critique Cinéma

Micmacs à Tire-Larigot casse la baraque

jeudi 05/11/2009 - mis à jour le 12/11/2009 à 14h38

On ne sait jamais à quelle sauce on va être mangé avec Jeunet. Ce trublion de la création cinématographique vient d’accoucher d’un film aussi originale que sympathique. Du 100% pur jus de chez Jeunet qui raviront les aficionados même si l’on entend déjà ses détracteurs reprocher au réalisateur de ne pas assez nous surprendre, lui qui jusqu’alors changeait d’univers à chaque nouvelle création.
Après Un Long Dimanche de Fiançailles, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain ou encore Alien la Résurrection, le talentueux réalisateur rassemble désormais une pléiade d’acteurs pour conter une histoire des plus loufoques, au cœur d’un Paris qui oppose puissants esseulés et parias emprunts de bontés.

Dany Boon, André Dussolier, Omar Sy (du SAV), Dominique Pinon (l’acteur fétiche de Jeunet à la bille de clown) ou encore Yolande Moreau remplissent tous leurs rôles à la perfection dans ce qui pourrait être, sur le plan de la narration, un film des frères Cohen.

Jeunet retrace cette fois-ci une aventure humaine hors-norme où le destin d’un jeune homme, peu gâté par la vie, interprété par Dany Boon, va affronter d’affreux marchands d’armes et va devoir développer des trésors d’ingéniosité pour piéger ces puissants et machiavéliques personnages.

Le réalisateur insuffle un rythme incroyable à sa production lorsqu’il campe des personnages excentriques dans des décors complètement farfelus et glisse ces petits détails quotidiens, si humains, tout au long du film.

Les décors sont, comme à l’accoutumée, emprunt d’un onirisme frappant, les objets qui meublent l’histoire sont surprenant et les acteurs choisis pour leurs caractéristiques physiques produisent un tout d’une parfaite cohérence.

Ce film, vous l’aurez compris, est plus que convaincant. Le style de Jeunet ne se renouvelle pas vraiment mais confirme, s’il est besoin, qu’il est un grand réalisateur. Qu’il est homme à s’attaquer à de réels projets scénaristiques et pas seulement un as de la réalisation et de la photo.

Alors oui c’est du Jeunet, pas un de ceux qui dérangent par son ambiance inquiétante, proche d’un expressionnisme d’antan, comme La Cité Des Enfants Perdus ou Délicatessen, pas non plus de ceux qui tombent dans la romance à l’esthétique exacerbée comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain ou Un long dimanche de fiançailles, mais un entre-deux parfaitement maîtrisé qui prouve que le style de Jeunet est parvenu à la maturité et qu’il n’est pas dans une sorte de redite mal digérée due à un manque d’inspiration.

Petits objets prenant vie, décors fantasmagoriques, personnages singuliers aux caractères bien trempés, couleurs passées, rythme effréné et bizarreries en tout genre le tout emballé dans un comique burlesque résument en quelques mots cette œuvre.

Si vous appréciez les films parfaitement orchestrés, que vous n’avez pas peur des bon clichés qui réchauffent le cœur, et qu’une part de rêve et de morale bon enfant ne vous font pas peur, alors ruez-vous dans les salles et laissez-vous entraîner par le jeu cinématographique d’un Jean-Pierre Jeunet plus que jamais jubilatoire.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • Micmacs à Tire-Larigot casse la baraque

    11 novembre 2009 09:22, par Francine.

    repondre message

    BRAVO pour cette présentation alléchante du dernier Jeunet ! Je l’ ai vu et partage votre avis. Jeunet ajoute de l ’émotion avec ses automates poétiques. Un régal !

    Et qu’est-ce que ça fait du bien de voir les méchants punis. !!!

    Merci pour votre journal, bien construit,instructif,varié, photos et montages à la pelle.
    J’ apprécie particulièrement la facilité d ’accès aux différents documents et thèmes : pour une novice d’internet, cela facilite l’accès à l’info. Francine

  • Micmacs à Tire-Larigot casse la baraque

    6 novembre 2009 11:16, par Pottoka

    repondre message

    Un article qui a le mérite de donner envie d’aller voir le film ! Critique dithyrambique, mais très sympa à lire. Par contre, gaffe aux fautes d’orthographe et aux répétitions. La deuxième phrase de l’article (une création créative ???) en devient... étonnamment étonnante^^.
    Bonne continuation !

  • repondre message

    bravo pour le lyrisme de cet article ! pour avoir vue le film il n’est pas si facile de le commenter ! j’ai envie de le revoir afin de mieux apprécier ce film et les commentaires de la critique oh combien positive mais justifiée et sans trop de flagornerie LE BEBS

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter