises.
La première fois en se livrant dans “quand nous étions innocents,” un mélange de l’histoire de leur rencontre et d’anecdotes sur les grands de ce monde.

Onze histoires d’acteurs du quotidien

Pour leur dernier opus ils ont repris la plume pour parler de personnes inconnues du grand public. Parce que eux aussi ont des choses à dire et qu’ils représentent «  l’antithèse des people qui me saoulent  » confiait Mémona au public présent au club de la presse.

Divers portraits qui retracent des parcours de vie difficiles, ceux d’hommes et de femmes qui ont su malgré tout relever la tête et avancer. C’est le message que les deux journalistes veulent faire passer : prendre son existence en main peut permettre de s’en sortir.

Sur trente témoignages recueillis, les auteurs ont choisi onze histoires qui servent à mettre en lumière divers thèmes de société, du malaise des agriculteurs au mariage forcé en passant par la précarité.
Le temps de réactiver certains réseaux, leur enquête a duré plus d’un an, l’écriture quelques mois.

JPEG - 22 ko

Des parcours qui lui font écho

Plusieurs parcours semblent trouver un reflet dans les expériences personnelles de Mémona Hintermann.
Vendredi soir elle rappelait à ses auditeurs qu’elle n’avait pas peur d’aborder certains sujets qui la touchaient de près : « En France vous êtes crispés dès qu’il est question de religion. A la Réunion l’histoire a su faire coexister les différentes croyances tout en plaçant la laïcité au-dessus de tout ».

Autre grand principe de la République, l’éducation qui tient une place importante dans la vie de Mémona.
Tout comme le prix Nobel de physique Georges Charpak, qu’elle a rencontré, la journaliste a été sauvée par l’école qui lui a permis de devenir ce qu’elle est.
L’émotion est palpable quand elle aborde le sujet des mariages forcés, incarné par la jeune algérienne Nora dans le livre. Elle finit par évoquer les tentatives paternelles de les marier de force elle et sa soeur, en vain.
Elle se fait un devoir d’évoquer un fait de société qui touche 70 000 jeunes filles chaque année en France.

Mémona Hintermann est une femme qui a toujours revendiqué sa liberté de ton. Elle avoue ainsi avoir choisi une carrière de grand reporter international pour subir moins de pression que ses confrères qui traitent par exemple de la politique intérieure en France.
Malgré tout ce qu’elle a vu et vécu, elle s’interdit d’être pessimiste et continue à avancer, à l’image des personnes qui témoignent dans son dernier livre. Un message qu’elle adresse également aux jeunes journalistes, «  d’y croire  ».

"Tête haute", Mémona Hintermann (édition Lattès, 2007)/
"Quand nous étions innocents", Mémona Hintermann et Lutz Krusche (Lattès, janvier 2009)/"Ils ont relevé la tête", Mémona Hintermann et Lutz Krusche (Lattès, octobre 2010)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Bonjour je vous ai decouvert un soir a la tele en remplacante de la journaliste du 19h30. Vous ne sembliez pas a l’aise et cela m’a intriguee.Plusieurs fois, je vous ai revue en reportage a l’exterieur avec souvent en bruit de fonds des coups de feu etes une femme de terrain et non une femme de vitrine.
    Je viens de commencer la lecture de votre livre ’ils ont releve la tete et bien que je savais que votre enfance avait ete difficile, je n’imaginais pas a quel point. Quelle famille courageuse !j’ecris en amatrice de petits textes et je crois que si personne ne l’ a encore fait, vous pourriez ecrire sur l’Apeca, la sorciere de votre enfance. Cela pourrait etre sous forme de roman destine aux jeunes des classes de 6ieme. Je suis contre la violence, car on s’habitue aux coups, on s’endurcit et ensuite on devient dur avec les autres.Votre livre serait un simple temoignage d’enfants malheureux, comme celui de Marie Roaunet qui dans notre region a ecrit sur une pension situe a Gignac.Prenez grand soin de vous . Annie LEMERAY

  • Mémona Hintermann donne la parole aux témoins de la vie réelle

    13 décembre 2010 18:15, par Geneviève Remy de Backer

    repondre message

    Je viens d’entendre un interview à la radio ce dimanche 12 décembre, de Mémona Hintermann, au sujet de son livre (que je vais acheter),"Ils ont relevé la tête" ! C’est un témoignage qui touche le coeur et l’âme. Aussitôt, j’ai recherché sur google, à en savoir plus sur cette femme merveilleuse, et à qui je voudrais envoyer mon livre "Un autre regard sur la vie" !
    Pour cela, je voudrais savoir où lui envoyer, car mon expérience de fille de paysans modestes, pour ne pas dire pauvres... raconte comment, nous, petits de l’ombre, pouvons donner de l’espoir à ceux qui savent lutter pour se réaliser...l’article ci, reproduit le merveilleux message de son livre, que je vais faire connaître à tous mes élèves et adeptes de mes méthodes de guérisons racontés dans mon livre cité ci-dessus. Pouvez-vous me conseiller où lui envoyer mon livre, qui d’ailleurs se vend aussi sur internet en cliquant mon nom : Geneviève Remy de Backer sur Google,apparait la liste des distributeurs...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter