Millésime Bio, Millésime écolo ?

DOSSIER SPECIAL MILLESIME BIO

mardi 26/01/2016 - mis à jour le 26/01/2016 à 17h34

Au-delà des vins certifiés bio, le célèbre salon est-il vraiment éco-responsable ? Du recyclage des bouchons au nettoyage des verres, Haut Courant a mené l’enquête jusque dans les arrière-cuisines de la manifestation. Verdict à déguster ci-dessous.

JPEG - 1.3 Mo

Les bouchons en liège sont triés et récupérés par l’association France Cancer.

Crédit : Romain Rougé

Bio = écolo ? Quand on vient à Millésime Bio dont la renommée est internationale, mieux vaut répondre par l’affirmative ! Ode à la dégustation et fort de ses 873 exposants, le salon est en état d’ébriété. Premières victimes, les bouteilles. Asséchées, que deviennent-elles sachant que le verre est une matière 100 % recyclable et indéfiniment ? Cendrine Vimont, chargée de communication de la manifestation est limpide : « Elles sont recyclées !  » Vérification faite, des conteneurs sont à disposition des exposants à l’extérieur du Parc des Expos de Montpellier où se tient le salon. « Si à la fin de la journée des bouteilles restent sur les tables, le service de maintenance est chargé de les collecter et de les jeter dans les contenants adéquats », ajoute la communicante. Le recyclage des bouteilles, la base.
Moins évident, les bouchons en lièges, indissociables du précieux contenant. Recyclés aussi. Déposés dans des bacs aux quatre coins du salon, « ils sont récupérés par l’association France Cancer et ils deviendront des panneaux d’isolation », clame Cendrine Vimont. Dehors, des conteneurs jaunes accueillent les emballages en carton.

JPEG - 670.6 ko

La moquette rouge du salon, couleur vin évidemment, sera retirée et recyclée.

Crédit : Romain Rougé

À Millésime Bio on recycle donc, jusqu’à la moquette. Et de la moquette il y en a ! Elle coule littéralement sur le sol du parc des expos. Fournie par une entreprise du nom d’ORSA, la moquette est récupérée et transformée. Idem du côté des bâches de signalétique disposées au coeur du salon. En revanche, les autres supports de communication sont moins verts. Sur ce point-là, Cendrine Vimont admet que « tous les outils de com’ ne portent pas un label responsable ». Au final, seule une plaquette incluse dans le dossier de presse est imprimée durablement (utilisation de papier recyclé et d’encre végétale).
Peut mieux faire aussi à l’intérieur du salon. Pour les déchets de type cannettes, gobelets ou alimentaires, des sacs sont mis à disposition mais aucune consigne de tri n’apparaît. Cendrine Vimont accuse l’état d’urgence et déplore la difficulté à mettre en place des bacs dédiés à l’intérieur de salon, ces derniers seraient « de parfaites cachettes pour des bombes ! » Il semble que l’état d’urgence ne cède pas à l’ivresse écologique…

Repas bio, traiteur nature

Entre deux dégustations, on mange aussi à Millésime Bio ! Bernard Cabiron, traiteur Montpelliérain, a été choisi par assurer la restauration du salon. La consigne : élaborer un repas 100 % bio. Dont acte. Si ce dernier ne propose pas exclusivement des plats bios à l’accoutumée, il reste néanmoins un traiteur 100 % DD. « Nous faisons partie des 39 entreprises en France qui ont le label QualiTraiteur », souffle-t-il. Mais pas que. « Nous avons été la première association de traiteurs à signer la charte anti-gaspillage », ajoute-t-il fièrement. En résumé, l’entreprise est partenaire de la banque alimentaire à qui elle donne les excédents d’aliments. Pour le surplus de ce premier jour, on repassera. « On a été dévalisé ! », s’exclame Bernard Cabiron.
La vaisselle, elle, est aussi respectueuse de l’environnement. « On utilise des gobelets recyclables et de la vaisselle en faïence réutilisable. On essaie de limiter un maximum les produits jetables », annonce le traiteur à l’aura responsable. Effectivement, même le potage de lentilles est servi dans un gobelet recyclable et dégusté avec une cuillère en bois, 100 % recyclable.

La plonge en mode DD, elle aussi

Selon nos observations, le salon joue jusque-là la carte écolo autant que faire se peut. Que nous reste-t-il à examiner ? La plonge, évidemment. Quand un salon comme celui-ci vibre au tintement des verres qui s’entrechoquent, on peut légitimement se poser la question de la gestion écologique des verres à pieds. Jérôme, chef de la plonge pour le compte de la SARL Belbuc dégaine direct le produit vaisselle utilisé : étiquette écolabel collée sur l’emballage. On aurait pu s’arrêter là. Mais non. « On utilise de l’eau osmosée », dévoile Jérôme. L’eau de la ville est filtrée par centrifugation pour faire tomber le PH de 460 à 5 ! «  L’eau osmosée permet de diminuer le calcaire », affirme Jérôme. Un bémol cependant, « quelques fois, il reste un peu de tanin dans le verre ».
L’adage est bien connu, on ne peut pas contenter tout le monde. « On essaie de faire le plus simple possible pour respecter les critères écologiques », précise le prestataire. L’idée est aussi de consommer moins d’électricité. Dans un des seuls halls du Parc des Expos resté désert, on utilise un petit lave-vaisselle, moins énergivore.

Last but not least, l’emprunte carbone. Là encore, le salon s’est mis au vert. « On a fait le choix d’inciter les visiteurs à venir en tramway et nous avons mis une navette gratuite à disposition », lance Cendrine Vimont. Il faut dire qu’après une journée de dégustation, mieux vaut peut-être éviter de prendre le volant. Même si on est censé cracher… Pour Alex, visiteur néophyte, « il manque quand même des toilettes sèches ! » Ce sera peut-être pour l’année prochaine...

Niveau écolo, Millésime Bio a quand même pris de la bouteille. Comme le bon vin, il se bonifie avec le temps.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter