Meurtre d’Ilan Halimi

Ouverture du procès des présumés bourreaux

mardi 05/05/2009 - mis à jour le 07/05/2009 à 13h05

Le procès du "gang des barbares" accusé du rapt, de la torture et du meurtre du jeune Ilan Halimi s’est ouvert mercredi à 11h, à la cour d’assises de Paris. L’évènement a mobilisé un dispositif de sécurité assez important.

Le présumé coupable du crime et chef de bande Youssouf Fofana, 28 ans, entre en salle, crâne rasé, avec un collier de barbe, vêtu d’un sweat blanc. Tout sourire, il est le premier à s’installer sur le banc des accusés, suivi de ses 26 autres complices présumés, dont trois jeunes filles. Dès son entrée, le jeune homme lève son son doigt au ciel en prononçant "Allah Akber", comme pour donner une couverture religieuse à son accusation présumée...

Provocations au sein de la cour

Dès l’appel des accusés, effectué par la présidente de la cour, Fofana provoque encore. En guise de date de naissance, il répond : "le 13 février 2006, à Sainte-Geneviève-des-Bois", en l’occurrence, la date et le lieu de la découverte du corps de Ilan Halimi.
Continuant dans le registre de la provocation, Youssouf Fofana, choisit comme nom "africaine barbare armée révolte salafiste", tandis que la présidente se contente de lui signaler que ce n’était pas ce qui figurait sur ses documents.
En face, sur le banc des parties civiles, la mère d’Ilan Halimi, assise à côté de ses deux filles et l’ex petite amie d’Ilan. Ruth Halimi est restée concentrée, semblant prier en se balançant imperceptiblement d’avant en arrière.
Face à elle, les accusés qui ont longuement attendu le début du procès, sont restés silencieux, s’évitant du regard, ne se parlant pas. Lycéens, chômeurs, gardien d’immeuble, livreur de pizza, chauffeur de car, étudiant en commerce : la vingtaine ou plus, ces jeunes déclinent leur identité et profession au moment des faits. Emma, une petite brune,qui a servi d’appât pour attirer Ilan dans un piège, était "lycéenne, en seconde"

Tensions dans les couloirs

Pendant ce temps là dans la salle des pas perdus du palais de justice, des dizaines de jeunes revendiquant leur appartenance religieuse, juive en l’occurrence, sont encadrés par des forces de sécurité. Les jeunes insultent des personnes qu’ils supposent être des proches des accusés. En effet, quand la mère de Youssouf Fofana, chef présumé de ce gang, était sortie de la salle en fin d’après-midi, les jeunes l’avaient poursuivie et huée, débordant les forces de l’ordre.
A ce propos, Sammy, jeune lycéen de 16 ans, ayant une kippa sur la tête, et drapeau israélien dans les mains, confie "Nous sommes présents pour soutenir la famille Halimi". Sur un éventuel sentiment de vengeance, le jeune ajoutera que lui n’y pense pas spécialement car cela serait bête de répondre par la violence mais ne cache pas sa haine envers les 26 accusés.
D’ailleurs, dans un communiqué, le CRIF (Conseil représentatif des Institutions Juives de France) a condamné aujourd’hui, les "actes de violence perpétrés la veille par les jeunes Juifs" lors de l’ouverture du procès.

Le huis clos divise les avocats

Une fois les jurés choisis (5 femmes et 4 hommes), la présidente Nadia Ajjan a fait évacuer la salle, prononçant le huis clos puisque des mineurs au moment des faits sont impliqués.
Derrière les portes closes, la cour devait examiner plusieurs demandes de publicité des débats, notamment celles de la famille de la victime et certains avocat des accusés. L’avocate d’un accusé mineur à l’époque des faits dénonce de son côté "la volonté de protéger le camp judiciaire, par ce huis clos".
Avant l’audience, l’avocate de Fofana, Isabelle Coutant-Peyre, explique à la presse que "ce n’est pas le diable" et qu’il a "été maltraité par une campagne de marketing politique et religieux".
Défendre Fofana, qui a déjà épuisé une trentaine d’avocats, n’est pas facile : avant l’audience, Maitres Coutant-Peyre et Emmanuel Ludot ont indiqué que leur client réclamait la levée du huis clos. Deux heures plus tard, il y renonçait.
Les avocats demandent cependant que la circonstance aggravante d’antisémitisme soit abandonnée puisqu’elle ne figurait pas dans la procédure d’extradition de Fofana de Côte d’Ivoire.

Retour sur un crime crapuleux

A Bagneux (Hauts-de-Seine), les sentiments des habitants sont confus. Ces derniers ont du mal à assumer ce qu’il s’y est passé. Certains culpabilisent de n’avoir rien vu ou entendu et d’autres ont peur d’être stigmatisés, comme le confie Yasmine, âgée 26 ans : "C’est une bande de voyous et c’est loin d’être une guerre de religions ou d’antisémitisme". Christine, vivant depuis 15 ans à la cité, se sent coupable de n’avoir rien vu : " Je suis partagée entre un sentiment de culpabilité et de peur puisque mon enfant aurait pu être la victime"
Neuf projets d’enlèvement ont été attribués à la bande avant celui d’Ilan Halimi, qui a été séquestré dans un appartement, puis un sous-sol d’immeuble, pendant trois semaines. Une jeune fille s’était chargée de l’attirer vers ses bourreaux, ces derniers demanderont ensuite une rançon de 400.000 euros aux parents.
La suite de l’histoire est des plus morbides. Ilan sera battu à mort et abandonné au bord d’une route de Ste-Geneviève-des-Bois.
La cour aura dix semaines, jusqu’au 10 juillet, pour démêler les responsabilités des accusés et connaître enfin la vérité.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • Meurtre d’Ilan Halimi

    13 mai 2009 13:35

    repondre message

    L’âme d’Ilan sera auprès des siens durant le procès de ses bourreaux. J’ai mal chaque fois que j’imagine ce qu’il a enduré durant ces 3 longues semaines avec une fin de vie encore plus atroce. Je regrette l’abolition de la peine de mort, un animal comme fofana n’a rien à faire sur terre, sa place est en enfer.

  • Meurtre d’Ilan Halimi

    5 mai 2009 18:51

    repondre message

    Pourquoi médiatiser avec tant d’outrance ce crime crapuleux ,certes, mais qui est loin d etre isolé ?

  • Meutre d’Ilan Halimi

    5 mai 2009 16:21

    repondre message

    je suis horrifiée par cette affaire. Courage à la famille.

    • Meutre d’Ilan Halimi 2 juillet 2009 21:03

      repondre message

      Horrifié n’est pas le mot c’est bcp plus que ça pour ma part. Je ne peux imaginer la souffrance de ces proches et la souffrance d’Ilan, toutes ces pensées qui lui ont traversé l’esprit tout ce qui l’a du endurer à cause d’une religion.
      Nous sommes tous pareil humain et vivant mais pas de la meme religion et qu’est ce que ça peut faire on est égaux. C’est con à dire ms je suis tombé amoureuse de Ilan à travers ses photos son histoire et tt ce qui s’en suis je sais c’est bête ms bon.
      Courage à la famille et amis.
      PS / il faudrait faire la meme chose à cette enfoiré de Fofana

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter